THE WORLD'S CHANGING

Bienvenue à Blue Cove, Delaware !
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Il n'est point de bonheur sans liberté.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Professeur



avatar

Asher Collins
▻OREOS : 83
▻ARRIVE(E) LE : 21/08/2017
▻LOCALISATION : The Centre sûrement dans sa salle de classe ou au bar le plus proche
▻LOISIRS : Apprendre à se battre à une bande d'ado pré-pubères

MessageSujet: Re: Il n'est point de bonheur sans liberté.   Jeu 14 Déc - 18:06



Il n'est point de bonheur sans liberté



Une voiture venait de quitter la route, les freins sectionnés ne laissèrent aucune chance à ceux qui se trouvaient encore à l'intérieur. L'océan grondait et les vagues tumultueuses emportaient tout sur leur passage. Des cris se firent entendre, Asher faisait encore ce même cauchemar. Il était dans cette voiture qui s'enfonçait peu à peu. Il voyait l'eau autour de lui, envahissant peu à peu le véhicule. Puis tout se brouillait et le ramenait en avant, sur cette chaise où on le torturait, puis dans ce caisson plein d'eau. Il n'aimait pas l'eau, elle l'effrayait sûrement parce qu'elle l'avait presque tuée à deux reprises. Son cœur battait, trop vite pour que cela soit normal et alors qu'il s'apprêtait à partir à nouveau, la vision d'une berline sombre et de deux hommes en costumes noir pourvu d'une cravate de la même couleur, se présenta à lui, ainsi que quelques murmures à peine perceptifs. « le Dr Sullivan pose trop de problèmes » Un crissement familier, mais dont Ash était incapable d'en définir la provenance, se fit entendre. Puis le cri d'une femme attira son attention et le ramena dans la voiture avec cet homme dont le visage n'existait pas « Je suis désolé Asher, pardonne-moi ! Sauve-le »

« - Que je sauve qui ? Et qui êtes-vous ? »

« Sauve-le ! » Les vitres explosèrent, l'eau envahit aussitôt le véhicule. Asher avait beau se débattre, il ne parvenait à s'en sortir. Il continuait malgré tout à se débattre tout en hurlant dans la réalité. C'est alors qu'il se redressa ruisselant de sueur, incapable de reprendre pied. Dehors, la tempête continuait à s'abattre avec intensité sur la côte. Kassandra quitta immédiatement la chambre pour rejoindre son hôte. Le pauvre, il était comme tétanisé et regardait le mûr sans faire montre d'aucun sentiment. Son regard était totalement vide. Toutefois, le contact de la main de Kassandra contre la sienne, le ramena aussitôt dans le monde des vivants à la grande joie de la jolie brune. « - Kassandra ? Qu'est-ce qui se passe ? » Il lui caressa la joue avec douceur. « - Je vous ai réveillé c'est ça ? Pardon, ce sont mes foutus cauchemars. J'en fais depuis des années, toujours le même. » Il se massa les tempes et quitta le canapé pour retrouver la cuisine et sa fidèle bouteille qu'il vida dans le premier verre qui lui tomba sous la main. « - Retournez-vous couchez ça ira, je vous assure ! »



– CODED BY CERSEI –



LOVE IS A WEAKNESS

and i'm not weak !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caméléon


Caméléon

avatar

Kassandra
▻OREOS : 348
▻ARRIVE(E) LE : 03/01/2017
▻LOCALISATION : Quelque part à Blue Cove, en coloc avec Asher
▻LOISIRS : Faire du roller, manger de la glace et des frites, faire du roller, apprendre de nouvelles choses, savourer sa liberté

MessageSujet: Re: Il n'est point de bonheur sans liberté.   Dim 17 Déc - 20:10



Il n'est point de bonheur sans liberté

Le cri qui avait retenti, réveillant Kassandra, avait de quoi glacer le sang. Après un réveil en sursaut, la jeune femme, qui avait compris que c’était Asher, s’empressa de le rejoindre au salon, ne prenant même pas le temps d’enfiler un pull. Elle était en sous-vêtements et fort heureusement, il ne faisait pas aussi froid que dehors où, la nuit et la tempête ayant toujours leurs droits, il devait vraiment « cailler ». Le gaillard suait à grosses gouttes, il faisait visiblement un cauchemar effroyable. La caméléone ne savait que trop bien ce que c’était et essaya, du mieux qu’elle put, de le réveiller en douceur. Elle lui avait pris la main, espérant l’apaiser en parlant avec douceur. Ash se réveilla alors et sembla reprendre peu à peu ses esprits, demandant ce qu’il se passait. C’était plutôt à elle de poser cette question. La brunette tâcha de lui sourire pour le rassurer.

- Ce n’est rien. Allons, ne vous excusez pas, ça arrive à tout le monde de faire des cauchemars.

Il expliqua alors qu’il en faisait depuis des années. Toujours le même. Kassie savait que lorsque ça arrivait, c’était souvent que c’était lié à un traumatisme du passé. En général lors de l’enfance. Elle vit alors Asher se lever pour se servir un verre. La jeune femme esquissa une petite moue. Ce n’est pas en buvant autant qu’il parviendrait à chasser ses démons. Elle le rejoint et lui prit avec douceur le verre des mains.

- Nos cauchemars révèlent nos désirs inassouvis et nos peurs d’enfants. Certains nous préviennent que nous nous mettons en danger et que nous devons changer.

Elle reposa le verre sur le rebord de la cuisinière avant d’attraper une serviette pour lui éponger le front.

- Vous voulez m’en parler ? Ca fait parfois du bien de discuter de ce genre de choses.

Kassandra parlait souvent de ses cauchemars à Stanley, et ça l’aidait. Elle dormait avec le doudou qu’elle s’était fabriqué en arrivant avec un oreiller et des lacets pour pallier l’absence du sien et quand elle avait trop peur la nuit, elle le serrait tout contre elle. Elle se demandait d’ailleurs à qui elle pourrait en parler désormais, mais ce n’était pas suffisant pour que l’idée de vivre Centre ne devienne nostalgique. Le pauvre Asher devait être terrifié pour avoir crié comme ça, et s’il faisait ce genre de cauchemar souvent, ses nuits ne devaient pas être bien reposantes. Elle remarqua aussi qu’il n’avait pas de doudou. Courageux. Kassandra alla s’asseoir sur un coin du canapé, invitant du regard son hôte à en faire de même.

- Je me refuse à vous laisser comme ça.






– CODED BY CERSEI –



You are where you need to be...
Just take a deep breath.
©️ Miss.Pie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur



avatar

Asher Collins
▻OREOS : 83
▻ARRIVE(E) LE : 21/08/2017
▻LOCALISATION : The Centre sûrement dans sa salle de classe ou au bar le plus proche
▻LOISIRS : Apprendre à se battre à une bande d'ado pré-pubères

MessageSujet: Re: Il n'est point de bonheur sans liberté.   Mar 16 Jan - 16:57



Il n'est point de bonheur sans liberté


Le cœur battant la chamade et le souffle haletant, Asher tentait tant bien que mal de reprendre ses esprits. Toutes ses nuits étaient semblables depuis le retour, mais il ne parvenait à s'y habituer. Kassandra était à ces côtés, attentive et exempte de peur malgré le hurlement qu'il avait poussé. Ash en était presque désolé d'avoir mis un terme aussi violemment à son sommeil, tellement qu'il déposa une main bienveillante sur sa joue. Un geste qui l'étonna lui-même. Ainsi était-il encore capable de faire preuve de douceur à l'encontre d'une autre personne ? De toute évidence oui, mais c'est quelque peu gêné qu'il préféra mettre de la distance et quitta le canapé. « - Ouais tout le monde fait des cauchemars, c'est évident ! » Mais pas comme les siens. Il se massa à nouveau la nuque, c'est un geste qu'il effectuait en général lorsqu'il était tendu. Il lui arrivait aussi de faire craquer ses cervicales, il préféra toutefois s'abstenir cette fois et migra jusqu'à la cuisine pour récupérer sa fidèle bouteille. Comme à l'accoutumée, sa main gauche se mit à trembler. Il lui fallait encore un peu de temps pour se remettre, un temps qu'il ne s'octroyait pas comme d'habitude.

Puis il retrouva le salon et son invitée, lui faisant savoir, pour la rassurer qu'elle pouvait retourner se coucher. Il avait la situation en main. Après quelques gorgées, il savait que Morphée pointerait à nouveau le bon de son nez et que cette fois serait la bonne. Mais il n'avait pas pris en considération les réactions de Kassandra qui venaient mettre à mal ses plans de boisson. Avec douceur, tout en étant ferme, la jeune femme lui subtilisa le verre qu'il s'apprêtait à remplir. Intrigué il l'observa tout en restant silencieux et attentif à ses paroles emplies de sagesse. « - Je ne me noie pas dans l'alcool si c'est ce que vous cherchez à me faire dire » lança-t-il légèrement hostile alors que son interlocutrice déposait le verre sur le rebord de la cuisinière tant en attrapant un torchon qu'elle approcha du visage de l'ancien militaire. Sans le quitter du regard, elle tapota avec douceur son front pour le délester des quelques gouttes de sueur qui y perlaient encore.

« - Je n'ai pas besoin de parler ! » lança-t-il froidement avant de se soustraire à la proximité instaurée par Kassandra. Mais de toute évidence, il en fallait plus pour la désarçonner. Sans rien ajouter, elle rejoignit le canapé. Ash soupira longuement, puis accepta, sans trop savoir pourquoi, de prendre place à ses côtés. « - Je ne veux pas de votre pitié, si c'est de la pitié ok ? On a tous nos problèmes, c'est comme ça ! » Mâchoires serrées, il regardait droit devant lui, tordant ses doigts à mesure qu'il s'exprimait. Son cauchemar ne quittait plus ses pensées, tout comme les nouveaux éléments venus s'y greffer. Il restait silencieux, mais se délesta peu à peu de sa froideur, inutile en de telles circonstances, Kassandra n'étant pas un danger. « - Vraiment, retourner vous couchez ! » Il se tourna vers elle et posa son regard sur le sien avant de saisir sa main. « - Ca va aller je vous assure ! Je vais me rendormir et ça ira cette fois. S'il vous plaît Kassandra ! » Il se leva lui tendit la main comme s'il s'apprêtait à l'inviter à danser, puis il la reconduit dans sa chambre « - Reposez-vous ! Demain est un autre jour ! » Il s'approcha et déposa sur sa joue un léger baiser avant de mettre à nouveau les voiles pour regagner son clic-clac.

Cette fois fut la bonne. Morphée le trouva à nouveau et lui octroya quelques heures de sommeil sans cauchemars. À son tour, la tempête qui s'acharnait sur Blue Cove, mit les voiles pour offrir un répit bien mérité aux habitants. Asher fut le premier à se lever. Il prépara des pancakes, du thé et du café ne sachant comment contenter Kassandra. Il disposa le tout sur la table et attendit qu'elle se réveille. Lorsque leurs regards se croisèrent à nouveau, il ne put s'empêcher de lui sourire avec bienveillance. « - Salut ! J'espère que vous avez bien dormi. J'ai préparé un semblant de petit-déjeuner. Je vous laisserai ensuite le temps de vous préparer avant de vous amener à bon port. Continuez à faire comme chez vous. Je vais aller me prendre une douche » Sans plus attendre, il quitta la pièce de vie et regagna sa chambre pour délester sa penderie de quelques fringues avant de rejoindre la salle de bains. Il se déshabilla progressivement, se regarda dans la glace, laissant paraître par le biais de son reflet, cette éternelle tristesse dans le regard. Peut-être devait-il lui dire de rester « Non ! » pensa-t-il aussitôt. Elle devait partir regagner un ailleurs qui lui permettrait de se construire un semblant de vie. Ash souffla longuement puis entra dans la douche, qui fut aussi rapide que sa nuit.

Durant tout le trajet, il se terra dans le silence, la radio allumée, leur assurait cependant un fond sonore. Asher fixait la route et tenait fermement le volant de son pick-up. Ils arrivèrent enfin à bon port après plus de dix minutes de trajet. Asher fut le premier à sortir et vint ouvrir la porte à Kassandra. Il sortit de sa poche plusieurs dollars qu'il lui tendit « - Ce n'est pas grand-chose, ça vous permettra de payer le trajet. » Il déposa le tout dans sa main. Son regard valdinguait de-ci de-là, sans jamais oser croiser celui de la jeune demoiselle. « - J'espère que vous trouverez ce que vous cherchez et que ça se passera bien pour vous » Les mots peinaient à sortir, Ash n'étant pas un grand causeur. « - Prenez soin de vous ! » Il hésita l'espace d'un instant, avant de s'approcher pour prendre la jeune femme dans ses bras et lui glisser à l'oreille. « - Il y a un papier avec mon numéro avec les billets ! » Il se détacha ensuite et tenta de reprendre un peu de contenance. Un bus entra en gare, certainement celui qui garantira à Kassandra la destination vers une nouvelle vie. « - Faites bien attention à vous d'accord ? » Il attendit sa réponse, lui sourit une dernière fois avant de tourner les talons pour s'éloigner. Il ne voulait pas s'attarder, cela rendrait le départ plus difficile et pour elle et pour lui. Il devait partir, mettre de la distance, la laisser s'en aller à son tour et vivre sa vie. C'était la meilleure des solutions et aussi la meilleure des alternatives pour ne pas s'attacher davantage.



– CODED BY CERSEI –



LOVE IS A WEAKNESS

and i'm not weak !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caméléon


Caméléon

avatar

Kassandra
▻OREOS : 348
▻ARRIVE(E) LE : 03/01/2017
▻LOCALISATION : Quelque part à Blue Cove, en coloc avec Asher
▻LOISIRS : Faire du roller, manger de la glace et des frites, faire du roller, apprendre de nouvelles choses, savourer sa liberté

MessageSujet: Re: Il n'est point de bonheur sans liberté.   Dim 21 Jan - 20:18



Il n'est point de bonheur sans liberté

Asher était têtu, au moins autant que pouvait l’être Kassandra, mais elle ne le connaissait pas et ne voulait pas insister. Il ne voulait pas parler, il ne voulait pas parler de ses cauchemars, de son mal-être et des raisons de tout cela, mais au moins, il savait que si le besoin se faisait sentir, il pouvait le faire. La jeune femme lui avait retiré gentiment l’alcool des mains et se heurta à une réaction un peu vive dont elle ne s’offusqua pas, gardant sa douceur et son calme pour essayer de l’apaiser. Elle ne savait que trop bien à quel point on était chamboulé en se réveillant d’un terrible cauchemar.

-OK, OK, on reste calme. Et ce n’était pas de la pitié, Asher, mais de la compassion. C’est très différent. Vous êtes loin d’inspirer un sentiment de pitié, croyez-moi. Mais je sais ce que c’est, et je sais que ce n’est pas enviable.

Plus elle regardait cet homme et plus il la troublait. Elle avait l’impression de déceler tant de similitudes en lui, lui rappelant parfois sa propre histoire. Mais elle mettait tout cela sur le compte de l’émotion, le psychique jouait parfois de drôles de tours, elle l’avait appris, et l’évasion inespérée qui était la sienne avait eu de quoi la chambouler, elle en était consciente. Ash insista pour qu’elle retourne se coucher, alors elle obtempéra. Elle se leva du canapé sur lequel elle avait pris place, espérant le pousser à parler un peu, et lui sourit une dernière fois.

-Bien, je vous écoute. Bonne nuit Asher.

Puis elle regagna la chambre qu’il lui avait si gentiment prêtée et se réinstalla sous l’épaisse couette forte appréciée. Elle n’en avait jamais eu de telle et cette sensation lui plaisait beaucoup.
La nuit se déroula ensuite sans encombre avant qu’elle ne s’éveille au petit matin. Les oiseaux chantaient, signe que la tempête avait cessé toute activité, et surtout signe qu’elle n’avait pas rêvé, elle était belle et bien libre ! Un immense sourire se dessina sur ses lèvres à ce constat et elle s’empressa d’enfiler ses vêtements, pliant avec soin le pull que lui avait prêté Asher. Puis, elle sentit une délicieuse odeur qui émanait de la pièce principale du mobil-home. Curieuse, et surtout mourant de faim, elle ouvrit la porte et découvrit le maître des lieux qui déposait le petit déjeuner sur la table. Le sourire qu’il lui tendait lui semblait aussi réconfortant qu’un rayon de soleil.

-Bonjour Asher. Oui, très bien bien dormi, merci, et vous ça a été ?

Elle posa les yeux sur la pile de pancakes qu’il avait préparé, elle n’en avait jamais mangé et ça lui paraissait bien appétissant. Il y avait aussi du café et du thé.

-Alors c’est ça qui sent si bon ? demanda-t-elle en désignant les pancakes des yeux et s’asseyant à table.

Elle le regarda s’éloigner en souriant et goûta donc à sa création culinaire. C’était absolument divin et ça semblait vraiment très élaboré. Puis elle goûta au café qu’elle n’avait eu que peu d’occasion de boire quand son regard se posa sur la cafetière, un objet qu’elle n’avait encore jamais vu et encore moins utilisé. Prenant un dernier morceau de pancake, elle s’approcha de la « bête » pour mieux l’observer, et la débrancha pour la regarder sous toutes les coutures. Elle voulait comprendre comment elle fonctionnait, et pour ça, quoi de mieux que de la démonter ? En quête d’outils, la jeune femme en avait complètement oublié qu’Asher allait revenir d’une seconde à l’autre. Ce qu’il fit avant qu’elle n’ait eu le temps de mettre son plan à exécution. Ash revint et ce fut à son tour d’aller prendre une douche qui lui fit le plus grand bien. Pour une fois, elle pouvait prendre son temps et c’était Ô combien appréciable. Lorsqu’elle ressortit à son tour, l’ancien militaire l’accompagna comme promis à la gare routière de Blue Cove. Elle resta aussi silencieuse que lui sur le trajet, même si elle mourrait d’envie de lui poser tout un tas de questions et surtout d’essayer de le convaincre de ne pas s’approcher du Centre. Perdue dans ses pensées alors que le pick-up s’arrêtait, elle entendit sa portière s’ouvrir. Ash avait fait preuve de galanterie ce qui émut Kassie.

-Oh, merci.

Elle descendit du véhicule et fut surprise de se voir offrir quelques dollars. Bouche bée par tant de gentillesse, elle en avait presque les larmes aux yeux.

-Asher… non, c’est… Oh merci, merci pour tout.

Elle le serra dans ses bras alors qu’il avait pris l’initiative de l’étreinte. Ce contact lui fit du bien et elle n’avait pas envie d’y mettre fin. Pourtant, il le fallait bien. Elle lui sourit alors qu’ils se faisaient face à nouveau.

-Vous aussi, faites bien attention à vous, je vous en prie. Soyez prudent. Et merci encore.

Elle resta plantée là, le regardant s’éloigner avant de n’être plus visible. Puis elle se tourna vers la gare routière, poussant un soupir. Elle observa le ciel bleu, heureuse de voir le jour en vrai pour la première fois depuis bien longtemps, et le sourire se dessina sur ses lèvres à nouveau. Entrant dans la gare, elle se mit à réfléchir à ce qu’elle allait faire : partir ou rester. Après vingt longues minutes à peser le pour et le contre, elle se décida finalement à rester. Il lui faudrait trouver un logement, un travail… Elle ramassa un journal laissé à l’abandon sur l’un des sièges de la salle d’attente et lut les petites annonces avant d’ensuite étudier le plan de la ville, puis se lança à pied à la découverte de la ville, essayant d’être la plus discrète possible au cas où des agents du Centre la chercheraient en ville.





– CODED BY CERSEI –



You are where you need to be...
Just take a deep breath.
©️ Miss.Pie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Il n'est point de bonheur sans liberté.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Il n'est point de bonheur sans liberté.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE WORLD'S CHANGING :: LA CORBEILLE A PAPIER :: Les anciens RP-
Sauter vers: