THE WORLD'S CHANGING
Il existe des êtres doués d'une intelligence supra-normale, des génies qui possèdent entre autres la faculté d'assumer n'importe quelle identité. Un jour, les chercheurs d'une entreprise appelée le Centre ont mis en isolement un de ces êtres, un jeune garçon nommé Jarod, et exploitèrent son génie pour des recherches secrètes. Mais un jour le caméléon leur échappa

THE WORLD'S CHANGING

Bienvenue à Blue Cove, Delaware !
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Esprits rebelles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Professeur


Professeur

avatar

Asher Collins
▻OREOS : 26
▻ARRIVE(E) LE : 21/08/2017
▻LOCALISATION : The Centre sûrement dans sa salle de classe ou au bar le plus proche
▻LOISIRS : Apprendre à se battre à une bande d'ado pré-pubères

MessageSujet: Esprits rebelles   Dim 3 Sep - 22:08


Asher


David

Esprits rebelles


« -Ah ! ! ! » hurla-il en se redressa précipitamment. Son front ruisselait de sueur, sa respiration était saccadée. Il prit le temps de vérifier où il se trouvait, encore troublé par les images qui une fois encore, hantées ses nuits. Il quitta son lit, s'approcha de la fenêtre de son mobil-home et tira les rideaux pour faire entrer le soleil. Puis, il se massa les tempes et observa le réveil qui indiquait 5H00. Une fois encore l'ancien soldat savait qu'il ne bénéficierait pas d'une nuit complète de sommeil et une fois encore, pour chasser son trouble, il alla se préparer pour aller courir près de son lieu d'habitation. Son passé ne le quittait pas et à chaque fois qu'il essayait d'oublier celui qu'il n'était plus, les images redoublaient d'intensité et de violence, rappelant à Asher mutant, qu'il était humain et que même en essayant de passer outre certaines périodes de sa vie, rien ne pourrait effacer les actes qu'il avait commis. Le meilleur comme le mauvais, jamais il ne pourrait oublier, jamais... Il fit le tour du parc près de chez lui plusieurs fois sans s'arrêter. Il courrait à en perdre haleine, chassant de son esprit la moindre réflexion, puis passé le défoulement, il alla se préparer pour prendre la route et se rendre au Centre afin de donner son tout premier cours de « combat et de défense ».Il récupéra les clés de son fidèle destrier métallique qu'il privilégia cette fois à son pick-up. Puis il prit de quoi se changer plaça le tout avec méticulosité dans son sac et prit la direction du Centre et plus précisément dans les locaux où se trouvait tout ce qu'il fallait pour les cours de sport et de défense. Armé de sa clé, il ouvrit la réserve où se trouvait le nécessaire pour préparer son cours à savoir quelques plots et des chasubles. À présent, il ne lui restait qu'à attendre ses chers élèves pour entamer une première séance de torture. Car oui, il n'avait aucunement prévu d'épargner les jeunes gens.

La pédagogie est un don, ce qui laisse sous-entendre que soit nous l'avons, soit nous n'en sommes pas dépositaire. La pédagogie est une passion, ce qui laisse sous-entendre que soit nous sommes motivés, soit nous ne le sommes pas. Il était évident qu'Asher Collins n'était dépositaire ni du don, ni de la passion et que le cas échéant, même s'il faisait le plus petit effort qu'il soit, jamais il ne serait un véritable pédagogue. Cependant, n'ayant pas l'ambition de le devenir, ce constat n'éveillait en lui, pas la moindre amertume, bien au contraire, il s'en fichait royalement. Pour rester entre les murs de l'institut, il n'avait qu'à se contenter de faire acte de présence, du moins c'est ce qu'il pensait avant qu'Elisabeth Fitzgerald ne mette les choses au clair.

« Vous n'en avez rien à faire, je le sais ! »

« -Je n'ai jamais prétendu être prof »

« N'oubliez pas notre accord. Si vous ne faites pas d'efforts, je n'en ferais pas de mon côté. »

« -Ne jouez pas avec moi Elisabeth ! »

« Vous non plus Asher. Je vous donnerez les informations promises en temps et en heure, mais vous devez faire un minimum d'efforts. J'entends par là, vous intégrez et faire illusion. » Ash sortit de ses pensées et continua à délimiter son terrain d'entraînement à l'aide des plots qu'il disposait sans motivation. Il releva la tête et sentit peser sur lui plusieurs regards intrigués. L'ancien militaire déposa son dernier plot et vint à la rencontre des premiers élèves qui se présentèrent à lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elève de l'ICP



avatar

David Bass
▻OREOS : 127
▻ARRIVE(E) LE : 27/03/2017
▻LOCALISATION : Pas là. Et pas là non plus en fait.
▻LOISIRS : Cubaholic

MessageSujet: Re: Esprits rebelles   Jeu 28 Sep - 22:21

Esprits Rebelles



J’aime pas les cours, ça m’emmerde. Pourtant je sais pas, c’est facile. Ouais c’est pour ça que c’est chiant. Pas ici. Pas dans cette école. Pas là, où ma mère a enfin réussi à me placer, après que j’eus l’impression de passer des années à roupiller. Et à me battre. Sûrement trop souvent.
Même contre les profs je me battais. A coup de joute verbales, pas à coup de poing, ceci dit.

Mais bon, je vais au lycée, parce que je suis un lycéen, un « gamin même pas majeur qui a intérêt à se tenir à carreaux », selon celui qui m’a conçu d’une façon ou d’une autre. A y songer, je ne pouvais même pas appeler mon père par son nom, à défaut de le désigner comme étant mon père.
Et aujourd’hui j’avais un cours assez original, je devais le reconnaître. Apprendre à combattre, c’est pas dans toutes les écoles qu’on voit ça. Sauf que moi, apprendre qu’on allait avoir ce cours, ça m’avait fait marrer.
Sérieusement, pour un type comme moi qui a passé son temps dans les coups de poing à donner aux autres, ou à se prendre, et qui a certainement fait plus d’arrêt à l’hôpital pour ce genre de cause que pour autre chose… Un cours de combat semblait un peu ridicule

Mais étonnamment, je restais curieux.
J’avais envie de voir, si, cela me servirait ou non. Depuis que j’étais ici, j’avais appris des choses. Et disons, que je ne pèse pas mes mots. Par rapport à tout le reste de ma scolarité, où j’ai appris seul…
J’arrivais quand même les mains dans mes poches. Je crois que d’une façon ou d’une autre, j’avais pris l’habitude, de montrer qu’en général, j’en avais rien à faire de l’autre.

Apparemment, j’étais beaucoup plus ponctuel que je ne l’aurais pensé. Le professeur semblait encore en train de faire son truc. Je m’installais tranquillement, en jogging, avec mes camarades, et fixait ce professeur qui sembla faire enfin attention à nous. Je l’observais, et, sarcastique, lâchais :

- Je savais pas qu’on faisait du slalom aujourd’hui. Je croyais qu’on faisait ça qu’au collège.

Je n’aimais pas les cours.
Malgré toute la curiosité que pouvait m’apporter l’idée de faire du combat de façon scolaire.
Et à cause de tout ça, je ne fermais jamais ma bouche. Enfin non, plutôt, je ne fermais jamais ma bouche en général.




I want to hurt you so much.


It's a filthy world we live, in its a filthy goddamn world and honestly I feel like I'm helping to take them away from the shit and the piss and the vomit that run through the streets.

KoalaVolant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur


Professeur

avatar

Asher Collins
▻OREOS : 26
▻ARRIVE(E) LE : 21/08/2017
▻LOCALISATION : The Centre sûrement dans sa salle de classe ou au bar le plus proche
▻LOISIRS : Apprendre à se battre à une bande d'ado pré-pubères

MessageSujet: Re: Esprits rebelles   Dim 8 Oct - 13:28


Asher


David

Esprits rebelles


Puisqu’il faut comprendre, autant nous donner les éléments pour.

Quelques jours plus tôt.

Elizabeth toujours vêtue de noir, se tenait là, face à Ash, un verre de martini en main et une cigarette dans la bouche. L'homme munit de son nouveau badge, achevait de faire le tour des lieux pour prendre ses marques. Mrs Fitzgerald arborait quant à elle ce petit air de suffisance qui exaspérait déjà le nouvel enseignant. Ce qu'il ignorait dès lors, c'est qu'elle jouait un double jeu et qu'en présence de Mr Raines et de quelques caméras aux alentours, elle ne pouvait qu'être une abominable garce. Mais que l'on se rassure, elle n'est de toute évidence pas la seule à convoiter ce titre. Asher, mal à l'aise avec l'emphysémateux, se tenait néanmoins à carreaux pour ne pas trop attirer son attention. Avec dédain, Elizabeth lui demanda s'il avait terminé son inspection. L'oncle Fétide lorgna sur la cigarette qu'elle tenait encore, puis acquiesça avant de tourner les talons et de faire rouler sur le sol froid, son infâme bonbonne de gaz.

« -C'était qui lui ? » lança Asher sans prendre la moindre pincette ce à quoi Elisabeth se targua d'un « personne » elle avait plus urgent à faire pour le moment. Alors, sans attendre, elle descendit son verre d'une traite, tira longuement sur sa cigarette avant de l'écraser et enfila sa veste de tailleur avant de faire signe à Asher de la suivre jusque dans l'ascenseur. « -Je vous mets dans le bain ! Vous avez ici des caméras à peu près partout. En face, là-bas, se trouve le bureau de Miss Parker. Ne cherchez pas, c'est la fille du directeur. Elle est sur le terrain, mais vous la croiserez certainement de temps en temps. »

« -Je suppose que c'est le genre de femme contre laquelle il ne faut pas se frotter ? »

« -N'y pensez même pas ! Elle est la fille de l'une de mes plus fidèles amies. Je serais intransigeante avec vous, si vous vous amusez à faire n'importe quoi ! Mais passons ! » Elle pianota sur le clavier numérique de l'ascenseur et s'arrêta un instant, se rendant compte de l'endroit dans lequel elle se trouvait.

« -Ah oui… c'est ici que sa mère s'est tirée une balle en pleine tête ! » dit-elle avec détachement ce qui surprit Asher. Comment pouvait-elle parler de sa plus fidèle amie en ces termes et avec autant de froideur ? Était-ce le lieu qui agissait ainsi sur les gens, les rendant insensibles ? C'était à se demander, si une entité démoniaque n'eut pas pris le contrôle d'Elizabeth l'espace d'un instant. L'ascenseur remonta à la surface. La dame en noir remit ses lunettes de soleil et continua à faire claquer ses talons sur le sol en marbre. Plusieurs regards craintifs se posèrent sur elle, ce qui continua à troubler le nouvel arrivant. Enfin, ils arrivèrent dehors et commencèrent à marcher le long de la baie qui entourait l'imposant édifice.

« -Comme je vous l'ai dit, il y a des caméras partout. »

« -Oui j'ai cru comprendre ! »

« -Vous ne pourrez jamais être vous-même vous comprenez ? Catherine Parker était ma meilleure amie, sa mort m'a détruite, mais je ne peux leur laisser croire qu'ils ont gagné »

« -Wow attendez deux secondes ! Cette femme s'est tuée à cause d'eux ? »

« - Officiellement, l'on parle d'un suicide. Vous vous en tiendrez à cette version. »

« -Donc qu'est-ce que je dois faire ? »

« -Vous allez enseigner le combat et la défense comme prévu. » Elle retira alors ses lunettes et fit face à Asher, qui malgré sa carrure, n'en menait plus large face au charisme d'Elizabeth.  « -Mais je vous demanderais aussi de veiller sur les jeunes qui seront à votre charge. »

« -Je dois les protéger du croque-mitaine c'est ça ? »
Elle se contenta d'acquiescer et fixa à nouveau l'horizon de son regard perçant. « -Cet institut n'est que de la poudre aux yeux. Le petit quelque chose qui laisse croire, à l'extérieur, que le Centre est une entreprise utile. Mais ne vous fier pas aux apparences. Ici, vous êtes en enfer. De ce fait, vous devez vous blinder »

« -Ouais je vois le genre. Il est bien plus facile d'être un salaud et d'attiser la haine, plutôt que de jouer les héros et de susciter la sympathie. De toute façon, je n'avais pas prévu que l'on s'attache à moi »

« -Bien ! Rester sur vos gardes ! Surtout avec des gamins tels que David Bass. Ce n'est pas un cas facile, vous verrez ! »

« -Je ne demande qu'à voir ! »

         **************************************


À peine avait-il fini d'achever sa préparation, que l'azur de son regard froid fut attiré par la présence au loin d'un groupe en approche, mais surtout par ce petit blondinet qui l'observait et qui avant même de se présenter, n'hésitait pas à faire montre de sarcasme. Se redressant progressivement et osant à son tour observer son interlocuteur, Asher déposa les quelques plots qu'il tenait entre ses bras et s'approcha. « - David Bass je suppose ! Il me tardait de rencontrer le petit emmerdeur que tu es. Je ne suis pas déçu. Tu es fidèle à ta réputation, c'est bien ! Et si tu commençais par bouger ton cul et faire un petit tour de chauffe ! Mais c'est trop te demander peut-être ? Je suppose que tu préfères courir entre les plots ? » lança l'enseignant avec tout autant de sarcasme avant de faire signe aux autres de se dépêcher. « - Aller on n'a pas toute la journée ! À l'avenir, soyez ponctuel ! C'est à votre portée non ? Sinon quoi j'irais moi-même vous sortir du pieu et croyez-moi, je ne prendrais aucune pincette. » Les regards convergèrent sur le nouvel enseignant qui comparait aux autres, semblait bien atypique. Un élève, sûrement un fayot osa demander à l'enseignant de se présenter comme il était d'usage ce à quoi Ash répondit « - Asher Collins ! J'ai l'honneur de vous apprendre le combat et la défense. Nous nous verrons quatre heures par semaine. Le lundi et le vendredi. » Une jeune fille leva instantanément la main, Ash l'ignora royalement. « - Mais pas le temps pour la parlotte inutile. Faites-moi un tour de terrain. Toi aussi boucles d'or ! Aller ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elève de l'ICP



avatar

David Bass
▻OREOS : 127
▻ARRIVE(E) LE : 27/03/2017
▻LOCALISATION : Pas là. Et pas là non plus en fait.
▻LOISIRS : Cubaholic

MessageSujet: Re: Esprits rebelles   Lun 9 Oct - 13:36

Esprits Rebelles



Quand il prononça mon nom, je laissais mon instinct de méfiance se réveiller. Je détestais quand les profs faisaient ceux qui connaissaient les élèves, et je détestais encore plus quand ils les connaissaient quand même. Surtout quand c’était de moi dont il s’agissait.
Je ne savais pas ce qu’on lui avait dit sur moi, et l’idée d’avoir des données en moins, m’agaçait. Néanmoins, je tâchais de ne rien montrer de ça, parce que j’avais pas envie qu’il se trouver super fort.
C’était qu’un prof après tout.

Après, le fait qu’il me traite de petit emmerdeur, ne pu m’empêcher de me faire sourire. Si c’est comme ça qu’on m’avait décrit, j’estimais que j’avais réussi à construire ma réputation. Il faudrait que je raconte ça à Azzam. Je me demandais ce qu’on disait sur lui, d’ailleurs.
Le pique que le professeur m’envoya ne me fit ni chaud ni froid. Je me fichais bien qu’il me parle comme si j’étais rien – c’est souvent comme ça que les professeurs voyaient les élèves, même ici -, parce que je me fichais bien qu’il tente de me motiver en me provoquant. Son tour, je lui faisais quand je voulais.
Le sport n’était pas une matière qui me faisait peur. Contrairement à certains casses couilles plongés dans leur bouquin.

Alors que les autres réagissaient pour la remarque qu’il avait fait sur le retard, moi, j’avais envie de bailler en plein devant lui.
Plus agaçant néanmoins, je voulais lui demander quand est ce que je démarrais pour courir, histoire de l’emmerder, mais une fille me coupa à demander l’identité de ce type. Qu’est ce qu’on s’en foutait. C’était le prof qui allait soit disant nous apprendre à nous battre.

D’ailleurs, je me demandais pour quelle raison ils avaient introduit ce cours. Je veux dire, c’est pas anodin.

- Seulement un tour ? Bah… Si vous voulez.

S’il me voyait comme l’emmerdeur, je comptais bien lui donner raison. Je commençait à courir, mais pour moi, ce n’était pas grand-chose, vu que pour m’empêcher de voir la sale tronche à mes parents, et éviter de leur refaire le visage – à coup de paroles bien sûr, voyons, je suis un gentil garçon -, je courrais souvent le matin.
Aussi pour me maintenir en forme pour que mes poings puissent frapper plus fort.

Bref, l’endurance je l’avais, et tandis que d’autres suivaient plus ou moins mon rythme et que certains devaient être à la rythme en suppliant que le temps passe plus vite, je courrais. Le tour de terrain fut vite fait, et je me laissais à sourire :

- Vous allez apprendre à nous défendre quand on fait notre jogging sinon ?

Tous les piques que je pouvais balancer, je les envoyais. Je me fichais bien des autres questions des gens qui m’entouraient. Moi j’avais les miennes, et elles étaient suffisantes pour peut-être un jour, agacer fermement ce professeur qui me désignait comme l’emmerdeur du coin.




I want to hurt you so much.


It's a filthy world we live, in its a filthy goddamn world and honestly I feel like I'm helping to take them away from the shit and the piss and the vomit that run through the streets.

KoalaVolant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur


Professeur

avatar

Asher Collins
▻OREOS : 26
▻ARRIVE(E) LE : 21/08/2017
▻LOCALISATION : The Centre sûrement dans sa salle de classe ou au bar le plus proche
▻LOISIRS : Apprendre à se battre à une bande d'ado pré-pubères

MessageSujet: Re: Esprits rebelles   Dim 22 Oct - 22:33


Asher


David

Esprits rebelles


Voilà plusieurs jours qu'Asher avait officiellement rejoint l'équipe pédagogique de l'ICP. Des jours qu'il avait cessé de compter depuis son arrivée au Centre. Sous peu, ces jours deviendront à n'en pas douter des semaines et les semaines se convertiront en mois. Un constat qui ne trouvait aucun écho chez Asher qui n'avait plus de véritable notion temporaire depuis son retour du Moyen-Orient et les multiples tortures qu'on lui avait fait subir après sa capture. Le psy qui l'avait brièvement suivi à son retour, s'en était rendu compte et l'avait fait remarquer presque aussitôt à son patient. « Pour moi, les secondes, les minutes et les heures sont aussi relatives que les jours, les semaines, les mois et les années. J'ai fini par arrêter de compter pour ne pas me perdre et aussi parce que c'est plus simple d'oublier que le temps n'a aucune emprise sur vous, un peu comme la douleur ! » Ash, c'était de ce fait bien garder de dire à son psy que ce trouble ne s'était jamais résorbé et qu'il le traînait encore comme un boulet, au même titre que sa « capacité » à ne pas ressentir la douleur. Mais revenons à l'arrivée au Centre. Dire que l'acclimatation s'est faite sans accro, serait mentir. La sociabilité est une qualité que l'on ne trouve pas chez le soldat Collins et pour ne rien arranger, il n'a depuis son arrivée, fait aucun effort pour se faire apprécier de ses collègues, qu'il préférait fuir comme la peste.

« Je préfère et de loin, me complaire dans la solitude plutôt que de m'ouvrir aux autres et me faire des amis. Je suis un connard, je n'ai besoin de personne ! »

Ah ça, oui, il était et demeurait encore aujourd'hui un connard, une réputation dont il ne s'offusquait point, bien au contraire. Appelons un chat, un chat, un statut peu enviable certes, tout comme celui d'emmerdeur pour David Bass qui semblait lui aussi bien décidé à entretenir la réputation qu'on lui avait forgée « Tu ne sais pas sur qui tu es tombé petit con ! » Asher observa l'impétueux de la tête aux pieds, puis il résista à la tentation de lui répondre trop rapidement et se présenta brièvement, histoire de répondre à la demoiselle qui venait de s'adresser à lui. Tous les regards étaient braqués sur sa petite personne, il n'aimait pas ça. N'allez pas croire qu'il s'agit de timidité, Ash en est dépourvu. C'est juste la notion de groupe, le fait d'être à nouveau sous le feu des projecteurs pour guider tout un collectif. D'ailleurs, il ne gardait que trop peu de bons souvenirs de la dernière fois qu'une telle chose s'était produite et nous sommes tentés de le comprendre en se référant, par notre omniscience à l'épisode « Moyen-Orient » Par orgueil, mais aussi pour porter secours à une équipe héliporté, il avait mené son unité dans un guet-apens dont il en est le seul survivant. Il nous ait donc aisé de comprendre pourquoi l'homme n'était guère friand à l'idée de devoir à nouveau guider tout un groupe.

Avait-il cependant le choix ? Elizabeth s'était montrée claire, l'échec n'était pas une option. Il devait mener à bien son immersion s'il voulait espérer être pourvu de précieuses informations qui combleraient sa défaillance sur les douze premières années de sa vie. Un passé qui lui échappait, mais dont des traces subsistaient par le biais de quelques voyages oniriques plus proches des cauchemars que du rêve. Bref, pas assez d'éléments pour comprendre son passé. Un fait qui a certainement, sur le long terme, conditionné le désamour d'Asher pour l'humain et son besoin presque irrépressible de s'en éloigner pour ne pas devoir s'y attacher. Il est un déraciné, un être qui ignore tout de son passé et de son identité, mais qui se contente de celle qu'on lui a attribué des années plus tôt. Pour l'heure, il était préférable que l'ancien soldat reste dans l'ignorance, Elizabeth Fitzgerald y comptait bien. D'ailleurs suite à ce premier cours, Ash savait qu'il aurait le droit à un nouvel entretien dans le bureau de la blonde comme il se plaisait à l'appeler. Sauf que pour l'heure, il avait un cours à donner et un autre blond à gérer. Sauf qu'à l'inverse de sa supérieure, Mr Collins n'allait pour se faire, prendre aucune pincette pour remettre en place le petit impertinent quitte à la secouer un peu. Après tout, chacun est pourvu de sa propre pédagogie et aux dernières nouvelles, le nouvel enseignant n'a nullement été informé de la présence d'un règlement en vigueur sur la façon dont on doit gérer « les têtes d'ampoules »

« - Un tour suffira à faire chauffer vos muscles, au détriment de vos neurones. Mais aller, je sais me montrer magnanime. Va pour quatre tours ! Je suis sûr que ça fera plaisir à tout le monde » Plusieurs regards, sombres pour la plupart, convergèrent en direction de David. De toute évidence, ses petits camarades appréciaient moyennement la provocation du blondinet qui leur valait à tous, trois tours supplémentaires. Pour dire vrai, Ash se fichait de froisser ses élèves et puis tant qu'à en punir un autant les punir tous pour les dissuader, à l'avenir, de jouer les fortes têtes. « - On joue dans la même catégorie d'emmerdeur gamin » lança-t-il tout sourire à David qui plus endurant, prit vite de l'avance sur le reste de la classe. Le premier tour vite expédié, le blondinet se permit une petite « halte » pour questionner le nouvel enseignant, non sans lui balancer quelques piques au passage. Mais il en fallait plus pour titiller Asher qui observa les quelques âmes en peine qui continuaient à courir autour du terrain. Il n'accordait pour ainsi dire pas la moindre attention à David et lui lança sans un regard « - Il reste encore trois tours, gamin. Aller arrête de perdre ton temps à dire de la merde et finit ce que tu as à faire ! Quant à la suite du programme, tu sauras bien assez tôt de quoi il est question. » Il fit trois pas en avant pour mettre de la distance avec le petit récalcitrant et frappa dans ses mains « - Aller les petites dindes, nous n'avons pas la journée. Alors arrêtez de converser avec les copines et magnez-vous ! Tâchez de vous rappeler qu'à l'avenir, chaque cours commencera ainsi, que je n'ai pas à le répéter. » Il lança un regard furtif sur David, qui avait repris sa course et qui, sans surprise termina avant tout le monde.

« - Monsieur est rapide en plus d’avoir tous ses neurones connectés ! Bravo ! Mets-toi sur le côté maintenant et attends le reste de tes camarades. Et juste un conseil, ne me fais pas trop chié à l’avenir ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elève de l'ICP



avatar

David Bass
▻OREOS : 127
▻ARRIVE(E) LE : 27/03/2017
▻LOCALISATION : Pas là. Et pas là non plus en fait.
▻LOISIRS : Cubaholic

MessageSujet: Re: Esprits rebelles   Ven 17 Nov - 17:09

Esprits Rebelles



[Alors, je jure avoir écris un rp. Je sais pas pourquoi je l’ai jamais posté, mais je jure l’avoir écrit. Je l’ai perdu. Ca m’fait grave chier, mais je recommence]

J’eus ma réponse et me fichais bien de courir. Je courais déjà bien assez. Le sport ne me faisais pas peur. Ce professeur ne me faisais pas peur. Je n’avais pas peur.
Donc, je courrais, pour me muscler, soit-disant. Et parce que ce type l’avait demandé, en précisant qu’on jouait dans la même catégorie d’emmerdeur.
Génial.
J’adorais lutter contre ceux qui se pensaient plus chiants que moi. Je me laissais à sourire. Je prenais de l’avance, à vrai dire, je courrais sûrement plus vite que le reste de la classe. La plupart des gens de la classe préférait l’intelligence au physique.
Moi j’aimais les deux.
J’aimais me mettre tous mes atouts en main.

Bref, je me foutais de lui, et je courrais pendant qu’il disait à certaines de mes camarades d’arrêter de parler.
Moi je n’avais personne à qui parler, et même si quelqu’un avait essayé, il n’aurait obtenu rien en parole.
J’aimais me concentrer, quand je faisais du sport.

Je terminais mes tours, et je me laissais à sourire que le « professeur » me lançait une remarque. J’obéis néanmoins quand il me demanda de me mettre dans un coin, pour regarder tout le monde arriver.
Par contre, je ne pus tenir ma langue. Et ce sans surprise :

- Hmhm, si vous les dites. C’est pas ma faute si ca à l’air marrant de vous emmerder.
Je n’avais pas peur.


Tout prof de combat que ce prof pouvait être, et ce, même s’il était peut-être capable de me battre, il ne me faisait pas peur.

- C’est quoi la prochaine étape du coup ? Faire les tours mais à l’envers ?

Ouais je continuais. Et je ne m’arrêterais jamais.




I want to hurt you so much.


It's a filthy world we live, in its a filthy goddamn world and honestly I feel like I'm helping to take them away from the shit and the piss and the vomit that run through the streets.

KoalaVolant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur


Professeur

avatar

Asher Collins
▻OREOS : 26
▻ARRIVE(E) LE : 21/08/2017
▻LOCALISATION : The Centre sûrement dans sa salle de classe ou au bar le plus proche
▻LOISIRS : Apprendre à se battre à une bande d'ado pré-pubères

MessageSujet: Re: Esprits rebelles   Mar 21 Nov - 22:41


Asher


David

Esprits rebelles


Ne pas faillir, rester maître de soi. Ne pas se faire remarquer si possible. Faire le travail correctement, aussi déplaisant soit-il. Elizabeth Fitzgerald avec tous ses commandements, aurait aisément pu rédiger un manuel à Asher sur la conduite à tenir. D'ailleurs, ce dernier laissait traîner dans un coin de sa tête tous les préceptes. Il devait rester dans l'ombre, c'était évident. Et de ce fait, ne pas attirer sur lui, les regards de personnes comme Mr Parker ou l'infâme Mr Raines, qui il faut bien l'avouer lui foutait un peu, les pétoches. Tout chez le croque-mort prêtait au rejet et à la peur. Son allure et son teint de mort-vivant, sa respiration sifflante due au tuyau d'oxygène plantait dans ses narines. Son costume deux pièces, toujours noir, sa voix caverneuse, le bruit des roulettes mal huilées de sa bonhomme de gaz, son manque de cheveux, sa façon de parler. Oui, tout déplaisait chez Raines qui oscillait entre le monde des morts et celui des vivants. On se demandait d'ailleurs comment une telle espèce de psychopathe puisse exister. Asher était loin de se douter, qu'un autre psychopathe errait dans les couloirs du Centre et qu'à l'inverse de Raines, il n'avait rien d'inhumain, hormis un pouce en moins et une affection pour la viande, humaine de préférence.

Oui, Asher était indubitablement dans la fosse aux crocodiles et ne devait faire aucune vague (pour le moment) et se contentait de jouer la partition écrite par Mrs Fitzgerald. Cependant, la rencontrer du nouvel enseignant avec une dénommée Kassandra quelques jours plutôt, avait changé la donne. Mais pour l'heure, il n'était question de jouer les redresseurs de torts, mais bel et bien de donner un corps de sport. Et ça, au vu de l'impatience légendaire d'Asher Collins, ça n'était pas gagné. D'autant plus qu'il avait face à lui un adversaire de choix dans la catégorie « emmerdeur du dimanche »  Cependant et ce même si ce cher David Bass, mettait du cœur à l'ouvrage, il en fallait bien plus pour désarçonner l'ancien militaire qui n'hésita pas à quitter sa place et se rapprocher du petit casse-pied. « - Je n'ai pas de pédagogie alors crois-moi te casser la gueule ça ne me poserait aucun problème » Il se rapprocha encore plus « - Tu vois, le souci c'est que moi, j'aime moyen qu'on me fasse chier » Et sans crier gare, il lui attrapa le bras pour le déséquilibrer et l'amena directement au sol avec fracas sous le regard des autres élèves. « - Tu n'as pas peur de moi, ok ! Tu veux me faire chier ok ! » Lui bloquant son bras, il posa son genou sur son dos, rendant ainsi sa respiration plus incertaine. « - Moi non plus je n'ai peur de rien gamin encore moins des conventions et des règles. » Il accentua la pression « - Je me fiche de la valeur que tu peux avoir à leurs yeux, aux miens, tu n'en as aucune. » Il relâcha la pression pour enfin le laisser respirer. Certains de ses camarades semblaient choqués par le procédé. « - Si tu ne veux pas venir, ne viens pas ! » Il se redressa et reporta son attention sur les autres. « - Mettez-vous par deux, on va commencer ! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Esprits rebelles   

Revenir en haut Aller en bas
 
Esprits rebelles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Peindre les esprits de la forêt ?!
» Drycha et les esprits de la forêt
» Débutant Armée Esprits de la Forêt
» L'épée des esprits, votre avis :
» habbogOLD visé par des esprits malins?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE WORLD'S CHANGING :: BLUE COVE - LE CENTRE :: (L) ETAGE I - L'Institut Catherine Parker :: L-7, 8 & 9 : Gymnase, salle de sport, vestiaire-
Sauter vers: