THE WORLD'S CHANGING
Il existe des êtres doués d'une intelligence supra-normale, des génies qui possèdent entre autres la faculté d'assumer n'importe quelle identité. Un jour, les chercheurs d'une entreprise appelée le Centre ont mis en isolement un de ces êtres, un jeune garçon nommé Jarod, et exploitèrent son génie pour des recherches secrètes. Mais un jour le caméléon leur échappa

THE WORLD'S CHANGING

Bienvenue à Blue Cove, Delaware !
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 The sphere of our existences - Kassandra

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Elève de l'ICP



avatar

David Bass
▻OREOS : 122
▻ARRIVE(E) LE : 27/03/2017
▻LOCALISATION : Pas là. Et pas là non plus en fait.
▻LOISIRS : Cubaholic

MessageSujet: The sphere of our existences - Kassandra   Lun 10 Avr - 9:07


The sphere of our existences

C'était bien la première fois dans sa vie que David n'avait hâte que d'une chose : pouvoir aller au lycée. Il n'avait pas fait part de cette envie à ses parents. Parce qu'il leur en voulait comme jamais. Pas de l'avoir mis dans cette école. Non au contraire. Plutôt de ne pas l'y avoir mis plus tôt. Lui qui du coup avait du supporter des années dans un endroit où il était entouré d'abrutis.
Oh ça ne voulait pas dire que dans cette nouvelle école il pouvait se dire entouré d'amis de partout.
Disons juste qu'il en avait au moins un. Ou deux. Peut être trois. Mais surtout un plus....Plus Mélanie.

En vérité, s'il désirait retourner à l'école c'était bien à cause de ces deux personnes.
David en était au point à se surprendre à sourire tout seul. Depuis quand n'avait il pas souris comme ça ? Surement jamais. Jamais encore dans sa vie il n'avait souris autant. Ou peut être quand il était très jeune.
Enfin.
En attendant les cours, il pouvait toujours se promener en ville. Pas qu'il comptait augmenter sa collection de rubik's cube. Juste qu'il cherchait un endroit pour s'acheter des CDs. Son portable avec un casque ne lui suffisait pas. Il aimait acheter des CDs et les mettre dans une chaîne hifi. Mettre le son assez fort pour que ses parents le laissent tranquille. Et sans qu'ils lui demandent de baisser.

Il entra dans un magasin qui vendait des CDs et des DVDs et il ignora totalement ce dernier rayon pour ne se consacrer qu'au premier.
Dans le doute d'être abordé par l'iidiotie  d'un vendeur le pensant trop stupide pour chercher ce qu'il voulait tout seul, David gardait son casque autour de ses épaules. Son attention étant ainsi un peu plus présente.  
C'est de cette façon qu'il pouvait voir une autre cliente, sûrement plus âgée que lui et qu'il l'observait du coin de l'oeil.
Il n'avait pas que ça.  Il cherchait du Bach.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caméléon


Caméléon

avatar

Kassandra
▻OREOS : 227
▻ARRIVE(E) LE : 03/01/2017
▻LOCALISATION : Quelque part à Blue Cove

MessageSujet: Re: The sphere of our existences - Kassandra   Sam 15 Avr - 17:20


The sphere of our existences

Kassandra avait fui le Centre depuis quelques mois maintenant. Quel calvaire elle avait vécu là-bas ! Elle avait passé pour ainsi dire toute sa vie dans les sous-sol de cette bâtisses aux dimensions incroyables. Enfin, pour ce qu’elle s’en rappelait de l’extérieur, étant donné qu’elle avait été « incarcérée », comme elle le disait intérieurement, à l’âge de sept ans. Si jeune, tout semblait démesuré, mais le Centre était véritablement immense. Depuis lors, avant son évasion, elle n’avait plus jamais vu la lumière du jour, si ce n’était au travers de vidéo qui servaient aux simulations dont elle était l’un des rats de laboratoire.

A présent dehors depuis de nombreuses semaines, la jeune femme apprenait à vivre de manière autonome, et elle adorait sa liberté. Pour rien au monde elle n’aurait accepté de retourner là-bas. Plutôt mourir. Elle s’était trouvé quelques petits job payés au black pour pourvoir survivre, et entre temps, elle travaillait bénévolement dans un dispensaire. Elle était douée pour la médecine, et aider les autres était devenu une sorte de vocation et elle appréciait de le faire, elle se rendait utile, véritablement, et ça lui plaisait. Le directeur de l’hôpital lui avait proposé plusieurs fois de l’engager, mais Kassie était consciente que d’une part, avoir un travail fixe à Blue Cove risquait tôt ou tard de la faire repérer, et d’autre part, elle n’avait ni pièce d’identité, ni compte en banque. Comment avoir un vrai travail alors ? Elle se refusait catégoriquement à créer de faux documents, même si c’était tout à fait dans ses cordes. Elle avait donc décidé que tant que la situation ne l’y obligerait pas, elle ne franchirait pas le palier de l’illégalité.

Chaque jour était source de découverte pour la jolie brune. La première semaine, elle avait constaté les différences de mode vestimentaires et s’était plu à essayer différents styles de vêtements pour trouver celui qui lui conviendrait le mieux. Pour l’instant, elle avait opté pour le côté « passe-partout », tant qu’elle resterait à Blue Cove avec le risque d’être retrouvée, il fallait faire profil bas. Un jean’s, des tennis et des hauts tous simples avec une veste en cuir ou en jean’s feraient l’affaire. Ce jour-là, elle avait décidé d’aller acheter de quoi écouter de la musique chez elle, dans son tout petit appartement miteux mais qui lui semblait un palace à côté de ce qu’elle avait connu. La musique apaisait les mœurs, et son esprit était hantés par de terribles cauchemars, aussi s’était-elle dit qu’en écoutant un peu de classique avant de dormir, ça l’aiderait à avoir des nuits plus paisibles. Bach, elle se souvenait que son père l’écoutait en voiture. Quelle étrange chose que les souvenirs. Le Centre s’était assuré qu’elle oublie jusqu’à son nom de famille ainsi que le visage de ses parents, mais certaines bribes de souvenirs restaient, comme ce petit détail que certains trouveraient insignifiant, mais qui comptait beaucoup pour Kassandra.

Une fois à l’intérieur de ce magasin auquel elle pensait depuis des jours mais dans lequel elle n’était entrée qu’après avoir économisé suffisamment pour s’offrir quelques CD et surtout une chaîne hi-fi, Kassie observa les lieux. Son sens inné de l’observation lui fit repérer la méthode de rangement des vendeurs dès le premier coup d’oeil, aussi se dirigea-t-elle sans attendre vers le rayon des musiciens classiques, au niveau de la lettre B. Sans attendre, une fois devant, elle fit défiler les CD pour trouver l’objet de sa convoitise, et quelle ne fut pas sa surprise en constatant qu’il ne restait qu’un seul CD de ce compositeur. Bon, il n’y aurait donc pas de choix. Elle se saisit de la pochette en plastique et le retourna pour consulter le nom des morceaux présents. Sans s’en rendre compte, elle reculait de quelques pas jusqu’à percuter une personne. Se retournant, elle s’aperçut qu’il s’agissait d’un jeune homme.

-Oh, pardon, je suis vraiment désolée, je ne vous ai pas fait mal au moins ?



You are where you need to be...
Just take a deep breath.
©️ Miss.Pie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elève de l'ICP



avatar

David Bass
▻OREOS : 122
▻ARRIVE(E) LE : 27/03/2017
▻LOCALISATION : Pas là. Et pas là non plus en fait.
▻LOISIRS : Cubaholic

MessageSujet: Re: The sphere of our existences - Kassandra   Mer 19 Avr - 9:19


The sphere of our existences

Alors qu'il allait enfin réussir à avoir son CD, il y avait déjà quelqu'un devant le rayon. Et David n'était pas un idiot - bien au contraire - de loin, il avait bien vu que du Bach il ne semblait pas en rester beaucoup. Parce que cette femme n'avait pas eut l'air de chercher longtemps. Parce qu'elle paraissait vouloir le même compositeur. S'il y avait eut plus de choix, elle aurait hésité plus longtemps. Sauf si c'en était un précisément qu'elle voulait. Mais...Mais les CDs de classique n'étaient généralement pas forcément les plus précis. Toujours est il qu'il garda son hypothèse.
Et dans les mains de cette femme face à lui en subsistait sûrement un des derniers exemplaires.
Face a lui parce qu'elle venait de lui foncer dessus. Face à lui parce qu'elle le percuta et qu'il grimaca, facilement de mauvaise humeur.
Elle s'excusa mais David s'en ficha. Il n'aimait pas parler aux gens.
Parce qu'il n'était pas bon à ça. Du tout.

- Non. Mais tu aurais pu.

Il la devanca et rechercha rapidement Bach. Pour constater que c'était pire que ce qu'il pensait.
L'exemplaire dans sa main était le dernier.
Il n'y en avait plus d'autre. Il n'apprécia pas, et quand il se retourna, il faisait une sacré moue.
Se plaçant face à la femme il était prêt à récupérer ce qu'il était venu chercher. Trop la flemme d'aller dans un autre magasin.

- Je veux ce CD. Donne le moi et vas t'en prendre un autre. Pour t'excuser de m'avoir bousculé. S'il te plaît.

David s'imaginait que s'il restait poli, les gens finiraient par succomber.
Mais de toute façon, il voulait ce CD.



I want to hurt you so much.


It's a filthy world we live, in its a filthy goddamn world and honestly I feel like I'm helping to take them away from the shit and the piss and the vomit that run through the streets.

KoalaVolant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caméléon


Caméléon

avatar

Kassandra
▻OREOS : 227
▻ARRIVE(E) LE : 03/01/2017
▻LOCALISATION : Quelque part à Blue Cove

MessageSujet: Re: The sphere of our existences - Kassandra   Mer 19 Avr - 13:50


The sphere of our existences

Kassie était tellement absorbée par ses pensées et sa petite quête du fameux CD de Bach que son cher père écoutait, qu’une fois l’objet de sa convoitise en mains, elle ne s’était pas aperçue qu’un jeune homme se trouvait derrière elle, et en reculant, elle le bouscula légèrement. Légèrement ! Pas de quoi fouetter un chat et pas de quoi insister des plombes, alors qu’elle avait présenté ses excuses poliment. Et lui, comment avait-il réagi ? Il se permettait de la tutoyer et sa réaction pour si peu, lui parut disproportionnée.

-Euh ok, ben… encore une fois, pardon, lâcha-t-elle un peu surprise.

Elle le laissa aller vers le bac à CD alors qu’elle reportait son attention sur le dos du boitier qu’elle tenait en main pour continuer à lire la liste des musiques de chambre du Cantor de Leipzig présentes sur cet exemplaire. Alors que d’un pas lent, elle se dirigeait vers les caisses, le jeune inconnu revint à la charge, lui barrant la route. Elle leva les yeux vers lui, et constatant qu’effectivement c’était toujours lui, elle leva les yeux au ciel.

-Quoi encore ?

Là, elle crut halluciner. Il lui ordonnait carrément de lui donner le CD qu’elle tenait en mains. Et à la fin il ajouta un pauvre « s’il te plaît », comme si cette formule magique lui permettrait d’obtenir tout ce qu’il veut. Elle aussi elle le voulait ce CD, et elle était arrivée la première ! Encore un peu détentrice d’en mentalité d’enfant, Kassandra serra le CD contre elle.

-Je te demande pardon ? lâcha-t-elle avec un petit rire. Ce n’est pas une raison ! Je t’ai légèrement bouscule et du coup je dois me plier à toutes tes volontés ? Je ne suis pas d’accord avec ça. Je l’ai vu la première et c’est moi qui l’ai pris. C’est toi qui vas aller t’en prendre un autre. Mes excuses, je te les ai déjà présentées, fais-toi une raison, petit.

Elle croisa les bras avec une petite moue.

-C’est pas très gentil, la manière que tu as de m’aborder. J’ai vraiment pas fait exprès. Et c’est pas en te montrant aussi peu sympathique que tu obtiendras quoi que ce soit.

Et puis, ce CD, il était important pour elle. Il ne pouvait pas l’être autant pour lui, si ?



You are where you need to be...
Just take a deep breath.
©️ Miss.Pie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elève de l'ICP



avatar

David Bass
▻OREOS : 122
▻ARRIVE(E) LE : 27/03/2017
▻LOCALISATION : Pas là. Et pas là non plus en fait.
▻LOISIRS : Cubaholic

MessageSujet: Re: The sphere of our existences - Kassandra   Mer 19 Avr - 14:18


The sphere of our existences

[*tousse* on passera outre le fait que je viens de capter que David aimait pas forcément le classique mais surtout Mozart *tousse tousse* hrm]

David préféra ignorer ses excuses. Il n'aimait pas les excuses. Il n'aimait pas grand chose après tout. En fait, il aurait pu passer tout son temps enfermé dans sa musique, avec ses Rubik's cube qu'il l'aurait fait. A la condition d'avoir ses amis avec lui. Et Mélanie. Bon... Il s'était un peu amélioré par rapport à avant, quand même.
Toujours est-il qu'il devint donc obsédé de ce CD. Ce n'était même pas qu'il adorait Bach, vu qu'il préférait largement Mozart. Mais c'est juste que quand il avait décidé une chose, il aimait s'y tenir quand même. Et il voulait, ce maudit CD. Que cette femme lui avait prise. Et il se contrefichait de cette femme. Il voulait le CD.

Mais bien sûr, sa façon de parler, était loin d'être la plus approprié au monde, et la jeune femme le pris très mal. Ce qui le fit grimacer, comme s'il ne comprenait pas pourquoi elle ne lui donnait pas le CD. Ok, c'était exagéré. David savait très bien pourquoi elle ne voulait pas lui passer. Parce que c'était une idiote, voilà tout.
C'était encore un raccourci pris rapidement, et qui n'était pas des plus crédibles, mais il ne pouvait pas être crédible tout le temps, après tout. Surtout en ce qui concernait ses relations avec les gens.
Mais l'autre continua d'insister sur le fait que non. Elle ne lui donnerait pas ce CD et David n'eut aucune idée de pourquoi elle comparait ses excuses au fait qu'elle devait lui filer cet album. Encore un raccourci d'idiot.

Mais pire encore, elle osa le réprimander comme si David était un enfant de quatre ans. Sauf que David avait dix sept ans, et qu'il ne supporta pas cette façon de lui parler.

- Pourquoi faut-il toujours être "sympathique" ? C'est tellement idiot.

Sa phrase était sortit doucement, quasiment de façon inaudible. Simplement que David commençait à fatiguer, et que bon sang, il voulait ce CD, point barre.
Bon, il aurait très bien pu aller voir ailleurs, parce que Bach était sûrement moins bon que Mozart. Mais maintenant qu'il était entrainé là dedans, il n'avait aucune envie de lâcher l'affaire.

- J'aurais très bien pu en prendre un autre, mais tu as pris le dernier Bach. Et vu ton argumentaire du "c'est pas gentil d'être méchant", j'imagine être plus intelligent que toi, pour écouter ce CD.

Bien évidemment, David n'avait strictement aucune idée de la réelle intelligence de la personne en face de lui. Et si on lui demandait, il répondrait qu'il s'en fiche complètement. Mais disons qu'il voulait ce CD, et puis c'est tout.

- Et j'ai sûrement plus d'argent que toi aussi. Va dans un autre magasin, et donne moi ce CD.

Et s'il devait frapper pour l'obtenir...Il ne le ferait pas. David n'était pas un idiot. Finir au commissariat juste pour du Bach, ça en serait pathétique. Non, il voulait juste insister jusqu'à en avoir marre, et se tourner vers son amour de toujours. Mozart.



I want to hurt you so much.


It's a filthy world we live, in its a filthy goddamn world and honestly I feel like I'm helping to take them away from the shit and the piss and the vomit that run through the streets.

KoalaVolant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caméléon


Caméléon

avatar

Kassandra
▻OREOS : 227
▻ARRIVE(E) LE : 03/01/2017
▻LOCALISATION : Quelque part à Blue Cove

MessageSujet: Re: The sphere of our existences - Kassandra   Mer 19 Avr - 14:50


The sphere of our existences



Kassandra était dépassée par ce qu’elle entendait. Le jeune homme tenait des propos qui lui semblaient totalement démesurés. Depuis qu’elle était sortie du Centre, elle apprenait à découvrir l’espèce humaine, la vraie, celle qui vivait à l’extérieur, à l’air libre, et non pas les autres « rats de labo » comme elle ou les scientifiques qui les étudiaient. Et autant elle avait beaucoup de bonnes surprises, autant, comme aujourd’hui, elle tombait des nues. Son empathie naturelle la poussa à se demander ce qui avait bien pu arriver à ce garçon pour qu’il soit aigri aussi jeune.

-Eh bien, être sympathique permet d’éviter des conflits aussi stupides que celui-ci. Comment tu t’appelles ?

La caméléone crut halluciner quand il lui fit comprendre qu’il se pensait plus intelligent qu’elle. Loin d’avoir envie de se la raconter, contrairement au gamin, Kassie se contenta de lever les yeux au ciel une nouvelle fois. S’il savait.

-C’est vrai que ton comportement démontre une réelle supériorité intellectuelle. C’est quoi ta spécialité ? Les math ? Donne-moi la cinquante-deuxième décimale de pi, et après on pourra parler d’intelligence.

Bon, il marquait un point en faisant remarquer qu’il avait surement plus d’argent qu’elle. Cela se voyait tant que ça qu’elle portait des vêtements de seconde main acheter dans un troc ? Bon, quand elle aurait un peu plus d’argent devant elle, elle se promit de s’acheter des vêtements, même pas chers, mais neufs.

-Tiens, j’ai une autre question pour toi. Pourquoi il est si important pour toi, ce CD ? Et si tu as autant d’argent, pourquoi tu ne vas pas toi ailleurs pour t’en procurer un autre ? C’est pas comme si tu étais débordé par le boulot, tu as quoi, seize, dix-sept ans ?

S’il lui donnait un réel argument quant à l’importance de Bach dans sa vie, peut-être que Kassie commencerait à réfléchir sur l’éventualité de lui refiler ce fameux CD, mais en attendant, elle estimait que c’était à elle qu’il revenait, vu qu’il avait une importance sentimentale et qu’il l’aiderait peut-être à se rappeler un peu mieux de ses parents. Qu’est-ce qui pouvait être plus important que ça ?
Jamais Kassandra n’aurait imaginé voir autant d’animosité de la part d’un si jeune individu.

-Qu’est-ce qui a bien pu t’arriver pour que tu aies un comportement aussi détestable ? demanda-t-elle en l’observant comme s’il s’agissait d’un sujet d’étude.


HJ: mdr dommage pour Bach. lol! On dira qu'il l'aime aussi Razz



You are where you need to be...
Just take a deep breath.
©️ Miss.Pie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elève de l'ICP



avatar

David Bass
▻OREOS : 122
▻ARRIVE(E) LE : 27/03/2017
▻LOCALISATION : Pas là. Et pas là non plus en fait.
▻LOISIRS : Cubaholic

MessageSujet: Re: The sphere of our existences - Kassandra   Mer 19 Avr - 15:39


The sphere of our existences

Bien. Dans le genre stupidité - ou intelligence, tout dépendait de ce qu'on imaginait -, cette fille semblait dépasser toutes ses "espérances". Après tout, sans prévenir, elle lui demanda son nom après lui avoir fait une réplique sur le fait qu'il n'était guère gentil.
Soit elle voulait son nom pour s'arranger de le faire coffrer s'il se passait quelque chose de mal entre eux. Mais il ne savait pas si elle était suffisamment intelligente pour ça. Pour la première fois depuis qu'il avait ouvert sa bouche pour lui parler, c'était la première fois que David réfléchissait un peu plus.
Enfin, pas très longtemps, puisqu'il ne voyait pas pourquoi il lui donnerait son nom.

Il sembla légèrement décontenancé, quand elle paru le remballer sans même attendre, lui demandant un truc sur pi. Bien que David aimait les maths, il n'avait jamais trouvé très intéressant d'apprendre l'entièreté des décimales de pi. A quoi cela aurait-il pu lui servir ?
Mais ce qui était essentiel à ce moment là, c'est que cette femme lui rappelait quelqu'un. De par sa façon de lui répondre sans même hésiter, avec cet air presque tranchant, trop réprobateur.
David ne fut pas sûr, sur le coup si ça lui plaisait ou pas.

- Pi n'est pas important pour moi.

Demi-mensonge. Vu comment il aimait les maths, Pi restait essentiel à ces yeux. Juste qu'il ne voulait pas paraître pour un idiot. Juste que maintenant, il restait sur ses gardes.

D'autant qu'elle enchaîna sans perdre de temps, répliquant à son tour à ce qu'il avait pu riposter. Maintenant, les deux se battaient sur la raison de l'importance d'un maudit CD, et honnêtement, David avait sincèrement la flemme de réfléchir à une raison suffisamment cohérente pour obtenir ce CD.
Par contre, il ne pu s'empêcher de répliquer avec un petit sourire :

- J'ai pas de boulot, c'est les vacances. Mais j'ai la flemme de bouger. Donc je te demande.

Du coup, argumentaire zéro.
A sa dernière réplique, il l'observa, clignant des yeux. David ne sut pas quoi en penser. Personne ne lui avait jamais posé ce genre de question. Ca lui donna presque envie de fuir.
Parce que cela lui rappelait combien il n'était pas comme les autres. Combien cela pouvait rester un problème. Même quand il était censément être entouré de gens "comme lui".
Il fit une moue s'approchant de la colère, et croisa les bras.
David n'était plus bien sûr de s'il voulait ce CD ou pas.

- J'aime pas trop Bach, je préfère Mozart. Mais je voulais changer. C'est tout. Et c'est pas mon comportement qui est détestable. C'est tout le reste du monde qui l'est.

Il avait bien fait en sorte que ces derniers mots fussent prononcer avec amertume. Il ne comptait pas s'étendre plus sur le sujet, mais voilà tout.

- Et j'ai aucune raison de te filer mon identité. Ou la cinquante deuxième décimale de Pi. Ou même autre chose en fait. Si tu veux pas me donner ce CD, tant pis. Y commence à me saoûler en fait. C'est pour ça que Mozart c'est mieux. C'est bien moins chiant, putain.

Si David ne se savait pas sous la menace d'une descente au commissariat, il aurait très certainement essayé de la frapper, mais à la place, il préféra reculer, comme pour faire demi-tour, pour rechercher Mozart, et juste Mozart.



I want to hurt you so much.


It's a filthy world we live, in its a filthy goddamn world and honestly I feel like I'm helping to take them away from the shit and the piss and the vomit that run through the streets.

KoalaVolant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caméléon


Caméléon

avatar

Kassandra
▻OREOS : 227
▻ARRIVE(E) LE : 03/01/2017
▻LOCALISATION : Quelque part à Blue Cove

MessageSujet: Re: The sphere of our existences - Kassandra   Jeu 20 Avr - 21:33


The sphere of our existences


Pour la première fois depuis le début de cette discussion pour le moins invraisemblable, Kassie trouva son jeune interlocuteur amusant. Un brin mauvais joueur, il rétorqua que pi n’était pas important pour lui, ce qui fit sourire la jeune femme avec une légère moue.

-Ah oui ? Tiens, pourquoi ça ne me surprend pas… hasarda-t-elle, pleine de sous-entendu.

Enfin, elle n’insista pas, bien que son côté encore enfantin la poussait à le faire sortir de ses gonds maintenant qu’il l’avait cherchée, et trouvée. Alors qu’elle essayait de trouver une raison à ce jeune homme pour se trouver ici, il expliqua qu’il était en vacances. Tiens, encore une chose que Kassandra ne connaissait pas. Elle savait que, enfant, à l’époque où elle était encore avec ses parents, elle en avait forcément eues après l’année scolaire, mais impossible de se rappeler. Cela faisait surement partie des choses qui avaient été effacées de sa mémoire, tout comme le nom et le visage de ses parents. Tout ce dont elle se rappelait, c’était qu’elle avait une petite sœur qui n’était qu’un nourrisson quand Kassie avait été arrachée à sa famille.

-Eh bien tu as de la chance, profite bien de tes vacances. Du coup, tu n’as que ça à faire, alors pourquoi tu ne vas pas t’en trouver un autre ?

La suite de l’argumentaire la fit tomber des nues. Il disait ne pas trop aimer Bach ! Mais alors pourquoi lui casser les pieds avec ce CD, unique exemplaire dans ce magasin de l’œuvre du compositeur ? Bouche bée pendant une poignée de secondes, la brunette secoua la tête avec un petit rire.

-Tu te fiches de moi, c’est ça ? Tu es en train de me faire tout un speech pour avoir un CD que tu ne mérites pas, alors que tu n’apprécies même pas l’œuvre du compositeur ? Si tu veux changer, essaie donc Vivaldi. Ou Salieri tiens, si tu veux un contemporain de Mozart.

La suite de son discours fut plus aberrante encore. Kassie écarquilla les yeux en l’entendant dire que ce n’était pas lui qui était détestable mais le reste du monde. Une soudaine compassion passa dans le regard de la jeune femme. Elle était passée par un état à peu près similaire il y avait de cela une quinzaine d’années, à l’adolescence en fait. Ne supportant plus l’enfermement, elle était en pleine rébellion et avait décrété que c’était l’univers qui lui en voulait et qui ne tournait pas rond. Mais avec le temps, elle avait fini par comprendre que non, c’était juste ce Centre qui était ainsi.

-Oh.. commença-t-elle. Tu dois te sentir bien seul pour tenir de pareils propos. Tu veux en discuter ? demanda-t-elle gentiment.

Elle ressentit une certaine amertume, voire même de la souffrance dans les propos de son jeune interlocuteur. Il ne voulait pas se présenter, alors peut-être que si elle le faisait, sa langue se délierait un peu pour d’autres choses que des propos agressifs.

-Moi c’est Kassie. Alors tu aimes Mozart ? C’était un vrai génie. C’est pour ça que tu l’apprécies ?





You are where you need to be...
Just take a deep breath.
©️ Miss.Pie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elève de l'ICP



avatar

David Bass
▻OREOS : 122
▻ARRIVE(E) LE : 27/03/2017
▻LOCALISATION : Pas là. Et pas là non plus en fait.
▻LOISIRS : Cubaholic

MessageSujet: Re: The sphere of our existences - Kassandra   Ven 21 Avr - 9:31


The sphere of our existences

David se sentit grimacer voir envoyer un regard noir, quand la femme paru se moquer de lui pour Pi. En vérité s'il réfléchissait un peu il aurait pu trouver. Il n'en avait juste tellement pas envie.

Elle lui répliqua quelque chose de logique. S'il était en vacances, pourquoi ce n'était pas lui qui changeait de magasin ? La réponse était pourtant simple : la flemme.
Dans sa tête, a David, cela lui semblait tout à fait logique.
Beaucoup de choses lui semblaient logiques parce qu'il avait envie qu'elles soient logiques et aussi parce que c'était un gros égoïste. A force de ne pas savoir gérer avec les gens, il ne savait pas comment faire.

Preuve en est que la femme face à lui n'était pas prête de lui donner le CD vu comment elle se mit à parler. Il leva les yeux au ciel quand elle lui parla de Vivaldi ou de Salieri. Il ne pouvait pas supporter le premier et trouvait qu'écouter le second était une insulte à Mozart.

- Tu parles....

Ce fut après, que David s'exprima sur son avis sur les gens. Il n'avait pas peur de dire les mots puisque de toute façon la plupart des personnes n'en avaient soit rien à faire, soit le trouvaient stupide.
Il grimaca un peu plus quand elle parla du fait qu'il devait se sentir seul. David passa une main derrière sa nuque et n'eut pour défense que de la traiter d'idiote à répétition mentalement.
C'était quoi ce soudain retournement de situation ? Elle n'était pas sa mère, merde ! Enfin sa mère n'aurait sûrement jamais pensé à ça quand on voyait combien de temps il lui avait fallu pour comprendre que son fils avait quelques "soucis" d'intelligence.

- Non. Répondit il, mal à l'aise à la proposition de discuter.

Il n'en parlait même pas à Azzam parce que ça lui semblait bien trop lourd. Quel intérêt de parler de ça ?
Mais en plus de lui sortir une proposition aussi bizarre que discuter, elle lui donna son surnom - ou son prénom mais il penchait plus pour la première proposition - et il l'entendit lui parler de Mozart.

- ....Qu'est ce que t'essaies de faire ?

Il ne comprenait pas comment, soudain, elle pouvait se mettre à lui parler de Mozart et discuter tout court. Est ce qu'elle se moquait de lui ? David savait évidemment que non mais le garçon restait perdu.

- Je viens pour avoir ton CD et toi tu te tapes la discut ' avec moi. Je comprend pas.

Il fronçais les sourcils en la fixant. Lui qui ne pouvait pas prétendre connaître le comportement humain n'avait aucune idée de si c'était normal ou pas.
Même si, sur l'instant, il avait très fortement envie de vanter les mérites de Mozart. Il se laissa à grimacer et s'entendit finalement rétorquer :

- Si j'aime Mozart c'est parce que malgré la certaine simplicité de ses oeuvres, du fait qu'il est facile de deviner où il désire en venir dans sa musique, il propose un génie et une perfection et une variété d'oeuvres... Bref.

Il n'avait pas envie de poursuivre, il avait l'impression de se retrouver piégé, et c'en était assez désagréable, en fait.

- Au lieu de parler de ça, donne moi le CD.

Il était clair qu'il faisait tout pour éviter la discussion finalement. Parce que David ne comprenait pas pourquoi soudain elle voulait discuter, parce qu'il était perdu, et qu'il détestait ça.



I want to hurt you so much.


It's a filthy world we live, in its a filthy goddamn world and honestly I feel like I'm helping to take them away from the shit and the piss and the vomit that run through the streets.

KoalaVolant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caméléon


Caméléon

avatar

Kassandra
▻OREOS : 227
▻ARRIVE(E) LE : 03/01/2017
▻LOCALISATION : Quelque part à Blue Cove

MessageSujet: Re: The sphere of our existences - Kassandra   Lun 24 Avr - 12:59


The sphere of our existences


Comme la brunette s’en doutait, le jeune homme se braqua un peu lorsqu’elle ironisa sur le fait que comme par hasard, Pi ne l’intéressait pas. Pourtant, c’était la base pour les matheux. Entendant qu’il n’aimait pas particulièrement Bach, elle essaya de lui proposer des alternatives pour qu’il lâche l’affaire avec le CD. Mais visiblement, il était tout aussi têtu qu’elle. La jeune femme avait beau être d’une grande gentillesse, elle refusait de se laisser marcher sur les pieds. Elle avait été écrasée trop longtemps, et maintenant qu’elle était libre, hors de question de se laisser faire. Elle voulut lui proposer de discuter un peu, pour qu’il soit d’un peu moins méchante humeur et savoir pourquoi il était aussi aigri à son âge, mais cette idée sembla fortement déplaire au jeune homme qui lui demanda ce qu’elle essayait de faire. Restant la plus aimable possible, Kassandra haussa les épaules en souriant.

-Rien, juste parler. J’essaie de comprendre ton mode de fonctionnement, c’est tout. J’ai encore jamais rencontré quelqu’un comme toi, alors ça m’intéresse. Ah, tu as bien employé le possessif de la deuxième personne, « ton CD », donc tu as conscience qu’il me revient. C’est un bon début, s’amusa-t-elle.

Elle l’écouta ensuite lui expliquer brièvement, mais sans grande passion, pourquoi il appréciait Mozart plus que tout autre compositeur. Et Kassie ne put qu’acquiescer.

-Tout ce que tu dis est vrai. Ce que je trouve impressionnant chez lui, c’est qu’il était déjà un virtuose dès son plus jeune âge.

Tout comme elle d’ailleurs, dans son domaine.

-Et il a joué devant les plus grands de son époque, dont un empereur.

Palmarès assez impressionnant pour un gamin, il fallait le reconnaître.

-Ecoute, je te propose une chose. Tu me laisses acheter ce CD, et on va l’écouter ensemble. Je vais avoir besoin de l’écouter plusieurs fois, c’est pour ça que je ne peux pas te le laisser. Est-ce que ce compromis peut te convenir ? Et si tu n’as pas envie de parler, on se contentera d’écouter en silence.

Kassandra espérait qu’il accepterait. Elle n’avait pas envie d’être méchante avec lui, ce jeune homme l’intriguait, elle aurait bien voulu l’aider, mais il était tellement sur la défensive. Il lui faudrait trouver autre chose s’il refusait. Les voyant ainsi face à face, un vendeur de la boutique s’approcha.

-Est-ce que tout va bien ?

Kassie tourna la tête vers lui et lui sourit également.

-Oui oui, merci monsieur. Par hasard, vous n’auriez pas un autre exemplaire de ce CD ?

Le vendeur secoua la tête.

-Non, la livraison n’arrive que la semaine prochaine.
-Ah d’accord. Merci quand même.


Le vendeur finit donc par s’éclipser, laissant les deux clients face à face.

-Alors, qu’est-ce qu’on fait, jeune homme au prénom inconnu ?

Kassandra restait toujours souriante, le ton posé, espérant mettre en confiance son interlocuteur.





You are where you need to be...
Just take a deep breath.
©️ Miss.Pie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elève de l'ICP



avatar

David Bass
▻OREOS : 122
▻ARRIVE(E) LE : 27/03/2017
▻LOCALISATION : Pas là. Et pas là non plus en fait.
▻LOISIRS : Cubaholic

MessageSujet: Re: The sphere of our existences - Kassandra   Lun 24 Avr - 21:52


The sphere of our existences

David était quelque peu déstabilisé, finalement. Il avait eut envie de frapper cette femme, et voilà qu'elle semblait juste vouloir faire sa connaissance. Ce qui était assez perturbant, parce qu'elle semblait aussi naze que lui au niveau social. Finalement, c'était peut-être tout autant rassurant. Parce qu'il était vrai que David s'imaginait facilement, qu'avec quelqu'un d'autre, la situation n'aurait pas été la même. Peut-être même que ça aurait fini avec un poing dans le nez bien envoyé, qui l'aurait fait sourire.

Bon, avant qu'il soit emmené à la police, mais ça, c'était un détail, non ?
Mais non. Cette...Kassie, essayait de comprendre sa façon de marcher. Et elle l'avait dit comme si elle parlait d'un objet inconnu pour elle, ce qui perturbait David....Tout autant qu'il comprenait. Les humains étaient des drôles de bêtes imprévisibles. C'était différent des maths qui étaient tellement plus logiques, ou de l'histoire qui restait ancré dans le passé sans trop changer, ou même du sport, qui s'insinuait dans des règles et dans sa façon de les manier.
Mais pour le reste, les relations humaines se résumaient à des choses peu logiques qui changeaient tout le temps et ne respectaient aucune règle. Ce qui était assez terrible quand on y comprenait pas grand chose à tout ça.

David tiqua quand elle lui rappela qu'il s'était trompé de "pronom" et cela l'agaça. Il n'arrêtait pas de faire des erreurs, parce qu'il s'énervait tout seul, ce qui l'agaçait encore plus. Au fond, c'était un peu le serpent qui se mord la queue et dont il n'arrivait pas à se défaire. Mais il restait persuadé de parvenir à se défaire de tout ça.
C'était lui le plus intelligent. En tout cas, selon lui.

Il fixa la fille, qui prit la parole, après qu'il se soit mis à parler de Mozart. Elle semblait en profiter pour donner son propre avis, et David avait presque envie de lui dire qu'il s'en foutait, mais il savait que ça n'aurait pas été tellement vrai. Parce qu'au fond, lui, quand il parlait de Mozart, les gens lui disaient souvent de se taire, avant. Parce que maintenant, enfin, depuis qu'il en avait pris l'habitude, il frappait quand on lui disait de se taire ou qu'il n'était pas intéressant.
En fait, cette Kassie lui rappelait un peu les gens de l'ICP, comme Azzam, qui semblaient le comprendre, et ne pas être dérangé par ce dont il parlait.

- Je sais. Fini par répondre David, sans préciser que malgré son rechignement de la lecture, il s'était déjà enfilé un gros pavé sur son compositeur favori. Qu'il avait même lu quelques livres sur la musique, pour mieux le comprendre.

C'était simplement dans ce but, de pouvoir en savoir plus sur Mozart, qu'il avait fait ça. Comme quoi, il ne détestait pas tant les livres. Surtout qu'il avait la flemme, et qu'il ne se préoccupait que de ce qui l'intéressait, voilà tout.
De fait, la jeune femme sembla alors lui proposer quelque chose, alors qu'il trépignait sur le fait qu'il n'avait toujours pas son CD, et que d'abord, David, il voulait son CD pour l'emmener, et l'écouter, même si Bach c'était pas aussi bien que Mozart musicalement parlant, selon lui.
D'ailleurs, il aurait pu en parler très longtemps, mais il n'avait pas envie d'avoir l'air ridicule, parce que généralement, les gens ne l'écoutaient pas quand il partait dans de trop longs discours à ce propos.
Enfin bref, elle Kassie lui proposa d'écouter ce CD à deux, et que voilà. C'est tout. Et ça correspondait un peu à son envie : vu que ce n'était qu'une envie directe, venant comme ça, sans raison, simplement pour dire "je veux du Bach".
C'était un bon compromis, mais une partie de lui refusait de le reconnaître. Mais il aurait été encore plus idiot d'insister pour avoir le CD et de faire sa tête de mule. Simplement, que le fait de passer du temps avec cette femme le déroutait.

Alors qu'il allait finalement répondre, un vendeur paru passer par là. Comme s'il s'inquiétait de leur situation. David lui jeta un regard glacial, parce qu'il ne comprenait pas cet intérêt de venir interrompre les gens qui discutaient simplement. Encore, il aurait refait le nez de cette femme avec son poing, il aurait pu comprendre... Mais ici, ça n'avait aucun intérêt.
Enfin, Kassie sembla en profiter pour parler du CD, pour avoir une réponse négative.

Et finalement, elle se tourna vers lui pour lui redemander.
David émit un "tss" qui sortit sans qu'il ne le retienne - pourquoi l'aurait-il retenu en fait ? Il avait le droit de s'exprimer comme il voulait, même si c'était désagréable -. Il mit ses mains dans ses poches. Il voulait écouter Bach, et cette femme... Lui plaisait plus qu'il ne désirait bien l'admettre.
Parce qu'elle le déroutait avec ses questions bizarres, et parce que, peut-être, elle faisait attention à lui, sans le juger d'une façon négative immédiate. Chose qui arrivait bien trop souvent.

- Ok, t'achètes ce CD, et on l'écoute. Mais où ? Parce que je prête pas mes écouteurs.

Il fallait bien qu'il ne soit pas complètement complaisant, non ?

- Et c'est David, mon nom.

Parce que sûrement que se faire appeler "jeune homme au prénom inconnu" avait quelque chose de vexant. David n'était pas non plus très content de donner son nom, mais c'est parce qu'il ne voulait pas admettre qu'il tait un peu plus à l'aise qu'avant, simplement ça.

- Mais grouille d'aller à la caisse, je veux écouter.

Il se dirigea d'ailleurs vers celles-ci, d'un pas pressé, comme si c'était lui qui allait payer, alors que non. Enfin, il aurait pu. Mais il n'allait pas le faire. Parce que ça l'énerverait aussi, de devoir un CD qui ne lui appartiendrait finalement pas. Il attendit en piétinant des pieds, que la femme achète le CD, même s'il ne voyait pas tellement comment ils allaient faire pour l'écouter dans un endroit silencieux. Sauf si elle voulait aller chez lui. Mais oui. Aller chez lui. Ils auraient du bon son. Et puis, il pourrait étaler sa collection de Mozart, aussi.

- On peut aller chez moi. Je suis riche, j'ai les moyens d'avoir un son correct.



I want to hurt you so much.


It's a filthy world we live, in its a filthy goddamn world and honestly I feel like I'm helping to take them away from the shit and the piss and the vomit that run through the streets.

KoalaVolant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caméléon


Caméléon

avatar

Kassandra
▻OREOS : 227
▻ARRIVE(E) LE : 03/01/2017
▻LOCALISATION : Quelque part à Blue Cove

MessageSujet: Re: The sphere of our existences - Kassandra   Mar 25 Avr - 14:21


The sphere of our existences


La discussion avait semblé prendre un tournant décisif. Kassandra s’étonnait du comportement pour le moins étrange de ce jeune homme. Depuis les quelques semaines qu’elle était libre, elle avait eu le loisir d’apercevoir des individus de toutes sortes, tous très différents, et elle les avait tous appréhendés avec la même curiosité, voulant en apprendre plus sur l’être humain et son comportement sociologique. Mais c’était bien la première fois qu’elle rencontrait un adolescent avec une attitude pareille, autant sur la défensive, avec autant d’agressivité et de rage dans les propos et le regard. Qu’avait-il bien pu traverser pour être ainsi ? L’imagination de la jolie brune se mettait en marche et elle essayait de comprendre. Pourtant, il était jeune, mignon, il semblait intelligent vu la répartie qu’il avait, il se vantait d’être riche. Il paraissait tout avoir, du moins tout ce dont on pouvait rêver, en tout cas, tout ce que Kassie n’avait jamais eu, il était libre, il avait surement une famille qui l’aimait, alors pourquoi être aussi aigri ?

Un vendeur les avait coupé dans leur semblant de discussion et était reparti aussi sec, voyant qu’il ne pouvait rien pour eux. Et enfin, la conversation, qui reprit son cours, avait un autre son de cloche que « file-moi ce CD ! » « non ! ». Kassie avait proposé une sorte de compromis à base de partage, elle l’achetait, et ils l’écouteraient ensemble. Et contre toute attente, le jeune homme avait accepté. Et le jeune homme avait fini par se présenter. Tout sourire, Kassandra lui tendit une main à serrer.

-Enchantée, David.

Son commentaire sur ses écouteurs la fit rire quelques secondes. Elle hocha la tête et lui emboita le pas en direction des caisses. Evidemment, il y avait un peu de monde. Là, David proposa d’aller chez lui, vantant encore une fois l’argent qu’il possédait, lui permettant d’avoir une meilleure qualité d’écoute. Il ignorait que Kassandra était capable de bidouiller n’importe quelle enceinte médiocre pour l’améliorer. Elle haussa les épaules.

-Si tes parents sont d’accord, pourquoi pas. Après tout, tu es mineur et j’imagine que le château que tu habites appartient à tes parents. Il te faut donc leur autorisation pour inviter quelqu’un, qu’ils ne connaissent pas qui plus est.

La file d’attente avança et Kassandra se retrouva enfin à la caisse. Elle sortit son porte-monnaie et paya avec un billet de vingt dollars. La caissière lui rendit la monnaie, se trompant de un dollar et cinquante cents en sa faveur. Kassie lui sourit et lui rendit les pièces en trop.

-Attention aux erreurs de caisse, mademoiselle, je ne voudrais pas que vous ayez des problèmes.

La caissière a remercia, surprise d’avoir une cliente aussi honnête. La brunette lui rendit son sourire et prit le CD qui était désormais dans un petit sac en papier à l’effigie de la marque du magasin.

-Voilà, on peut y aller, David l’impatient.

Amusée par ce petit surnom qu’elle lui avait donné, elle le suivit.

-Alors, on y va à pied ou on prend le bus ? Personnellement j’aime bien marcher, mais c’est vrai que prendre le bus est amusant.

Un rien la mettait en joie. Elle avait pris le bus pour la première fois de sa vie deux jours après son évasion, et ça lui avait semblé être l’expérience la plus cool du monde. Ca et gouter des sushis. Mais il semblait évident pour quelqu’un qui avait l’habitude que ce n’était pas quelque chose d’exaltant. Quant à marcher, Kassandra n’avait pas l’habitude de le faire à l’air pur, dans son sous-sol loin de la surface. Les trajets étaient limités à sa cellule, les salles de simulation, le réfectoire des caméléons, la salle d’auscultation quand il y avait des bobos, les douches… rien de bien exaltant et surtout, pas le bonheur de sentir le vent sur sa peau et dans ses cheveux, de voir les rayons du soleil changer la lumière ambiante du jour, sentir les différentes odeurs des arbres et des fleurs de saison ou des embruns marins… Oui, tout ceci, aussi simple soit-il, avait un gout de paradis pour la jeune femme.

-Qu’est-ce que tu utilises alors pour ton « son correct » ?

Elle était loin de se formaliser du fait qu’il semblait la prendre pour une pécore, au contraire, ça l’amusait.





You are where you need to be...
Just take a deep breath.
©️ Miss.Pie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elève de l'ICP



avatar

David Bass
▻OREOS : 122
▻ARRIVE(E) LE : 27/03/2017
▻LOCALISATION : Pas là. Et pas là non plus en fait.
▻LOISIRS : Cubaholic

MessageSujet: Re: The sphere of our existences - Kassandra   Mar 25 Avr - 18:25


The sphere of our existences

David avait toujours du mal avec les gens qui disaient "enchanté". Parce qu'au fond, de quoi étaient-ils enchantés ? De rencontrer quelqu'un ? De connaître leur nom ? C'était idiot. David avait parfois du mal avec ce genre de principes sociaux, dont il se contrefichait bien. De fait, cela fit qu'il ne sortit pas ses mains des poches pour serrer celle de la femme qui lui faisait face. Pourquoi aurait-il fallu qu'il serre sa main ? Elle voulait quoi, aussi ? Qu'il lui fasse la bise ?
Ca bien sûr, il était tout autant hors de question qu'il le fasse. Il n'était pas enchanté, il s'en fichait, il voulait juste écouter ce CD. Ou presque. Parce que bien évidemment, dans sa tête, une partie de lui restait intrigué par cette Kassie qui le décontenançait toujours autant. Il n'avait tellement pas l'habitude qu'on le traite comme ça... C'était perturbant, au fond.

Elle lui parla de ses parents, et pendant un instant, David se demanda si à ses yeux il avait quatorze ans. Puis, il se rappela qu'il n'était pas franchement encore majeur, et que donc, à cet âge, on prévenait parfois encore ses parents pour leur dire quand on sortait, quand on rentrerait tard la nuit, et bien sûr, quand on invitait quelqu'un dans leur maison. Mais David, ces dernières années, c'était totalement détaché de sa mère et de son père. Allant jusqu'à les ignorer, ou plutôt, les fuir. Surtout pour son père qu'il craignait un peu. En même temps, il n'avait aucune envie de le croiser et de se faire battre après ça. Ce n'était pas dans son projet de vie, de se prendre des coups.
Du coup, David avait surtout tendance à rentrer chez lui rapidement, sans parler de ce qu'il faisait à l'école, et de vite se cacher dans sa chambre, où il se terrait tranquillement, pour écouter de la musique jusqu'à ne plus en pouvoir. Tout en faisant des rubik's cube bien évidemment.

Donc, le fait qu'il ait besoin de l'éventuelle autorisation de ses parents, n'avait aucune importance, puisqu'il faisait bien ce qu'il voulait, du moment qu'il ne faisait pas un bazar monstre en détruisant tout dans la baraque. Chose qu'il ne risquait pas de faire, puisque David jugerait sûrement cela de stupide, et il aurait très certainement raison.
Ainsi, David fini par juste répliquer :

- C'est bon, on s'en fiche de mes vieux.

Au moins, c'était clair. Et puis, à bien y penser, à cette heure ci, eux n'étaient pas en vacances, et autant pour monsieur père que madame mère, ils devaient être à leur travail. Donc ils ne se rendraient sûrement même pas compte que leur progéniture avait pu inviter quelqu'un chez lui, pendant leur absence.
Et au pire, si l'un rentrait pendant ce temps, David l'envoyait bien se faire foutre. Même son père.

Bref, Kassie passa à la caisse pour régler le CD, et alors que David trépignait, et lorsqu'il la vit être très honnête, il leva les yeux aux ciel. Bon, lui même l'aurait été, honnête. A dire que la caissière avait rendu trop d'argent. Mais disons, qu'il ne l'aurait pas fait à la façon douce, et aurait certainement rendu la monnaie qu'on lui aurait redonné en disant de la garder. En fait, il aurait été encore plus honnête et sympathique, au fond. Simplement, qu'il aurait sûrement refusé de le reconnaître.
Mais au lieu de faire une remarque à cette femme, il resta silencieux, préférant bougonner tout seul dans sa tête. Son bougonnement fut pire quand elle lui donna un surnom qu'il jugeait à deux balles. Il n'était pas impatient, c'était juste elle qui était trop lente. Maintenant qu'il pouvait écouter ce CD, il aurait aimé que ça se fasse plus vite.
A bien y penser, David aurait pu simplement télécharger les musiques, mais ça n'aurait certainement pas eut la même valeur.
Dans tous les cas, ce surnom l'exaspéra, et il eut presque envie de lui en retourner une. A nouveau. Sauf que non. Parce qu'il voulait écouter Bach, et que si on retournait une baffe à quelqu'un ayant dans son sac le CD de Bach, on se taisait.

- On y va à pieds. Le bus c'est chiant, y a que des gens qui parlent pour rien dire, ou dire n'importe quoi.

Et puis, aussi, parce que David ne comptait pas l'avouer, il avait tout simplement envie de marcher.
Du coup ils marchèrent. Et puis au pire, David n'était qu'à 10 minutes à pieds, donc si jamais, ce n'était pas grand chose.

- Pour mon son, j'ai une pièce insonorisé à côté de ma chambre.

Maintenant qu'il y réfléchissait, David se rendait compte que cette dite pièce, lui servait un peu de seconde chambre, puisqu'il y passait parfois tellement de temps, qu'il s'y endormait.

- Avec des enceintes de hautes qualités, et de quoi lire des CDs. En gros, j'ai du matos.

En même temps, vu qu'il aimait principalement la musique, et les Rubik's cube, il fallait bien qu'il ait de quoi s'occuper. Il commençait donc à marcher doucement, en direction de sa maison.

- N'empêche t'es casse pieds, mais ça va. J'ai connu pire.

David se renfrogna en se rendant compte de ce qu'il venait de dire. Il n'avait aucune envie que cette femme se fasse des idées. Ca ne voulait pas dire qu'il l'appréciait tant que ça, juste que ça ne le dérangeait pas tant de passer du temps avec elle. Ce qui tenait presque du miracle.

- T'as juste l'air un peu...Trop gentille. Ca t'arrives pas d'avoir des ennuis, avec ça, nan ?

Il aurait préféré garder le silence, mais David restait curieux, en fait.



I want to hurt you so much.


It's a filthy world we live, in its a filthy goddamn world and honestly I feel like I'm helping to take them away from the shit and the piss and the vomit that run through the streets.

KoalaVolant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caméléon


Caméléon

avatar

Kassandra
▻OREOS : 227
▻ARRIVE(E) LE : 03/01/2017
▻LOCALISATION : Quelque part à Blue Cove

MessageSujet: Re: The sphere of our existences - Kassandra   Lun 1 Mai - 13:33


The sphere of our existences


Kassie avait appris cette tradition sociale de se serrer la main quand on saluait quelqu’un, et c’était bien la première fois que quelqu’un refusait de s’y plier devant elle. Un peu étonnée, elle haussa les épaules. David était vraiment l’individu le plus étrange qui lui ait été donné de rencontrer depuis son évasion, et il suscitait sa curiosité. Elle mourait d’envie d’analyser ce jeune homme plus en approfondi. Elle avait passé un vingtaine d’années à analyser les comportements de par des vidéos qu’on lui passait en salles de simulation, à essayer de résoudre des problèmes de situations posées en se mettant dans la peau des différents protagonistes. Résoudre les mystères inhérents aux individus, c’était son truc.

La brunette paya donc le CD, intérieurement assez fière de s’être acheté quelque chose avec son propre argent, quelque chose qui n’était pas vital comme de la nourriture ou des vêtements, mais bien une chose destinée au loisir. C’était bien la première fois David décida alors qu’ils iraient à pieds, décrétant que devoir écouter des gens parler dans le bus était bien trop fastidieux. Sourire amusé aux lèvres, Kassandra se retint de tout commentaire. Pourtant, elle, ça lui plaisait d’entendre les bribes de conversations de ces inconnus qui, souvent, se plaignaient de leur petite vie. Au début, ça l’avait révoltée d’entendre les gens se plaindre alors qu’ils menaient une vie qui ressemblaient à la perfection, ils n’avaient jamais été séparés de leur famille ni séquestrés dans des sous-sols sans plus jamais voir la lumière naturelle ! Mais au fur et à mesure, la jeune femme avait fini par trouver cela reposant. L’insouciance des gens avait quelque chose de beau selon elle, et tant mieux s’ils n’avaient pas été confrontés à de tels malheurs. Elle ne le souhaitait à personne.

-OK, se contenta-t-elle de dire. Je te suis alors.

David expliqua alors qu’il possédait une pièce insonorisée à côté de sa chambre. Impressionnée, Kassie écarquilla les yeux avec un grand sourire. C’était surement l’une des choses les plus cool qu’elle ait entendu.

-Wahoo c’est génial ! C’est toi qui l’as insonorisée ? Quelle méthode tu as utilisé ? Ajout de masse ? Assourdissement ?

Sentant que la patience de David avait peut-être des limites, elle évita de continuer à poser des questions. Il y avait plusieurs méthodes pour insonoriser une pièce, mais elle comprit bien que la famille de David devait être fortunée, alors peut-être qu’il avait fait appel à un professionnel. Même si Kassie avait toujours trouvé que faire les choses soi-même était beaucoup plus gratifiant. A présent, la caméléone n’avait qu’une hâte, voir de ses yeux cette fameuse pièce blindée de matos probablement hors de prix. Ce serait sans doute comme visiter un musée pour elle. Et elle adorait ça, depuis toute petite.

Alors qu’ils marchaient tranquillement, Kassie sourire aux lèvres se délectant des rayons sur soleil sur son visage, elle fut surprise par la remarque du jeune homme qui lui fit lâcher un petit rire.

-Eh bien… merci… je crois. C’est la première fois qu’on me dit que je suis casse-pied. C’est marrant.

Puis, David développa le fond de sa pensée. A vrai dire, des ennuis, c’était avant que Kassandra en avait. Désormais, elle menait une petite vie tranquille, bien que sans cesse sur ses gardes de peur de tomber sur un agent du Centre qui la ramènerait. Mais après tout, en toute logique, s’ils la cherchaient, ils s’imagineraient surement qu’elle avait quitté la ville au plus vite. C’était ce que toute personne censée aurait fait.

-Des ennuis en étant gentille ? Non… c’est plutôt l’inverse en général. Je pars du principe qu’aider les autres est plus gratifiant que d’être égoïste dans son coin. Mais c’est parce que j’ai beaucoup été seule je pense. Je suis bénévole dans un dispensaire, et tu sais, ça fait relativiser. On pense avoir des problèmes, mais on s’aperçoit que d’autres en ont de bien pire.

Un petit sourire encourageant, elle le regarda.

-Et toi, qu’est-ce que tu fais de ton temps libre ? Tu écoutes beaucoup de musique à ce que j’ai compris. Est-ce que tu en joues ?

Petite, Kassandra avait commencé à apprendre le piano, mais depuis son « incarcération » au Centre, elle n’avait plus eu l’occasion d’en jouer. Elle rêvait d’apprendre le violon aussi, mais ses parents avaient déjà galéré pour lui offrir un piano droit d’occasion. Heureusement qu’elle avait appris en autodidacte.





You are where you need to be...
Just take a deep breath.
©️ Miss.Pie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elève de l'ICP



avatar

David Bass
▻OREOS : 122
▻ARRIVE(E) LE : 27/03/2017
▻LOCALISATION : Pas là. Et pas là non plus en fait.
▻LOISIRS : Cubaholic

MessageSujet: Re: The sphere of our existences - Kassandra   Mar 2 Mai - 9:44


The sphere of our existences

Après avoir parlé de sa salle spéciale pour la musique, son petit cocon, l'endroit, où, au moins, il s'éloignait bien de ses parents - d'autant que cette pièce, lui seul en avait la clé, aussi quand il la fermait, il était doublement plus tranquille -, cette fille paru intéressée. Elle lui demanda même des détails sur celle ci.
Il haussa les épaules, mais répondit tout de même:

- On a mis de la mousse acoustique sur les murs, quoi. Avec de l'ajout de masse, ouais.

Il était juste surpris qu'elle sois aussi bien renseignée sur la question. Elle devait vraiment adorer la musique pour réussir à savoir de quoi elle parlait - ce qui semblait évident, vu comment elle en parlait.

- Mais non, c'est un employé que mon père a embauché qui l'a fait...

A vrai dire, David n'avait même pas pu choisir son type d'insonorisation. Son père décrêtait encore à cette époque qu'il était sûrement trop idiot pour ça. Sa mère n'avait toujours pas pris conscience du potentiel de leur fils. Mais au moins avait-il eut une pièce de refuge assez tôt. Bien qu'au fond, ça ne l'avait pas empêché de se faire frapper, ou même, de faire tout ce qu'il avait pu faire, comme consommer de la drogue.
David avançait assez vite, pressé de rentrer, et d'écouter ce CD dans le silence le plus total. Il se demanda si cette Kassie était sérieuse quand il la décrivit comme casse-pied.
Fronçant les sourcils, il tourna son regard vers elle, légèrement décontenancé.

- Ok....

En plus de casse pied, elle était extrêmement bizarre, oui.

Il l'entendit dire qu'elle n'avait pas tant de problèmes en étant gentille,, ce qui le surprit. Après, le reste de sa vie il s'en fichait quand même. Cette notion de bénévolat, il ne la connaissait pas, ayant toujours vécu dans l'argent, sans avoir de besoin précis. Bon. Même si ça n'avait pas tant fait de lui un fils de riche à qui on pouvait reprocher son arrogance.
S'il en avait, c'était parce qu'il était un peu maladroit.

Il resta donc silencieux, en se disant que c'était tant mieux pour elle s'il ne lui arrivait rien. A lui, ça n'était pas la même chose. C'était plus difficile.

- Non, je joue pas de musique.

Il savait qu'étant plus jeune, sa mère lui avait fait prendre des cours de violon, et qu'il s'était plutôt bien débrouillé sans grandes difficultés. Mais il s'était trouvé étrange, de tout réussir aussi vite, et se rendant compte des regards qu'on lui jetait, avait fini par faire semblant d'être mauvais, pour tout arrêter.
Mais de fait, David ne s'intéressait pas à jouer d'un instrument. Lui, il préférait chanter. Chose qu'il faisait plutôt bien, mais dans sa pièce insonorisé, quand personne ne l'entendait, histoire de. Il n'avait pas envie d'avoir des problèmes avec des abrutis qui pourraient l'entendre.

Enfin, au fond, ça ne répondait pas tant à la question principal de cette Kassie. Ce qu'il faisait de son temps libre. Il soupira. Il ne voyait pas pourquoi il devait répondr,e d'autant que la plupart du temps, les gens se moquaient de lui sans qu'il ne comprenne pour quelle raison.
Au pire, David se dit que si elle osait rire de lui sans qu'il ne comprenne bien pourquoi, sinon qu'elle fut idiote, il lui balancerait son poing dans la figure, lui volerait son CD, et ils se quitteraient là.

- Je fais des Rubik's cube pendant mon temps libre. C'est à peu près tout.

David était un garçon solitaire, qui ne trouvait de l'intérêt dans aucune activité, puisque tout lui semblait trop facile donc guère important. Bien qu'il eut à présent des amis, ça ne changeait pas grand chose.

- Et toi je suppose que, laisse moi deviner, tu as des activités "passionnantes" comme te plonger dans "un bon roman" ou "nourrir les pigeons" ou même "promener le chien du voisin par pure gentillesse". Des trucs du même style.

A être aussi sarcastique et mauvais, c'était presque sa façon pour qu'on le rejette, et qu'on évite de l'apprécier, même si au fond il n'y avait aucune raison concrète de faire ça.
S'aperçevant qu'ils n'étaient plus si loin de sa maison vu comment il marchait vite, il sortit ses clés. Un trousseau relativement massif, puisque quitte à faire, valait mieux avoir toutes les clés pour s'en aller le plus rapidement possible.

Quelques instants plus tard, ils arrivèrent dans l'immense maison, qui dénotait bien la richesse des Bass. Tout y était d'ailleurs parfaitement propre, limite léché, tant tout brillait. De fait, le père de David était assez maniaque et avait bien fait en sorte de n'embaucher que du beau personnel assez compétent pour rendre la maison impeccable.

- Suis moi et te perds pas.

David l'embarqua au deuxième étage, où se trouvait sa chambre et la salle insonorisé. Salle contenant de quoi écouter de la musique, avec un lit relativement large, et quelques canapés, et des étagères remplies de rubik's cube divers et variés, dont un en pierres précieuses. En fait, cette salle faisait réellement office de chambre additionnelle. Mais sûrement que cela lui permettait de penser à autre chose, que sa chambre où son père l'avait déjà giflé quelques fois.



I want to hurt you so much.


It's a filthy world we live, in its a filthy goddamn world and honestly I feel like I'm helping to take them away from the shit and the piss and the vomit that run through the streets.

KoalaVolant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caméléon


Caméléon

avatar

Kassandra
▻OREOS : 227
▻ARRIVE(E) LE : 03/01/2017
▻LOCALISATION : Quelque part à Blue Cove

MessageSujet: Re: The sphere of our existences - Kassandra   Jeu 11 Mai - 15:44


The sphere of our existences



Egale à elle-même, Kassandra laissait sa curiosité s’exprimer sans filtre, posant des questions à David sur la méthode employée pour insonoriser sa pièce spéciale musique. Evidemment, le jeune homme sembla surpris et quelque peu agacé par les nouvelles questions de la détentrice du fameux CD, mais c’était comme ça, la brunette avait ce besoin irrépressible de savoir comment vivaient les gens à l’extérieur. Ils étaient tous si différents, et David était réellement un cas à part.

-Je vois, commenta-t-elle. C’est cool.

Le père de David devait vraiment être très riche pour avoir embauché une personne pour se charger des travaux. Il semblait à la jeune femme que ses parents ne disposaient pas d’autant de moyens, que son père bricolait pas mal. Elle avait cette impression, mais était incapable de se souvenir du visage de ses parents, c’était tellement frustrant. Elle espérait vraiment que l’écoute de l’œuvre de ce compositeur que son père avait l’habitude d’écouter en voiture l’aiderait à faire revenir d’autres souvenirs.
Tout en continuant à marcher, David la qualifia de casse-pied. Enfin un truc normal qu’on lui disait, c’était incroyablement plaisant, même si ce n’était pas le compliment du siècle, ni même un compliment tout court, d’ailleurs. Mais bizarrement, ça lui avait fait plaisir et le sourire ne quittait plus ses lèvres. L’étonnement dans le regard aux sourcils froncés du jeune homme n’en fut que plus amusant.

-Et toi, il t’arrive d’avoir des problèmes ? Même en n’étant pas aussi gentil ?

Elle essayait par là de lui démontrer que contrairement à ce qu’il pensait, les ennuis n’arrivaient pas forcément à ceux qui se montraient sympa, mais bel et bien l’inverse. Il semblait en avoir eu, des pépins. Continuant sur sa lancée de questions, mais prenant garde à les espacer un peu pour éviter l’effet interrogatoire (après tout, ce n’était que de la curiosité, pour apprendre à le connaître un peu), elle lui demanda ce qu’il aimait faire à part écouter de la musique. La réponse fut des Rubik’s cubes, et le regard de Kassie s’illumina. Elle se souvint que, enfant, elle en avait eu un. En fait, c’était à l’école, il y en avait un parmi les jouets mis à disposition, et personne ne parvenait à le résoudre. La petite Kassandra s’était penchée dessus et en quelques minutes, avait réussi à remettre toutes les couleurs chacune sur une face. Elle avait trouvé cela amusant et avait demandé à ses parents de lui en offrir un pour son sixième anniversaire. Au Centre, on lui en avait donné avec des côté à cinq rangées, c’était beaucoup plus difficile, mais elle avait toujours adoré les challenges.

-J’adore les Rubik’s cubes, mais ça fait des années que je n’en ai plus fait. Tu pourras me montrer les tiens ?

Avant de répondre à sa question, David s’empressa de spéculer sur ses activités, et Kassandra éclata de rire. C’était amusant, mais c’était triste aussi, parce que cela ne faisait que peu de temps qu’elle avait réellement le droit d’avoir des loisirs, étant donné qu’elle venait tout juste de sortir de vingt-cinq ans de captivité. Avant cela, son temps libre était consacré à échafauder un plan pour s’échapper.

-Oh euh… j’ai pas tant de bouquins que ça, et mon voisin n’a pas de chien… par contre il a des cafards…

En réalité, ses activités consistaient à apprendre à vivre normalement, libre, prendre garde de ne pas être repérée par des agents du Centre et essayer de réfléchir à une solution pour faire sortir les autres. Elle ne s’était pas offusquée de la remarque de l’adolescent, elle commençait à comprendre qu’il était comme ça de toute façon.

-Mais j’aimerais bien essayer de nouvelles choses. Comme du sport. Tu as déjà fait du roller ? Moi jamais, et ça a l’air vraiment chouette, j’ai vu des gens en faire sur la place, ils avaient l’air de s’éclater.

Le temps de finir sa phrase et l’imposante demeure des Bass s’élevait devant eux. Kassie, bouche bée, observa le bâtiment impressionnant pour une simple habitation. Enfant, elle aurait probablement demandé si une famille royale vivait ici. Interloquée quelques secondes, elle pressa le pas ensuite pour rattraper David qui, lui, avait continué sa route. A l’intérieur, tout était aussi beau que dehors, on aurait vraiment dit un musée. La jeune femme observait tout d’un œil attentif et admiratif. Ne pas se perdre, c’était dans ses cordes, elle avait vécu dans un dédale de sous-sols toutes sa vie, alors retrouver son chemin dans une maison dotée de fenêtres était un jeu d’enfant, d’autant que son sens de l’observation lui faisait mémoriser instantanément les pièces.
Kassie suivit donc David jusqu’au deuxième étage. Cette maison avait deux étages au-dessus du rez-de-chaussée, c’était impressionnant ! Et la demoiselle fut d’autant plus émerveillée en découvrant la salle insonorisée de David. Il n’avait pas menti. Cette pièce était parfaite pour les mélomanes ! Sourire aux lèvres, la petite brune entra.

-Waow ! murmura-t-elle. C’est surement la pièce la plus cool que j’aie vue de toute ma vie !

Elle remarqua le mobilier et se demanda l’espace d’un instant s’il s’agissait de la chambre de jeune homme. Mais il avait dit que c’était une pièce en plus.

-Tu as de la chance d’avoir un pareil refuge, ajouta-t-elle en souriant.

Puis, se rappelant de la raison de leur venue ici, elle sortit le CD de son sac et retira l’emballage avant de tendre la jaquette à David.


.



You are where you need to be...
Just take a deep breath.
©️ Miss.Pie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elève de l'ICP



avatar

David Bass
▻OREOS : 122
▻ARRIVE(E) LE : 27/03/2017
▻LOCALISATION : Pas là. Et pas là non plus en fait.
▻LOISIRS : Cubaholic

MessageSujet: Re: The sphere of our existences - Kassandra   Sam 13 Mai - 1:55


The sphere of our existences

David commençait à comprendre qu'il jouait à un jeu dangereux avec cette fille, à force. Parce que cette "Kassie" avait plus de répondant que jamais, et savait toucher là où il ne fallait pas. Du coup, il se laissa à grimacer, quand elle lui demanda s'il avait des problèmes parce qu'il n'était pas sympa.
Il n'avait jamais demandé à ne pas être sympa. C'était juste les autres qui ne voulaient pas comprendre que lui ne les comprenait pas. En un sens, et même si ça faisait preuve de répétition, il les comprenait : lui qui avait tant de facilité pour tout comprendre, quand il s'agissait d'humains, tout lui échappait.
Après, David avait très bien compris que la jeune femme avait fait exprès de retourner le problème pour le déstabiliser et lui montrer que ses propres phrases étaient à contre-argumenter. Il eut envie d'activer un peu plus son cerveau pour la remettre à sa place, mais décida que ça pourrait le priver d'une musique qu'il avait envie d'écouter. Donc non. Il ne ferait rien. Ni poing, ni étalage d'intelligence.

Cette nouvelle idée de rester sage, devint un peu plus forte quand la femme parla des Rubik's cubes avec un intérêt non feint. Elle ne semblait pas se moquer de la pauvreté de ses centres de loisirs, elle semblait juste s'extasier sur le fait qu'il pouvait en faire, et qu'elle n'en avait plus fait depuis longtemps. Un instant dérouté, mais à la fois heureux, David resta muet, n'arrivant même pas à répondre. Pourtant, il aurait aimé lui dire "avec plaisir". Avec plaisir, parce que le reste du monde, sinon quelques "privilégiés" se moquaient de sa collection. Ses parents les premiers. "A quoi cela te sers de faire ce genre de choses" décrêtait son père, avec sa mère hochant discrètement la tête, par derrière.
Personne ne pouvait comprendre le plaisir d'un casse-tête, quand le reste des casses-têtes, tout du moins, désignés comme tel par le reste du monde, semblait trop simple. Pour lui, ce n'était pas savoir s'il fallait résoudre l'enquête du petit Jimmy qui a perdu son ballon, ou une leçon de mathématiques, avec toute la solution écrite dans la leçon, elle-même écrite au tableau ou dans un bouquin. Ce n'était pas ça des casses têtes. Pour David, ce mot prenait un autre sens.

Enfin, il n'écouta qu'à peine quand Kassie parla de ses propres centres d'intérêts en essayant d'argumenter sur ceux-ci, comme pour s'en défendre. Il n'esquissa pas un sourire pour les cafards, ni même une grimace. Parfois, David ne comprenait pas en quoi c'était important d'écouter les autres, quand ils parlaient.
Il ne l'écouta donc pas non plus quand elle parla de roller. Quoique si. Il perçu sa question, et haussa les épaules.

- J'en ai fait.

Rapidement, avant de déclarer que ça allait, c'était bien, ça allait vite. Pratique pour l'adrénaline. Du coup, David en avait refait. Mais de ça non plus, il n'en parlerait pas. Comme s'il n'osait plus se dévoiler depuis qu'il avait découvert que cette femme appréciait les rubik's cube.

Puis, plus tard, ils rentrèrent dans la grande pièce dédié à la musique, et à un pan de sa collection. Un grand pan, ceci-dit. Et la femme sembla encore s'en extasier. Ce qui lui fit à nouveau plaisir. David se laissa à sourire un peu, son premier sourire depuis qu'il voulait ce fichu CD.
Et il ne souriait même pas parce que cette femme consentait enfin à sortir le CD. Il souriait parce que quelqu'un appréciait sa pièce, et l'exprimait sans se cacher. Parce que quelqu'un voulait bien de son univers.

Il attrapa le CD, alluma la chaine hi-fi, attendis quelques instants; Deux secondes après, il glissa le CD dans la chaîne hi-fi, qui libéra un doux ronron avant de laisser échapper une musique digne de Bach.

- Tu peux regarder les rubik's cube, ici. Tu peux écouter la musique, même si ça vaut pas Mozart. Tant que tu déranges pas tout. On est tranquille ici.

David s'assit sur un large canapé blanc, collé contre le mur, fermant un peu les yeux, se laissant tout de même entraîner par la musique. Il rouvrit rapidement ses yeux. Même s'il était chez lui, et sincèrement chez lui, vu qu'il était dans sa propre pièce, il préférait surveiller cette inconnue.

- Tu saurais déjouer, rien qu'un rubik's cube tout simple ?

C'était un test. Clairement. Une façon de dire "regarde, je veux bien te laisser mon univers, mais il y a un prix. Parce que tu vois, j'ai peur."
Une façon de le dire sans les mots.



I want to hurt you so much.


It's a filthy world we live, in its a filthy goddamn world and honestly I feel like I'm helping to take them away from the shit and the piss and the vomit that run through the streets.

KoalaVolant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caméléon


Caméléon

avatar

Kassandra
▻OREOS : 227
▻ARRIVE(E) LE : 03/01/2017
▻LOCALISATION : Quelque part à Blue Cove

MessageSujet: Re: The sphere of our existences - Kassandra   Mar 23 Mai - 16:33


The sphere of our existences

Kassandra était émerveillée, oui c’était le mot juste. Ses yeux s’étaient posés sur à peu près tout depuis qu’ils avaient abordé l’immense demeure des parents de David. Elle avait pu apercevoir leur nom de famille sur la boite aux lettres. L’intérieur de cette maison était à tomber, aucune faute de goût, tout était à sa place et probablement choisi avec minutie. David avait réellement tout ce que Kassie avait voulu avoir lors de ses années de captivité : une famille, un foyer, la possibilité de sortir, de voir du monde, faire ce qu’il voulait… Mais le jeune homme ne semblait pas pleinement satisfait, ou peut-être ne se rendait-il pas compte de la chance qu’il avait ?

La jolie brune suivait son guide alors qu’elle s’était exprimée sur le souhait de peut-être vouloir essayer les rollers. Elle espérait tendre une perche au jeune homme pour qu’il lui en parle, puisque de toute évidence, il semblait que tous les jeunes gens aient déjà pratiqué cette activité au moins une fois dans leur vie. Mais le jeune mélomane sembla vouloir éluder le sujet et resta vague. Loin de s’en offusquer, Kassandra le suivit alors qu’il pénétrait dans sa fameuse pièce spéciale écoute de musique. Elle était encore plus émerveillée. Une pièce rien qu’à lui, tellement cool, avec plein de trucs qui lui appartenaient. Quelle chance d’avoir, en plus de sa chambre, sa propre salle de jeux.

Ses yeux se posèrent évidemment sur la collection impressionnante de rubik’s cubes de David. Il avait expliqué brièvement que c’était l’une de ses occupations préférées (et principale). Un sourire étira les lèvres de Kassie alors qu’elle lui avait donné le CD pour qu’il le mette dans le lecteur, il avait demandé si elle était capable de déjouer un rubik’s cube tout simple. Son sourire s’agrandit et elle en prit un qu’elle lui tendit.

-Brouille-le, et on va voir ce dont je suis capable.

Puis, elle s’assit sur le canapé à disposition, savourant les notes qui émanaient des enceintes. La musique était jolie, vraiment, mais pour l’instant, ce n’était pas encore l’une de celles dont elle avait le vague souvenir en voiture avec son père. Elle attendait patiemment que les bribes de souvenirs refassent surface, tandis que les volutes musicales envahissaient la pièce. C’était vraiment agréable, et David avait raison, la qualité du son était incomparable. Elle ferma les yeux quelques instants, la musique était si belle. Cela lui donnait envie de se remettre au violon.
Elle rouvrit les yeux pour récupérer le rubik’s cube à présent brouillé, et commença à l’observer sous toutes les faces avant commencer à faire tourner les bords, d’abord lentement, brouillant un peu d’avantage les couleurs, puis un peu plus rapidement. Après un peu moins d’une minute, tout un côté était reconstitué. Le blanc. Puis elle s’attaqua au côté vert, ce qui rebrouilla un peu le côté blanc mais par la suite, les deux face colorées furent totalement homogènes. Elle continua sur sa lancée et après quelques minutes, elle regarda David avec un petit sourire ravi avant de le lui envoyer, s’assurant qu’il l’avait vue pour ne pas le faire tomber.

-Ça te semble correct ? demanda-t-elle poliment alors que le premier morceau s’achevait.



You are where you need to be...
Just take a deep breath.
©️ Miss.Pie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elève de l'ICP



avatar

David Bass
▻OREOS : 122
▻ARRIVE(E) LE : 27/03/2017
▻LOCALISATION : Pas là. Et pas là non plus en fait.
▻LOISIRS : Cubaholic

MessageSujet: Re: The sphere of our existences - Kassandra   Ven 26 Mai - 22:31


The sphere of our existences

La musique planait donc dans toute la pièce, avec son violon, et le style de Bach. Au fond, c'était légèrement différent de Mozart, mais ça restait de la musique classique. C'était parfaitement écoutable, pour des oreilles aussi exigeantes que celle du jeune homme.
Alors qu'il lançait un défi à la demoiselle, David la vit revenir avec un rubik's cube, normal, et lui demander de le mélanger, pour qu'elle puisse le faire. Il eut un léger sourire qui disait clairement "tiens donc voyons ça", puis il se saisit de l'objet. Le tournant dans tous les sens avec l'agilité qui montrait combien il avait l'habitude de s'amuser avec, il pu la voir fermer les yeux.
L'observant, David se dit qu'elle n'était pas si mal. Elle savait au moins profiter de ce qu'on lui offrait au moins. De cet instant de tranquilité, de paix, de rien. Elle ne l'agaçait pas avec des questions idiotes ou des remarques stupides, et n'essayait pas de le provoquer.
Ils profitaient simplement.
David tendit le rubik's cube, et avec un air qui semblait étudier son adversaire, il observa la jeune femme faire. Voyant qu'elle avait d'abord une bonne technique, il resta silencieux, et se contenta de la fixer. Ca pouvait presque paraître étrange, voir limite flippant, mais David ne pensait pas à mal, et ovulait juste observer la jeune femme, pour la juger, la jauger, savoir.

Quand elle paru avoir fini, il attrapa le rubik's cube. C'était idiot de vérifier s'il était fait, vu qu'il l'était, fait. Le mélangeant par réflexe, comme on se sert d'une balle anti stress, David l'observa. Il se sentait plus apaisé, comme chez lui, réellement. Il voyait moins cette Kassie comme une intrus qui pourrait venir piétiner son espace personnel sans qu'il n'ait rien demandé.

- Tu as pas mis trop de temps. Ca va. J'ai vu pire.

Il regarda son rubik's cube. Avec ce sourire qui montrait il pouvait être fier de lui. Alors que la musique continuait de sonner, il commença à aligner les couleurs entre elle, et en moins de cinq minutes, le rubik's cube était fait.

- Ca t'as amusé ? Le rubik's cube. C'est ce que je fais, quand j'écoute de la musique. En ce moment, je fais celui là.

David montra un rubik's cube de taille assez imposante. Il y avait au moins 20 carrés de couleurs. De fait, il était assez calmé, et parlait à cette femme sérieusement, comme s'il l'invitait réellement dans son univers.

- Mais je crois que j'arrive vers la fin.... Au fait, niveau son, c'est bon, le volume ?

Au fond, David n'avait rien de méchant, du moment qu'on parlait de la même chose que lui. Le principe était assez égoïste, en somme, mais il apprenait petit à petit, sur le tas.



I want to hurt you so much.


It's a filthy world we live, in its a filthy goddamn world and honestly I feel like I'm helping to take them away from the shit and the piss and the vomit that run through the streets.

KoalaVolant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caméléon


Caméléon

avatar

Kassandra
▻OREOS : 227
▻ARRIVE(E) LE : 03/01/2017
▻LOCALISATION : Quelque part à Blue Cove

MessageSujet: Re: The sphere of our existences - Kassandra   Mer 7 Juin - 11:37


The sphere of our existences


Alors que la mélodie envahissait la pièce et que Kassandra essayait de faire remonter de vieux souvenirs enfouis par des années d’exploitation de son cerveau, David avait proposé qu’elle fasse l’un de ses précieux rubik’s cubes. Et n’étant jamais contre un défi, la brunette accepta avec plaisir. Cela faisait des années qu’elle n’en avait pas fait, et elle se souvint combien il était amusant de chercher à résoudre cette énigme en forme de cube coloré. Une fois la tâche accomplie, elle rendit l’objet à son propriétaire qui ne put s’empêcher de commenter, ce qui la fit sourire.

-Eh, sois indulgent, comme je t’ai dit, ça fait des années…

A son tour, il le brouilla et commença à remettre ensemble les couleurs assorties. Kassie l’observa faire. On voyait à la dextérité de ses mouvements qu’il était coutumier de cette activité. Pendant ce temps, le morceau suivant se jouait. Celui-ci lui parut un peu plus familier, et la caméléone ferma les yeux pour essayer de se concentrer d’avantage sur ses souvenirs. Mais pour l’instant, rien ne revenait, ce qui la déçut un peu. Elle rouvrit les yeux en entendant le jeune homme lui poser une question.

-Oui, j’aime bien ce genre de choses.

Kassie écarquilla les yeux en voyant la taille du rubik’s cube dont parlait David. Ainsi, il avait un nouveau challenge.

-Waow, je n’en ai jamais vu de si gros. C’est carrément cool. Tu l’as déjà résolu ?

Ça, c’était un défi de taille, même si une fois le principe compris, en principe on pouvait résoudre des cubes de toutes tailles.

-Quand j’étais petite j’en avait un à 5 faces de côté, mais il ne me semble pas en avoir vu de plus gros depuis… C’est génial qu’il en existe des comme ça.

Il lui demanda ensuite gentiment si le volume était convenable. Finalement, malgré son air bourru du premier abord, l’adolescent savait se montrer sympathique. Kassie lui sourit avec douceur.

-Oui, c’est parfait. Ta pièce de musique est top, tu peux être fier.

Le son des différents instruments était à couper le souffle, on aurait pu croire que les musiciens se trouvaient juste derrière eux, c’était très agréable de jouir d’une telle qualité.

-Je te remercie de m’avoir invitée en tout cas, ajouta-t-elle poliment.





You are where you need to be...
Just take a deep breath.
©️ Miss.Pie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elève de l'ICP



avatar

David Bass
▻OREOS : 122
▻ARRIVE(E) LE : 27/03/2017
▻LOCALISATION : Pas là. Et pas là non plus en fait.
▻LOISIRS : Cubaholic

MessageSujet: Re: The sphere of our existences - Kassandra   Mar 13 Juin - 10:31


The sphere of our existences

L’indulgence ne faisait pas partie des éventuelles qualités qu’aurait pu avoir David. Après tout, personne n’avait été indulgent avec lui. Pourquoi l’aurait-il été avec les autres ? Cela lui semblait logique, de penser de cette façon.
Mais de fait, il devait reconnaître qu’elle fut au moins assez intelligente pour remettre son rubik’s cube en place, malgré le temps qu’elle avait mis. D’autant que l’ayant observé, David s’était bien rendu compte qu’elle ne le faisait pas au hasard : elle était réellement concentrée dessus.

David ne pu s’empêcher de sourire quand il entendit « Kassie » paraître fasciné par l’élément de sa collection. De fait, il aimait quand on aimait les choses qu’il appréciait, et bien que cela sembla logique, ce n’était pas toujours le cas, surtout pour le cubaholic qu’il était.

- Je le résoud petit à petit. Ca prend du temps, mais ça m’occupe.

C’est ce qu’il avait répondu, pour son gros rubik’s cube qu’il tenait encore dans ses mains. En tout cas, il entendit la fille parler d’un objet similaire qu’elle aurait eu, et il songea au fait que les 20*20 était en vérité, rarement vendu, puisque existant normalement, uniquement virtuellement.
Mais David, avait profité du fait que son père avait voulu s’excuser envers lui, pour en demander un. C’était du fait sur mesure, en somme.

Et il voyait ça comme un moyen de se détendre. Pas comme un casse tête qui pourrait le rendre fou. Ca l’amusait plus qu’autre chose.
Il ne sut pas quoi répondre à l’éloge que lui fit Kassie, et encore moins à ses remerciements. Il avait presque envie de se renfrogner. Il n’avait pas l’habitude de ça. Qu’on apprécie ce dont il était capable. Qu’on l’apprécie lui. Quoiqu’il se dit que cette fille ne devait pas l’apprécier, mais plus être enjouée par la pièce dans laquelle elle se trouvait.

- Du coup, t’es contente, t’as eut ton écoute de Bach…

Il disait ça de manière un peu brute, pas si sympathique que ça, mais c’était sa façon à lui de s’exprimer, dans toute sa maladresse habituelle.
Tripotant le rubik’s cube géant, il fini par le reposer, se rendant compte qu’il faisait n’importe quoi avec.

- D’ailleurs le CD, tu peux le garder.

Cette fois, au lieu de le dire gentiment, à nouveau, il sortait ça comme si « de toute façon Bach ne vaut rien », et même si c’était un peu sa pensée – bien qu’il adora les pièces classiques -, c’était aussi sa façon à lui d’admettre que d’accord, ce CD ne lui appartenait pas, et que si elle voulait le garder, c’était logiquement son droit.

- Après c’est pas dit qu’on se revoit, donc profite.

Encore un ton sec, encore un ton maladroit, parce qu’il savait que la probabilité qu’ils se revoient était maigre. Il se voyait mal continuer d’inviter des inconnus chez lui.
Pourtant, le fait qu’elle apprécie son côté cubaholic, et la musique classique, faisait que David appréciait finalement bien cette fille, malgré les moments où il aurait voulu la remettre à sa place à coup de poing.

David s’installa dans son canapé un peu plus, s’étirant. Il repensa à sa requête pour les rollers. Avec un vague sourire en coin qui disparu aussi vite qu’il était venu, il l’observa

- J’ai des rollers, au fait. Mes parents m’en ont acheté à une époque. C’est pour ça que j’en ai fait. J’ai un grand garage. C’est quoi ta pointure ?

Il voulait un peu, en quelque sorte, la remercier d’avoir pu le supporter, et l’apprécier sans se barrer en courant. Et comme elle avait parlé de rollers.



I want to hurt you so much.


It's a filthy world we live, in its a filthy goddamn world and honestly I feel like I'm helping to take them away from the shit and the piss and the vomit that run through the streets.

KoalaVolant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caméléon


Caméléon

avatar

Kassandra
▻OREOS : 227
▻ARRIVE(E) LE : 03/01/2017
▻LOCALISATION : Quelque part à Blue Cove

MessageSujet: Re: The sphere of our existences - Kassandra   Dim 25 Juin - 16:31


The sphere of our existences


Kassandra était un peu « handicapée sociale » mais tâchait de rattraper son retard. Après tout, même au Centre, elle avait eu l’opportunité d’échanger avec quelques camarades, tisser des liens même éphémères puisque parfois, il arrivait que certains Caméléons ne se voient plus pendant des mois. Elle n’avait donc que peu l’habitude de parler à d’autres en dehors des choses essentielles et du « travail » qu’elle avait à faire. Mais elle faisait son maximum pour, maintenant dehors, paraître la plus normale possible. David Bass était fascinant, il était, du moins à ce qu’il paraissait à la jeune femme, tout l’inverse d’elle. Lui avait eu toutes les possibilités du monde d’être sociable, de faire des rencontres, de tisser des liens d’amitié, et malgré cela, il était le jeune homme le plus renfermé sur lui-même que Kassie ait eu l’occasion de rencontrer. Elle comprenait bien que là, il faisait un effort, parce qu’il voulait écouter le fameux CD, et après tout, ça lui servait bien à elle aussi puisqu’elle avait pu, grâce à lui, bénéficier d’une qualité d’écoute incomparable dans cette pièce incroyable.

Elle fut surprise par le ton qu’il adopta ensuite, comme si le peu de sympathie qu’elle avait réussi à lui insuffler s’était évaporée. Il avait d’abord fini de parler de son rubik’s cube géant qui était, d’après Kassandra, une vraie merveille de challenge, puis il s’était reporté sur Bach.

-Euh, oui ! répondit-elle à sa question quant à sa satisfaction de l’écoute de Bach. Toi aussi du coup, ajouta-t-elle avec une pointe de taquinerie.

La brunette ne comprenait pas vraiment le ton adopté par son jeune interlocuteur, mais soit, chacun était comme il était. Elle haussa les épaules avec un sourire en coin en l’entendant déclarer qu’elle pouvait garder le CD.

-En même temps, il est à moi je crois, lança-t-elle avec un clin d’œil.

Et puis il lui faudrait le réécouter encore et encore pour espérer recouvrer les souvenirs manquants de ses parents, et surtout son père puisque c’était lui qui écoutait du classique et surtout du Bach en voiture. Là, David repartit sur un sujet de conversation que Kassie pensait enterré. Les rollers. Le regard de la jeune femme s’illumina. Il en avait ! Quelle chance !

-Ah oui tu en as ? Comme c’est cool ! Ma pointure ? 39. Est-ce que… c’est une proposition de m’apprendre à en faire ? demanda-t-elle d’un air ingénu.

Elle espérait tellement pouvoir apprendre un jour à en faire.




You are where you need to be...
Just take a deep breath.
©️ Miss.Pie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elève de l'ICP



avatar

David Bass
▻OREOS : 122
▻ARRIVE(E) LE : 27/03/2017
▻LOCALISATION : Pas là. Et pas là non plus en fait.
▻LOISIRS : Cubaholic

MessageSujet: Re: The sphere of our existences - Kassandra   Lun 26 Juin - 16:21


The sphere of our existences

Certes, le CD était bel et bien à elle. Mais il avait tout de même le droit de faire remarquer qu’elle pourrait le garder.
Parce que David était comme ça. Que selon lui, ça marchait comme ça. C’était son petit côté égoïste.

De toute façon, le sujet avait dérivé sur tout à fait autre chose. En l’occurrence, les rollers. David avait encore du mal à reconnaître qu’il allait laisser cette femme faire du roller, mais elle avait la pointure de sa mère – qui pour suivre son fils s’était payé une paire, mais ne les avais mis qu’une seule fois avant de déclarer que c’était vain, et idiot et que David était mieux à ses rubik’s cube, sans aimer reconnaître qu’elle était juste mauvaise -.

- Je vais pas t’apprendre, je suis pas un prof. Et je ne suis sûrement pas un bon prof. Mais tu vas apprendre toute seule. Sauf si t’as peur.

Peur de tomber, comme l’avait fait sa mère, sous le regard tout de même amusé de son fils, qui n’avait d’ailleurs même pas pu retenir un pouffement quand cela était arrivé.
Au moins, si Kassie tombait, David pourrait s’amuser un peu.
Se dirigeant vers la sono, il éteignit la machine :

- Allons-y.

Consultant machinalement sa montre, David constata qu’ils auraient encore un peu de temps avant que ses parents ne rentrent, donc il ne risquait pas de les rencontrer.
Sortant de la pièce, il se dirigea dans une salle un tantinet assez grande. Ou sa mère faisait son fitness, et son père son vélo ou ses entrainements de tennis. En gros, c’était un gymnase. Gymnase situé dans le sous-sol de leur maison. Un grand garage quoi. Parce que le vrai garage était ailleurs. Mais sûrement assez grand aussi.
David en sortit, d’un cabanon poussiéreux, deux paires de rollers.

- Tiens. Enfile ça.

Enfilant les siens, il se sentit bien dedans, constatant que ses parents avaient vraiment acheté de la qualité. Se relevant avec adresse, David était suffisamment bon en sport pour avoir appris rapidement à en faire.

- Ca te va alors ?



I want to hurt you so much.


It's a filthy world we live, in its a filthy goddamn world and honestly I feel like I'm helping to take them away from the shit and the piss and the vomit that run through the streets.

KoalaVolant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caméléon


Caméléon

avatar

Kassandra
▻OREOS : 227
▻ARRIVE(E) LE : 03/01/2017
▻LOCALISATION : Quelque part à Blue Cove

MessageSujet: Re: The sphere of our existences - Kassandra   Lun 3 Juil - 23:14


The sphere of our existences


Les morceaux du CD avaient pour la plupart défilé et les deux protagonistes avaient pu échanger sur divers sujets, et Kassandra avait montré qu’elle aussi était capable de résoudre l’énigme d’un rubik’s cube. Cette petite épreuve l’avait d’ailleurs beaucoup amusée et intérieurement elle se faisait la promesse de s’en offrir un à l’occasion. Elle aurait voulu remercier David de lui avoir permis de s’exercer à nouveau, depuis bien des années, sur le sien, mais n’en avait pas eu le temps. Une nouvelle question plus excitante fut abordée : les rollers ! Derrière ses airs bourrus, le jeune homme savait se montrer généreux, elle le voyait bien. A sa demande pour savoir s’il comptait lui apprendre, la réponse qu’il lui fit l’amusa. Comment aurait-il pu répondre autre chose ? Il n’aurait pas été David sinon.

Sourire aux lèvres, Kassie suivit le maître des lieux (du moins en l’absence de ses parents) jusqu’au sous-sol, ne manquant pas de récupérer ses affaires avant. Si la caméléonne avait été estomaquée par la pièce de musique particulière de sieur David Bass, il n’y a pas de mots pour décrire ce que la brunette avait ressenti en voyant la pièce. Elle était restée plantée là, bouche bée, tandis que David était entré et avait fouillé dans une espèce de placard géant qui s’apparentait plus à une cabane qu’autre chose. Kassandra se décida à entrer, regardant autour d’elle, jusqu’à faire face à David qui était ressorti et qui lui tendait une paire de roller, lui demandant de les enfiler. Elle hocha la tête.

-OK, merci c’est cool de ta part.


Elle posa son sac par terre et s’accroupit pour retirer ses chaussures avant de s’asseoir en tailleur pour observer les rollers avant de finalement les enfiler. Une fois fixés, elle se pencha en avant pour prendre appui sur le sol, les mains à plat, et tâcha de se mettre debout. En quelques secondes, elle s’adapta et resta immobile.

-Oui, ça a l’air d’aller. Waow, ça fait bizarre.


Kassandra essaya de se rappeler les mouvements qu’elle avait vu faire par tous ces gens qui faisaient du roller sur la place de Blue Cove. Elle tenta un pas en avant, mais il fallait faire comprendre à son corps que rouler, ce n’était pas marcher. Un peu déséquilibrée, elle manqua de tomber, mais rétablit l’équilibre à l’aide de quelques mouvements de bras.

-Tu peux me montrer une fois comment tu fais, s’il te plait ?

Si quelqu’un lui montrait et qu’elle observait attentivement, elle aurait plus de chances de réussir sans tomber.





You are where you need to be...
Just take a deep breath.
©️ Miss.Pie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elève de l'ICP



avatar

David Bass
▻OREOS : 122
▻ARRIVE(E) LE : 27/03/2017
▻LOCALISATION : Pas là. Et pas là non plus en fait.
▻LOISIRS : Cubaholic

MessageSujet: Re: The sphere of our existences - Kassandra   Mar 4 Juil - 13:35


The sphere of our existences

Cool de sa part. Qu'est ce que c'était finalement, d'être cool ? Est ce que David était si cool que ça ? Il n'en savait rien, parce qu'à part Azzam qui avait su lui montrer un brin d'amitié, et lui montrer qu'il n'était pas tout seul sur ce coup là, personne ne lui avait jamais vraiment sorti ce genre de mots. Et surtout pas ses parents. Enfin, sauf sa mère, qui s'étant acheté un cerveau depuis qu'elle avait découvert celui de son fils, n'avait eut de cesse de l'encourager, comme si à présent, elle trouvait cela utile. Son fils avait un cerveau, c'était merveilleux, il fallait le récompenser pour ça. C'était juste dommage de s'en rendre compte un peu trop tard. Il la laissa mettre les rollers qu'il lui avait prêté, portant déjà les siens, prêt à zigzaguer dans le petit gymnase de la maisonnée. De fait, elle paru réussi à se mettre debout toute seule, ce qui était plutôt pas mal, même si le blond remarqua facilement qu'elle avait du mal à tenir debout.

Un léger sourire moqueur aux lèvres, il s'attendait à la voir tomber, et comme il trouvait que les chutes pouvaient être amusantes, il ne se retiendrait sûrement pas de se moquer. Finalement, David n'était sûrement pas si cool que ça, vu son caractère lors de certains contextes. Mais de fait, Kassie paru vouloir qu'il lui montre comment que l'on faisait. Mais il céda à sa demande, parce que David imagina que ça ne l'aiderait pas forcément, et qu'il était tout de même curieux de voir, si juste avec ça, elle était capable de s'en sortir. Après tout, le lycéen devait bien reconnaître qu'elle s'était plutôt bien débrouillé lorsqu'elle s'était mise en tête de résoudre un rubik's cube. Malgré le temps qu'elle avait mis, elle avait réussi là où certains auraient abandonné, trouvant la discipline trop compliquée.
S'élançant sur "la piste" puisqu'en soit, il n'y avait pas tant de piste que ça, simplement le sol, il se laissa glisser, roulant, patinant, poussant pour prendre son élan, et s'arrêtant au mur, pour tourner, s'amusant comme un gosse, simplement content de pouvoir glisser librement. Cela ne lui offrait pas tant la tranquillité auquel il aspirait éternellement, mais disons que cela le libérait tout de même, lui donnant l'impression d'avoir des ailes, de pouvoir voler, d'être....Léger.

Retournant jusqu'à elle en patinant, il lui offrit un sourire légèrement hautain, d'un air de dire que lui savait patiner et pas elle. Il avait pris l'habitude de ce genre de sourire, depuis qu'il avait compris que les gens ne l'aimaient pas pour ce qu'il était, et que de toute façon, il fallait les écraser pour qu'ils vous foutent la paix. Ce n'était pas si méchant, c'était juste ce merveilleux mécanisme de défense qu'il avait appris de lui même, sans réfléchir, sinon à faire en sorte de ne pas se sentir mal, et de ne pas sentir de rejet.

- Alors, tu penses pouvoir le faire ?

Il restait tout de même curieux. Après tout elle pouvait toujours avoir un don caché pour les rollers.
Alors qu'il patinait en reculant - ce qui n'était, certes, pas prudent, mais pour le coup, il pouvait se le permettre, David sachant exactement où se trouvait le prochain mur -, il ne pu porutant pas s'empêcher de lui donner un conseil. Parce qu'au fond, il n'était pas si mauvais, juste redoutablement maladroit, et que tout de même, il savait être attentionné avec son prochain.

- Si jamais tu penses que tu vas tomber, retiens toi à quelque chose.

Enfin, cela ne l'empêcha pas de lâcher un pique bien envoyé dont il était plutôt fier, quand il fit :

- Enfin, si tu as le temps de trouver un truc où te raccrocher avant de tomber. C'est pas moi qui te rattraperait.



I want to hurt you so much.


It's a filthy world we live, in its a filthy goddamn world and honestly I feel like I'm helping to take them away from the shit and the piss and the vomit that run through the streets.

KoalaVolant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: The sphere of our existences - Kassandra   

Revenir en haut Aller en bas
 
The sphere of our existences - Kassandra
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Inner Sphere
» Construction d'une Sphere.
» Sphere des bois profonds, puissante ou totalement naze ?
» Sphere d'armure lourde
» sphere d'armue + et pierre d'armure

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE WORLD'S CHANGING :: BLUE COVE - CITY :: Entering Blue Cove :: Des boutiques-
Sauter vers: