THE WORLD'S CHANGING

Bienvenue à Blue Cove, Delaware !
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 LET ME TEACH YOU

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Caméléon


Caméléon

avatar

Kassandra
▻OREOS : 491
▻ARRIVE(E) LE : 03/01/2017
▻LOCALISATION : Quelque part à Blue Cove, en coloc avec Asher
▻LOISIRS : Faire du roller, manger de la glace et des frites, faire du roller, apprendre de nouvelles choses, savourer sa liberté

MessageSujet: Re: LET ME TEACH YOU   Mer 18 Avr - 16:39






Let me teach you



Kassandra & Asher




Kassandra était une jeune femme pleine d’imagination et de ressources, les idées fusaient et ne manquaient pas d’en appeler d’autres, si bien qu’à présent libre de tout mouvement et de ses choix, la demoiselle se plaisait à essayer diverses petites inventions. Seulement bien souvent, le matériel à disposition n’était pas aussi performant et perfectionné que celui dont elle disposait au Centre, alors il y avait quelques ratés… comme cette expérience avec la machine à laver. Cependant, sa version du « mousseur de lait pour capuccinos » qu’elle avait bricolé à la cafetière fonctionnait très bien. Mais il fallait croire que le Destin ne voulait pas que cette maison soit munie d’une machine à laver qui fait sèche-linge.

Affairée à se faire un troisième point de suture, Kassie sursauta en entendant Asher crier juste à côté d’elle. Comment avait-elle pu être si distraite qu’elle ne l’avait pas entendu entrer ? Elle manqua de se piquer le doigt dans son sursaut et sentit son coeur se serrer lorsqu’il se mit à la sermonner. Il était très énervé, sans doute plus que jamais, du moins pour la brunette qui ne l’avait jamais vu dans cet état. Elle sentit les larmes lui monter aux yeux alors qu’il haussait le ton et qu’il devenait grossier. Elle n’eut même pas le temps de répondre quoi que ce soit qu’il avait tourné les talons. Les yeux embrumés de larmes, elle reporta son attention sur son troisième point qu’elle acheva, sursautant une nouvelle fois en entendant la porte claquer, avant de s’entourer la cuisse d’un bandage. Puis elle rangea son matériel et commença à nettoyer le sol de la salle dans laquelle se trouvait la machine, ramassant tous les débris qu’elle mis dans un sac poubelle, puis elle essuya les traces de sang et passa l’aspirateur.

Lorsque la pièce eut retrouvé son aspect originel, elle redescendit avec le sac plein de débris et chercha sur internet une nouvelle machine à laver. C’était vrai que ce n’était pas donné, mais la caméléone assumait sa bêtise. Elle avait cassé le matériel, elle le remplaçait, c’était normal. A présent, elle avait une carte de crédit à son faux nom, c’était plus pratique pour faire des achats pour la maison. La nouvelle machine était en commande et arriverait sous quarante-huit à soixante-douze heures, c’était une bonne chose. Néanmoins, Kassandra ne se sentait pas mieux, même si l’erreur était « réparée ». Elle se sentait incroyablement triste. Asher lui en voulait, elle en était persuadée. Il était même sorti, cela voulait sans doute dire qu’il ne voulait plus la voir. Cette simple idée la rendait malheureuse comme jamais. Elle se surprit même à penser qu’elle préférerait retourner au Centre plutôt que de savoir qu’Asher la détestait. Pourtant, les propos du colocataire de Kassie avaient été claire, il en avait ras le bol. Les larmes roulant sur ses joues, la petite brune remonta dans sa chambre et commença à ranger ses affaires, certes un peu plus nombreuses mais néanmoins toujours sommaires, sans son sac à dos, sans oublier son ours en peluche, évidemment. Puis, après avoir séché ses yeux, elle descendit en boitant avant de sortir de la maison. La descente des différentes marches fut douloureuse et difficile, mais Kassandra réalisait qu’elle était sûrement un poids pour Asher, et même si l’idée de ne plus être auprès de lui la rendait malade, elle préférait que lui soit heureux tout seul, plutôt qu’énervé sans cesse à cause d’elle. Elle ne voulait que son bonheur.
Hors de la maison, elle l’aperçut et se dirigea vers lui, l’air un peu penaud, toujours en boitillant.

- Ecoute Ash… je suis désolée, j’ai pas fait exprès, je voulais te faire plaisir en ajoutant une fonction sèche-linge... Mais ne t’inquiète pas, j’ai tout rangé et j’ai commandé une nouvelle machine. Tu l’auras dans trois jours maximum. Je te demande pardon, encore une fois. Je vois bien que c’est difficile de me supporter et de vivre avec moi, alors je préfère te laisser tranquille. Mais n’hésite pas à m’appeler si tu as besoin de quoi que ce soit, d’accord ?

Elle n’osait même pas le regarder dans les yeux tant l’idée de le quitter la rendait triste. Puis, elle s’éloigna, le coeur lourd, en direction de la route dans le but d’aller prendre le bus. Le ciel se faisait menaçant une fois de plus, comme bien souvent ces dernières semaines. La pluie ne tarderait pas à tomber encore une fois.

(c) DΛNDELION



You are where you need to be...
Just take a deep breath.
©️ Miss.Pie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur



avatar

Asher Collins
▻OREOS : 203
▻ARRIVE(E) LE : 21/08/2017
▻LOCALISATION : The Centre sûrement dans sa salle de classe ou au bar le plus proche
▻LOISIRS : Apprendre à se battre à une bande d'ado pré-pubères/ Faire des pancakes/ Regarder des disney/ Apprendre la vie, ses us et coutumes à Kassandra.

MessageSujet: Re: LET ME TEACH YOU   Mar 24 Avr - 0:08






Let me teach you



Kassandra & Asher


Mâchoire serrée, il quitta les lieux pour rejoindre l'extérieur. Par réflexe, il chercha dans la poche de son Jean, un paquet de cigarettes qu'il n'avait plus avant de se souvenir qu'il avait décidé d'arrêter de fumer accessoirement pour sa santé, mais aussi pour ne pas incommoder Kassandra. « - Fais chier ! » lança-t-il au comble de la frustration, car c'est dans ces moments qu'une petite cigarette n'était pas de refus. Il s'en voulait, beaucoup même. Sa colère l'avait mené à être injuste dans le traitement de l'information. Kassandra, malgré la maladresse, voulait bien faire en convertissant la machine à laver, en sèche-linge. Comment pouvait-il lui en vouloir alors que son entreprise partait d'une bonne volonté, comme tout ce qu'elle faisait ici. Les gouttes de sang lui revinrent en mémoire, puis ce silence trop inquiétant pour être ignoré. L'espace d'un instant, il se revit près du corps sans vie de Raymond, son seul véritable ami, puis auprès des membres de son unité lorsqu'il exerçait au Moyen-Orient. La mort accompagnait Asher depuis de nombreuses années, mais il ne semblait pas enclin à l'accepter encore moins si elle le privé des rares personnes qui comptaient à ses yeux (aussi beaux soient-ils)

L'ancien militaire pesta à nouveau contre lui et alla se poser sur l'un des fauteuils d'extérieurs mis à disposition sur ce qui faisait office de terrasse. Il commença par se passer une main dans les cheveux, puis gratta sans conviction ses joues et son menton rendus rugueux par sa légendaire barbe de trois jours qu'il se plaisait à ne pas entretenir. « - T'es vraiment un trou du cul Asher Collins ! » Preuve qu'il aimait se lancer des fleurs. « - Tu vas lever ton cul et aller t'excuser ! » De ce fait, il leva son postérieur de la chaise, mais à peine eut-il le temps de faire le premier pas, que la porte s'ouvrit sur une Kassandra penaude qui tenait un sac entre ses mains. L'enseignant qu'il n'était pas, observa la demoiselle s'approchait d'un pas incertain dû à la blessure qu'elle s'était infligée en tentant de révolutionner leur quotidien vestimentaire. Le regard dans les chaussettes, la demoiselle livra son soliloque, la voix tiraillée par les trémolos, incapable cependant de décoller son regard du sol, puis elle entreprit de mettre les voiles et commença à s'éloigner, sac sur le dos, alors qu'à l'horizon quelques épais nuages grisonnants annonçaient l'arrivée imminente d'une averse.

« - Attends ! » laissa-t-il entendre avant d'enfin se décider à la rattraper. « - Attends ! » réitéra-t-il histoire d'être sûr qu'elle marque une pause pour l'écouter. « - Tu n'as pas à présenter tes excuses ok ? » Il lui faisait face à présent et contrairement à elle, son regard se plantait directement dans le sien à mesure qu'il déployait son soliloque. « - Écoute ! J'ai pris peur ok !? La première chose que j'ai vue en entrant, ce sont des gouttes de sang, puis le silence. Dans ma tête, j'ai commencé à me faire tout un tas de scénarios, tous plus morbides les uns des autres. Kassy, j'ai vraiment cru qu'il t'était arrivé quelque chose. Je tiens énormément à toi et c'est pour ça que je me suis mis en colère. C'est comme un mécanisme de protection, tu comprends ? Je ne veux pas que tu partes » Il fit un pas de plus vers elle et laissa sa main gauche se poser sur sa joue pour la lui caresser. « - C'est moi qui te dois des excuses et crois-moi m'entendre dire ça, relève presque du miracle. » Il lui sourit avec bienveillance avant de reprendre tout son sérieux puis il s'approcha encore pencha sa tête sur la gauche et captura ses lèvres avec une infime délicatesse avant de lui faire face à nouveau. « - Je ne veux pas te perdre Kassy, je suis bien avec toi à mes côtés et ce même si tu fais quelques conneries. Tu me fais du bien et tu rends meilleur. Reste je t'en supplie ! Je me sentirais mal si tu n'es plus là...Je... euh.. » Incapable de trouver les mots, car peu habitué à ce genre de situation, le pauvre Ash bafouillait et ressemblait presque à un adolescent éprit de son premier flirt.
(c) DΛNDELION


I CHOOSE YOU  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caméléon


Caméléon

avatar

Kassandra
▻OREOS : 491
▻ARRIVE(E) LE : 03/01/2017
▻LOCALISATION : Quelque part à Blue Cove, en coloc avec Asher
▻LOISIRS : Faire du roller, manger de la glace et des frites, faire du roller, apprendre de nouvelles choses, savourer sa liberté

MessageSujet: Re: LET ME TEACH YOU   Mer 25 Avr - 17:44






Let me teach you



Kassandra & Asher




Kassandra n'en menait pas large, c'est le moins que l'on pouvait dire. Elle avait fait quelques bêtises depuis sa première semaine de colocation avec Asher, voulant toujours bien faire et essayant d'innover pour améliorer certains détails, mais elle se heurtait souvent au manque de matériel ou du moins à une qualité inférieure à celle qu'elle avait connu au Centre pour ses travaux. Ici, elle venait de comprendre que l'implosion de la machine était dûe au voltage différent de ce à quoi elle s'attendait, et le bidouillage qu'elle avait effectué n'était pas adapté à celui d'une maison comme celle-ci. La caméléone s'en voulait, comment avait-elle pu ne pas y penser ? Elle était tellement enjouée à l'idée de faire une surprise à Ash, le voir content d'avoir des vêtements tout chauds et secs sortis de la machine, sans avoir à étendre à l'intérieur et attendre des heures que ça sèche à cause du temps maussade en cette saison à Blue Cove. Mais elle avait comis une erreur de débutante et s'en mordait les doigts, d'autant que le beau colocataire l'avait presque prise en flagrant délit. Elle n'avait donc pas eu le temps de nettoyer et réparer, ou du moins essayer pour la seconde option, qu'il était rentré et avait poussé une gueulante.

Kassie, à présent toute penaude, tenait son sac à dos entre ses mains et était sortie de la maison pour retrouver Asher sur le porche, à l'abri de la pluie qui ne tarderait pas à tomber au vu du ciel gris et plein de nuages. Prenant son courage à deux mains, retenant ses larmes tant la tristesse l'étreignait à l'idée de partir, elle avait livré à celui à qui elle tenait tant, son intention de partir, persuadée que sa présence l'énervait plus qu'autre chose. Une fois qu'elle eut parlé, elle se retourna et commença à s'éloigner. C'était sans compter sur Asher qui lui demanda d'attendre, et par deux fois. Heureusement parce que la première fois, la brunette pensait que son imagination débordante lui jouait des tours. Elle s'arrêta donc à la seconde injonction et l'entendit déclarer qu'elle n'avait pas à s'excuser. Là, il venait de se placer en face d'elle. C'est alors que la pluie se mit à tomber. Etonnée, le coeur serré, les yeu brillants de larmes qu'elle retenait depuis tout à l'heure, Kassandra secoua la tête.

- Bien sûr que si, je... j'ai fait une bêtise et j'ai cassé la machine...

Puis, elle l'écouta, il se mit à parler, expliquant qu'il avait eu peur pour elle, pour sa sécurité. Ceci la toucha, au point qu'elle posa une main sur son coeur. C'était sûrement la première fois que quelqu'un s'inquiétait pour elle. Hormis Stanley peut-être, comme la fois où Adora avait voulu gérer seule la simulation et où Kassie avait failli mourir d'hypothermie. Mais est-ce que cela comptait vraiment ? Stan tenait-il vraiment à elle, ou n'essayait-il juste pas de profiter de ses capacités pour sortir du lot et être promu ? A vrai dire, la jeune femme commençait à se poser des tas de questions à ce propos. Mais pour l'heure, seul Asher comptait, lui et ce qu'il disait. Il l'avait émue et la petite brune fut incapable de retenir ses larmes plus longtemps. Elles coulèrent silencieusement sur sa joue lorsque l'ex militaire déclara qu'il ne voulait pas qu'elle s'en aille.

- C'est vrai ? ne put-elle s'empêcher de demander.

Elle sentit sa main chause se poser sur sa joue et elle ferma les yeux quelques secondes, s'autorisant un petit sourire tant elle était soulagée d'entendre qu'elle pouvait rester.

- Non, ne t'excuse pas...

Son sourire bienveillant lui réchauffa le coeur, elle se sentait soudain beaucoup mieux. Puis il se passa une chose inattendue. Les lèvres d'Asher vinrent se poser avec douceur où sur celles de Kassandra. Comme le jour de l'emménagement. Elle ne comprenait pas pourquoi. Certes c'était très agréable, mais l'excuse la première fois était qu'elle parlait trop et qu'il fallait la faire taire. Là, elle n'avait rien dit. Elle se posa soudain un milliard de questions. Son coeur s'était remis à battre la chamade, elle se sentait de nouveau toute bizarre, des frissons la parcouraient de partout. Ses lèvres sur les siennes, c'était si doux, si agréable, mais ce moment ne dura hélas pas. A peine une seconde et c'était fini. Kassie regardait Asher, ne sachant plus que dire, pour une fois, et fut bien obligée de l'écouter. Elle se contenta de hocher la tête, bouche bée, toujours sur le coup de l'étonnement provoqué par ce baiser qu'elle ne pensait pas mériter.

- Tu... tu ne me perdras pas, Asher, je te le promets, bredouilla-t-elle.

La gorge un peu nouée, elle fut bien incapable d'ajouter quoi que ce soit, alors elle laissa son sac à dos choir au sol et se jeta dans ses bras pour le serrer contre elle aussi fort que son petit gabarit le lui permettait. La pluie tombait dru et le tonnerre commença à se faire entendre. Kassie se détacha lentement de lui et tourna la tête vers le lac sur lequel les gouttes tombaient, troublant la quiétude de l'eau. La jeune femme frissonna.

- On rentre alors ?

Ils n'avaient que quelques pas à faire pour retrouver la porte d'entrée. Même si la saison se voulait chaude, les pluies diluviennes qui ne cessaient de s'abattre sur la ville rendaient l'air humide. Kassandra récupéra son sac et avança en boitant vers la porte, tenant dans sa main celle de son coloc.

(c) DΛNDELION



You are where you need to be...
Just take a deep breath.
©️ Miss.Pie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur



avatar

Asher Collins
▻OREOS : 203
▻ARRIVE(E) LE : 21/08/2017
▻LOCALISATION : The Centre sûrement dans sa salle de classe ou au bar le plus proche
▻LOISIRS : Apprendre à se battre à une bande d'ado pré-pubères/ Faire des pancakes/ Regarder des disney/ Apprendre la vie, ses us et coutumes à Kassandra.

MessageSujet: Re: LET ME TEACH YOU   Mer 25 Avr - 23:05






Let me teach you



Kassandra & Asher


La pluie jusqu'alors assimilée au statut de prévision, fit acte de présence et commença à tomber, délestant au passage les épais nuages gris de plusieurs milliers de gouttes qui vinrent instantanément s'écraser contre le sol. Asher était toujours là, face à Kassy. Une fois encore, ses lèvres s'octroyèrent un détour par les siennes. « Mais qu'est-ce qui te prends ?! » s'invectivait-il avec véhémence dans un coin de sa tête. Dès lors ses pensées commencèrent à s'embrouiller et son cœur continua à battre avec intensité. À cet instant, il pardonnait tout à Kassandra, ce n'était qu'une machine, qu'une cafetière, que des pièces, des objets et lui qui n'était point matérialiste s'en carrer royalement tout compte fait. Le plus important était ailleurs et portait le doux prénom de Kassandra. Ce chaste baiser acheva de conférer à la jeune caméléon, un rôle important si ce n'est primordial dans la nouvelle vie d'Asher qui parlait plus qu'il n'en avait l'habitude et sentait comme un poids se défaire de lui-même à mesure qu'il mettait en lumière ses émotions, que par fierté et pudeur, il avait jusqu'alors renié.

« - Je ne sais pas ce qui se passe, ce qui nous arrive, mais cela arrive. » lui répondit-il après qu'elle eût bredouillé sa promesse. Ils se fixèrent ainsi durant quelques secondes avant que la jeune femme ne lâche son sac pour les bras de son protecteur, qui malgré la surprise, l'accueillit aussitôt et la serra contre lui. « - Encore désolé de m'être énervé » lui murmura-t-il au creux de l'oreille. La pluie troubla à nouveau ce doux moment en tombant avec plus de véhémence mouillant sans modération les deux « amis » qui sentirent très vite les vêtements collaient à leur peau. Kassandra fut cette fois la première à mettre un terme à l'étreinte (non-buccale cette fois) Elle posa son regard enfantin sur le lac sortit de sa quiétude puis elle se mit à frissonner. « - Effectivement on devrait rentrer avant de choper un vilain rhume. » Il en profita pour lui prendre le sac et glissa sa main dans la sienne. « - Attends ! » Il passa le sac autour de son épaule, retira sa main pour la passer sous ses genoux, avant de la soulever avec précaution. « - Je ne suis pas médecin, mais je pense que tu devrais éviter de faire trop d'efforts ! »

Ils retrouvèrent donc le confort de leur doux nid. Asher se charger de récupérer une couverture qu'il passa à Kassandra pour qu'elle s'enroule à l'intérieur, puis il œuvra en cuisine pour préparer du chocolat chaud qu'il agrémenta de deux guimauves. Dehors, la pluie continuait de tomber. « - Je vais préparer les bougies au cas où ! » Il s'aventura donc dans le hall et ouvrit la grande armoire en bois à l'intérieur de laquelle se trouvait des boîtes de conserve, quelques verres et diverses autres denrées alimentaires. Il en ressortit plusieurs bougies qu'il déposa sur la table base qui faisait face à l'imposant canapé. Puis il retourna dans la cuisine achever la préparation du chocolat chaud qu'il versa dans deux mugs « - Il n'y a rien de mieux contre la pluie ! Ca et un bon film. Tiens d'ailleurs, pour me faire pardonner, j'accepte de regarder un Disney avec toi ! » Ils optèrent donc pour le Roi Lion. Kassy fit de la place à son colocataire et le laissa s'emmitoufler avec elle dans la couverture. La demoiselle était subjuguée par ce qui se présentait à elle par le biais de l'écran plat, Asher était lui aussi subjugué, mais pas par la même chose. Toute bonne chose ayant une fin, le film s'arrêta tandis que les mugs se vidèrent. « - Aller un autre ! » Et c'est ainsi qu'ils passèrent la journée, l'un à côté de l'autre, à regarder des Disney tandis que dehors, la pluie continuait de tomber.

Le soir venu, la tempête redoubla d'intensité. Les plombs furent coupés, obligeant Asher et Kassandra à s'éclairer à la bougie. « - Bon, je crois que cette fois on n'a peu d'alternatives. Laisse-moi vérifier ton pansement. On va sûrement en faire un nouveau. Qu'en penses-tu ? » Il attendit son consentement et l'aida par la suite à retirer son pansement. Passé l'épreuve médicale, chacun équipé d'une bougie, regagna sa chambre. « - Bonne nuit Kassy ! » lança le beau blond avant de regagner sa chambre. Il déposa aussitôt la bougie sur sa table de chevet et se déshabilla. Il se délesta de tous ses vêtements qu'il plaça dans sa salle de bain, près du panier prévu à cet effet. Il délesta aussi sa penderie qu'un caleçon qu'il enfila avant de rejoindre son lit, prenant soin au préalable, de fermer les volets roulants. Malgré la tempête, il se laissa bercer par le bruit de la pluie et s'endormit très rapidement, non sans dédier ses dernières pensées à une jolie brune.
(c) DΛNDELION


I CHOOSE YOU  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caméléon


Caméléon

avatar

Kassandra
▻OREOS : 491
▻ARRIVE(E) LE : 03/01/2017
▻LOCALISATION : Quelque part à Blue Cove, en coloc avec Asher
▻LOISIRS : Faire du roller, manger de la glace et des frites, faire du roller, apprendre de nouvelles choses, savourer sa liberté

MessageSujet: Re: LET ME TEACH YOU   Jeu 26 Avr - 21:30






Let me teach you



Kassandra & Asher



La crise était désamorcée, Kassie avait l'impression d'avoir simplement fait un mauvais rêve et de s'en être réveillée, retrouvant le monde réel comme si de rien n'avait eu lieu. Asher était de nouveau avenant, son sourire se voulait rassurant et comme bien souvent ces derniers temps, la brunette se sentait de nouveau toute bizarre. Et puis il y avait eu ce baiser... Qu'est-ce que cela signifiait ? La caméléone se posait mille et une questions. Elle se souvenait qu'il arrivait à ses parents de s'embrasser de la sorte, elle avait également pu voir certains couples le faire depuis qu'elle côtoyait le monde extérieur. Mais elle et Ash ne formaient pas un couple, ou alors elle n'était vraiment pas à la page. Et puis surtout, elle s'interrogeait sur les sensations ressenties alors que les lèvres du beau blond s'étaient posées sur les siennes. Jamais encore elle n'avait ressenti cela, c'était vraiment étrange, mais très agréable.
Le colocataire avait renouvelé ses excuses et avait consenti à regagner l'intérieur de leur maison, portant même le sac de sa petite protégée avant de décider de la porter elle aussi.

- Merci... dit-elle d'un air un peu gêné. J'ai pas vraiment l'habitude qu'on me porte.

Mais il avait raison. Sa plaie était fraîchement recousue et marcher un peu trop risquait de tirer sur les sutures, et c'était assez douloureux étant donné qu'elle n'avait pas eu d'anesthésiant sous la main et qu'elle avait dû recoudre à vif, avec seulement un glaçon rapidement fondu en guise d'apaisement. Kassandra était aux anges quand Asher déclara qu'il acceptait de regarder un film d'animation Disney pour lui faire plaisir, l'aidant ainsi à rattraper son retard. Entre ça et le délicieux chocolat chaud qu'il lui avait préparé, la jeune femme se sentait comme une reine.

- Merci pour tout ce que tu fais pour moi. Promis, je ne casserai plus rien.

"Le Roi Lion" commença, Kassie fut subjuguée par la beauté des dessins, le réalisme des animations pour faire vivre et humaniser les animaux. L'histoire était touchante, elle avait même versé sa petite larme alors que Mufasa était mort et que Simba s'était retrouvé obligé de fuir loin des siens. Contre toute attente, Ash' proposa de renouveler l'expérience. Ravie, Kassandra demanda à voir Pocahontas, après avoir checké la liste des Disney qu'elle n'avait pas encore vus. Au dehors, la pluie s'abattait toujours, laissant un bruit de fond auquel l'on finissait par s'habituer. Les heures défilèrent et alors que Kassie commençait à comater, Asher proposa de l'aider à changer son pansement. Mieux valait être prudent et bien désinfecter. Il fut d'une aide précieuse et elle l'en remercia bien. Puis ils se décidèrent à enfin aller se coucher, chacun muni d'une bougie, espérant que le courant serait revenu le lendemain.

Malgré tout, Kassandra était bien incapable de dormir. Son esprit était acaparé par Asher et l'effet étrange qu'il avait sur elle. En sa présence, elle avait l'impression de ne plus être elle-même. Et puis il l'avait embrassée. Deux fois en l'espace d'une semaine. Cela ne signifiait sans doute rien pour lui. Kassie le savait, elle avait encore beaucoup à apprendre sur les relations humaines, sur ce qui se faisait et ce qui ne se faisait pas. Et peut-être que là d'où venait Asher, embrasser quelqu'un sur la bouche était anodin et n'avait pas vraiment d'enjeu. Par contre, le fait qu'elle ait l'impression d'avoir des palpitations dès qu'il entrait dans une pièce, quand il se trouvait un peu trop près d'elle ou que leurs mains se touchaient, ce n'était pas normal. Il lui était impossible de dormir ni même de continuer ses recherches sur internet, alors elle avait repris son gros livre des pathologies, cherchant par symptôme. Au départ, elle se croyait prise d'allergies, mais à quoi ? On ne pouvait pas être allergique à une personne. Son parfum peut-être ? Il sentait si bon pourtant... Il se faisait tard et la demoiselle finit par s'endormir, vêtue simplement de son T-shirt gentiment offert par son super coloc et d'une culotte.

Les yeux couleur chocolat de la demoiselle d'ouvrirent en un sursaut tandis qu'elle s'était vivement redressée dans son lit, le souffle court. Reprenant sa respiration comme si elle venait de courir un marathon, manquant presque de s'étouffer, elle se précipita hors de son lit et courut, son ours en peluche serré contre sa poitrine, en direction de la chambre d'Asher. Lorsqu'elle entra, elle le vit, endormi, le plus normalement du monde. Visiblement tout allait bien. Silencieusement, elle souffla de soulagement alors que des larmes coulaient silencieusement sur ses joues. Le coeur battant la chamade, elle se rapprocha, essayant de faire le moins de bruit possible. Elle avait eu si peur, ce cauchemar avait semblé si réel. Elle avait du mal à se calmer. Elle décida de venir s'allonger dans le dos d'Asher, recroquevillée contre son nounours serré dans ses bras, attendant que ses larmes ne cessent de couler et qu'elle réussisse à se raisonner.


(c) DΛNDELION



You are where you need to be...
Just take a deep breath.
©️ Miss.Pie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur



avatar

Asher Collins
▻OREOS : 203
▻ARRIVE(E) LE : 21/08/2017
▻LOCALISATION : The Centre sûrement dans sa salle de classe ou au bar le plus proche
▻LOISIRS : Apprendre à se battre à une bande d'ado pré-pubères/ Faire des pancakes/ Regarder des disney/ Apprendre la vie, ses us et coutumes à Kassandra.

MessageSujet: Re: LET ME TEACH YOU   Jeu 26 Avr - 22:01






Let me teach you



Kassandra & Asher


Dehors, la pluie continuait à livrer sa partition. Asher se laissa facilement hypnotisé par la douce litanie de mère Nature. Aussi, loin, qu'il s'en souvenait, il avait toujours aimé la pluie, elle l'apaisait même lorsqu'il se plaisait à se glisser sous la fenêtre du pensionnat les nuits de tempête. Il n'avait donc pas lutté le moins du monde contre Morphée qui l'embarqua. « Asher ! » Une voix résonnait au loin et semblait familière au jeune homme, sans qu'il ne soit capable pour autant de mettre un nom et un visage sur la personne à l'origine de cette voix. Il entendit à nouveau son prénom et se retourna par réflexe. Assit sur un banc, il vit un homme qui souriait à deux garçons. Ils se trouvaient dans un parc, jamais encore Ash n'y était venu, il remarqua également l'imposante bâtisse qui lui faisait face. « Dragon House, New Jersey » pouvait-on lire sur la plaque adossée à une imposante statue. « Asher ! » lança l'homme sur le banc et l'un des garçons, le plus âgé de toute évidence. La version adulte d'Asher fut ébranlée par cette découverte. Il ne se souvenait pas de cette scène, pas de ce lieu, pas de cet homme et alors qu'il essayait d'étayer sa réflexion une présence le sortit de ses songes, délestés de violences pour une fois.

« - Kassy !? » murmura-t-il avec douceur en devinant malgré la luminosité relative, la silhouette de la jeune femme. Ainsi, il se retourna pour mieux lui faire face. Que pouvait-elle bien faire dans sa chambre à une heure indéfinissable, mais pas idéale pour entreprendre une conversation. « - Ça va ? » lança-t-il le sourcil arqué en remarquant l'humidité des joues de la demoiselle. « - Un cauchemar ? » Il se rapprocha d'elle et la prit dans ses bras, pas gêné d'être si peu vêtu. « - C'est difficile de retrouver le sommeil après ça n'est-ce pas ? Quand j'étais mobilisé sur le terrain, je me suis souviens qu'il y avait un gars de mon unité, qui pour trouver le sommeil, chantonner un vieux chant tribal. Je vais t'épargner ça ne t'en fais pas. Moi, je comptais les moutons quand j'étais plus jeune. Mais j'imagine que tu n'as pas envie de t'amuser à faire ça, je me trompe ? Je ne suis pas psy, mais je pense être en mesure d'écouter si tu veux me parler de tes cauchemars. Quelque chose te perturbe peut-être ? Tu veux en parler ? »
(c) DΛNDELION


I CHOOSE YOU  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caméléon


Caméléon

avatar

Kassandra
▻OREOS : 491
▻ARRIVE(E) LE : 03/01/2017
▻LOCALISATION : Quelque part à Blue Cove, en coloc avec Asher
▻LOISIRS : Faire du roller, manger de la glace et des frites, faire du roller, apprendre de nouvelles choses, savourer sa liberté

MessageSujet: Re: LET ME TEACH YOU   Sam 28 Avr - 0:49






Let me teach you



Kassandra & Asher



Kassandra n'avait absolument pas l'intention de réveiller son colocataire. Sa présence dans sa chambre était uniquement due à un souhait de se rassurer quant à son bien-être et sa sécurité. Mais ce cauchemar lui avait fait si peur et semblait si réalisable que la jeune femme n'avait pas résisté à l'idée de venir encore plus près. C'est ainsi donc que la voix encore toute ensommeillée du bel Asher se fit entendre, tandis que recroquevillée sur elle-même, Kassie sanglottait. Il se tourna vers elle et à présent, leurs visages se faisaient face, espacés seulement d'une vingtaine de centimètres.

- Pardon, hoqueta-t-elle, je voulais pas... te réveiller. Ne te mets pas en colère s'il te plaît.

Mais au contraire, l'ex militaire la prit dans ses bras, comprenant rapidement qu'elle avait été victime d'un cauchemar assez vilain pour la mettre dans tous ses états. Toujours aussi adorable, il lui parla de l'une de ses connaissances d'une ancienne vie qui avait des problèmes pour trouver le sommeil, évoquant ainsi son astuce d'un certain chant, tandis qu'Asher lui-même employait la fameuse technique du comptage de moutons. Cette idée fit naître un léger sourire chez Kassandra.

- Et ça marche vraiment tout ça ? Comment on peut s'endormir en chantant ? demanda-t-elle en essuyant d'un revers de main ses larmes. Tu sais, j'ai pas vraiment de problème pour m'endormir... C'est plutôt une fois que je dors...

Asher était si gentil, il se proposait de l'écouter, mais la caméléone ne voulait pas le perturber en lui parlant d'horribles cauchemars qu'elle faisait, où récemment lui-même était impliqué. Elle tenait tellement à lui que sa plus grande peur était de le voir souffrir par sa faute. Il était devenu, à son insue, la personne la plus importante dans sa vie.

- Tu sais, je m'inquiète pour toi. Je sais que tu vas me dire que ce n'est pas la peine, que tu sais ce que tu fais, mais vraiment, tu ne devrais pas aller là-bas... Ils vont se servir de toi, te faire du mal, et je ne veux pas que tu souffres.

Malgré qu'elle ait cessé de pleuré, son coeur était toujours oppressé à l'intérieur de sa poitrine. Sans parler de sa douleur à la cuisse qui s'était réveillée.

- Je suis désolée, j'aurais pas dû venir t'embêter, tu as besoin de te reposer.


(c) DΛNDELION



You are where you need to be...
Just take a deep breath.
©️ Miss.Pie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur



avatar

Asher Collins
▻OREOS : 203
▻ARRIVE(E) LE : 21/08/2017
▻LOCALISATION : The Centre sûrement dans sa salle de classe ou au bar le plus proche
▻LOISIRS : Apprendre à se battre à une bande d'ado pré-pubères/ Faire des pancakes/ Regarder des disney/ Apprendre la vie, ses us et coutumes à Kassandra.

MessageSujet: Re: LET ME TEACH YOU   Sam 28 Avr - 23:23






Let me teach you



Kassandra & Asher


Le cœur de Kassy tambourinait contre sa cage thoracique. Au vu de leur promiscuité, Asher pouvait le sentir, une sensation qui ne pouvait que s'accroître en optant pour l'étreinte. « - Chut ! Ça va aller » continua-t-il de lui murmurer à l'oreille alors que les tremblements de la demoiselle ébranlaient encore son corps. Et alors qu'elle s'excusait, il lui prit le visage pour continuer, malgré le quasi manque de luminosité, à capter son regard. « - Non, tu n'as pas à t'excuser, je t'assure. Et puis pourquoi je me mettrais en colère. Kassy, je ne suis pas comme ça. Tout à l'heure, c'est parce que j'étais mort d'inquiétude. C'est mon mécanisme de défense. C'est moi qui devrais continuer à te faire des excuses, vu sous cet angle. » Il se décala légèrement pour lui laisser un peu de place et commença à évoquer des sujets anecdotiques pour divertir la demoiselle et qu'elle puisse ainsi se vider la tête pour progressivement se défaire de l'état second qui l'accaparait. « - Dormir en chantant oui ça marche pour ceux qui écoutent, mais il faut vraiment que le chanteur sache chanter, sinon quoi, c'est mal barré. » Il sentit un sourire naître sur les douces lèvres du caméléon, preuve qu'il était parvenu à quelque chose.

« - Je te compterais les moutons à l'occasion. » À son tour, il essuya l'une de ses larmes du revers de sa main. « - Moi aussi, j'ai ce problème, tu sais. Les cauchemars peuplent mes nuits. Nos vies ne sont pas faciles, on le sait ! » Il acheva sa réplique là-dessus, laissant à Kassandra l'espace pour s'exprimer et le moins que l'on puisse dire, c'est que les mots de la belle brune ne laissèrent pas le beau blond de marbre. Et pour cause, jamais encore une personne ne s'était autant inquiétée pour lui. « - Kassy... Je... Je me sens bien con là, parce que c'est bien la première fois qu'on s'inquiète pour moi comme ça. Je ne sais pas ce qui se passe, mais il se passe quelque chose entre nous. Avant je me foutais de ce que les autres pouvaient penser, mais maintenant que tu es là, ça diffère. Ce que tu dis, me touche, je devrais avoir peur, parce que cela m'expose, je ne veux pas être fragile, tu comprends ? » Il lui prit la main et la déposa sur son cœur pour lui faire comprendre ce que ses mots ne parvenaient à faire entendre. « - Je tiens tellement à toi Kassandra ! Si tu savais ! »


(c) DΛNDELION


I CHOOSE YOU  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caméléon


Caméléon

avatar

Kassandra
▻OREOS : 491
▻ARRIVE(E) LE : 03/01/2017
▻LOCALISATION : Quelque part à Blue Cove, en coloc avec Asher
▻LOISIRS : Faire du roller, manger de la glace et des frites, faire du roller, apprendre de nouvelles choses, savourer sa liberté

MessageSujet: Re: LET ME TEACH YOU   Dim 29 Avr - 14:49






Let me teach you



Kassandra & Asher



Asher avait eu la gentillesse de la serrer dans ses bras pour la rassurer. Kassandra s’y sentait si bien, même si elle savait qu’elle ne devrait pas. Combien de fois lui avait-il dit qu’il ne fallait pas se montrer aussi familière avec autrui, qu’elle n’était plus une enfant… Parfois, Ash’ avait des mots un peu rudes mais la brunette savait que c’était pour son bien, et elle tâchait d’écouter ses enseignements. Comme celui de ne pas parler de sous-vêtements. Là, dans ses bras, à sentir la douce odeur de sa peau et la chaleur inhérente à celle-ci, Kassie se sentait mieux, bien que pas vraiment à sa place. L’ancien militaire, quant à lui, lui murmurait des paroles rassurantes à l’oreille.

- Merci. Non, ne t’inquiète pas, j’ai bien compris que je t’avais fait peur. Je recommencerai plus. On a qu’à dire qu’on est quittes.

Le nouveau professeur de l’institut du Centre essaya de trouver une idée pour aider sa protégée à trouver le sommeil. Elle lui expliqua alors que son problème n’était pas là. Lui aussi était soumis à des cauchemars. Elle l’avait compris dès la première nuit, dans la caravane, alors qu’il était parti dormir dans le canapé. Elle avait pu l’entendre se débattre.

- Je sais. Comment tu fais, toi ?

Avant, au Centre, elle n’avait pas autant de craintes, il n’y avait pas beaucoup d’enjeux pour elle. A présent, elle avait sa liberté à conserver, ses parents à retrouver, et surtout, Asher à préserver. Ce dernier sembla touché par les paroles de la caméléone. Celle-ci ne s’était pas rendue compte de la teneur de ses propos.

- Tu n’es pas fragile, au contraire. Tu es fort et courageux, mais j’ai peur que ça te joue des tours, de très mauvais tours. Tu vas me prendre pour une trouillarde, mais te savoir là-bas, ça me terrifie. Tous les jours, j’ai peur que tu ne puisses jamais revenir.

Asher avait pris la main de Kassandra pour la poser sur son coeur. Ce contact la fit frissonner et elle sentit le sien se serrer encore davantage. Pourquoi un simple geste lui donnait cette sensation ? C’était pourtant un geste anodin. Sans doute parce que c’était lui. Chaque chose anodine qui le concernait LUI n’était pas si anodine que ça.

- Moi aussi je tiens à toi, répondit-elle dans un murmure.

Elle se rapprocha pour poser sa tête sur son torse et l’entourer de ses bras, faisant fi de sa plaie couverte d’un pansement apposé avec douceur par Asher quelques heures plus tôt. La grimace qu’elle eut s’effaça bien vite pour laisser place à un sourire qu’il ne pouvait pas voir, sa joue apposée sur le pectoral du beau blond. Elle repensa alors au baiser, aux baisers, donnés par cet homme, le premier lors de leur emménagement, le second un peu plus tôt la veille. Tout un tas de questions se soulevaient à nouveau dans l’esprit de la jeune femme.


- C’est pour ça que tu m’as embrassée ?
Demanda-t-elle. J’ai le droit de poser cette question, ou c’est comme les culottes, on doit pas en parler ? Demanda-t-elle innocemment en se redressant pour essayer de le regarder malgré la pénombre inhérente à la nuit.


(c) DΛNDELION



You are where you need to be...
Just take a deep breath.
©️ Miss.Pie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur



avatar

Asher Collins
▻OREOS : 203
▻ARRIVE(E) LE : 21/08/2017
▻LOCALISATION : The Centre sûrement dans sa salle de classe ou au bar le plus proche
▻LOISIRS : Apprendre à se battre à une bande d'ado pré-pubères/ Faire des pancakes/ Regarder des disney/ Apprendre la vie, ses us et coutumes à Kassandra.

MessageSujet: Re: LET ME TEACH YOU   Dim 29 Avr - 16:34






Let me teach you



Kassandra & Asher


« S'attacher aux autres est une perte de temps ! C'est futile, accessoire, anecdotique. Le temps est précieux, une espèce de denrée rare que l'on ne peut se permettre de gaspiller. Je n'ai pas le temps ! S'attacher aux autres est une faiblesse ! Ça nous ramollit le cœur, le cerveau et la nouille aussi. La vie n'est pas un long fleuve tranquille, les épreuves doivent nous endurcir et pour survivre ici-bas, il ne faut avoir aucune attache, car quand vient l'heure de la séparation, quelle qu'elle soit, on souffre. On ne peut être faible. » A cette époque, le regard d'Asher semblait éteint, il était là sans être là, au grand dam du spécialiste chargé de son analyse comportementale. « Votre rudesse a-t-elle une explication Mr Collins ? » Le soldat qu'il était encore, fixa méchamment le psy, qui tâchait de trouver les mots, de poser les bonnes questions. Il espérait encore pourvoir apporter une analyse claire et précise dans la synthèse qu'il devait rédiger. « - J'imagine que lorsqu'on ne peut ressentir la douleur, c'est plus facile de se détacher. La douleur, c'est ce qui vous enracine... » Le psy regardait son patient avec suspicion. La découverte de la maladie d'Asher, son comportement additionné à ses dires eurent raison de lui et de sa carrière. Il faut dire qu'à l'époque, il était un peu plus jeune, plus audacieux, moins réfléchit. Il n'avait aucun but, aucun enjeu et ne faisait que suivre une direction sans en connaître la destination. Les choses avaient changé, cette fois, il ne connaissait certes pas la destination, mais il avait un but, son passé et Elizabeth Fitzgerald lui avait fait une promesse, s'il consentait à l'aider elle. Puis Kassandra était entrée dans sa vie, avec fracas, faisant dès lors apparaître une destination supplémentaire à son voyage sans fin.

Avec elle, le discours porté au psy des années plus tôt s'enlisait dans le non-sens. S'attacher aux autres n'était plus une perte de temps et si cela sonnait toujours à ses oreilles comme une faiblesse, il prenait peu à peu conscience du bien que cela pouvait faire d'être humain tout simplement. « - On ne chasse pas ses cauchemars, c'est comme des fantômes en fait, on apprend à vivre avec. Les miens, lorsqu'ils sont complets, me rappellent les erreurs que j'ai pu faire. Et j'en fais un autre, toujours le même. Une voiture quitte la route, je crois que les freins ont été sectionnés. L'océan gronde et les vagues tumultueuses emportent tout sur leur passage. Puis j'entends des cris, toujours les mêmes. Et me voilà dans la voiture, je vois l'eau qui m'entoure peu à peu. Puis ça se brouille et je me retrouve ailleurs, en Moyen-Orient et on me torture, on me jette dans un caisson d'eau. Je n'aime pas l'eau, c'est une vraie phobie en fait, je crois que tout est lié à mon passé, mais je suis incapable de savoir comment et pourquoi ? Ensuite, je vois une berline noire à vitres teintées. L'une d'elle s'abaisse et je vois toujours ce même type en costume-cravate noir. Et puis j'entends ce nom dans un murmure, ils disent que c'est le Dr Sullivan qui pose trop de problèmes. » Des pneus crissent, une femme crie et je l'entends me demander pardon, qu'elle veut que je sauve quelqu'un et me revoilà dans cette voiture avec au volant un homme sans visage. La voix me redemande de le sauver, les vitres explosent et la bagnole est envahie par l'eau. Je me débats encore et encore, mais je n'arrive pas à m'en sortir et au moment où je crois que tout est fini, je me réveille. Le nom Sullivan est apparu récemment dans mon rêve. Comme si quelque chose c'était débloqué. Tu y comprends quelque chose toi ? »

Il tenta ensuite de se rabaisser une fois encore, chose qu'il ne faisait jamais d'ordinaire, mais Kassandra contourna ses dires et émit à nouveau des paroles qui éveillèrent en lui de vieilles émotions. Incapable de trouver les mots adéquats, il la laissa parler tout en lui prenant la main pour la déposer sur son torse afin qu'elle puisse sentir chacun des battements de son cœur. La demoiselle lui fit savoir à son tour, qu'elle tenait à lui avant de venir déposer son visage contre son torse et le serra fort, titillant encore l'humanité du beau blond. « - Tu n'es pas une trouillarde, au contraire. Tu sais, quand j'étais plus jeune, je me suis fait un ami, il s'appelait Raymond. Nous faisions les quatre cents coups ensemble, il était ma famille et malgré la couleur de peau, je le considérais comme mon frère. C'était incontestablement la personne la plus importante de ma vie. Quand je l'ai perdu, j'ai tellement souffert. La douleur de l'âme et du cœur est la pire de toute, bien que j'ignore les effets de la douleur physique. Toujours est-il qu'en perdant Ray, je me suis juré de ne plus jamais m'attacher à quiconque pour ne plus avoir à sentir la souffrance engendrée par la perte. Mais tu es entré dans ma vie. Et pour en revenir à la question que tu viens de me poser, oui, tu as le droit de demander et je me dois de te répondre. » Il l'a senti se redresser et en fit de même en prenant une grande, une très grande et longue inspiration avant de commencer. « - C'est... c'est un sujet un peu... Compliqué à aborder en fait. Un baiser ce n'est jamais quelque chose d'anodin, tu comprends ? Les amis s'embrassent sur la joue pour se saluer par exemple, d'ailleurs même quand on n'est pas ami, on peut faire la bise à quelqu'un. Mais un baiser sur les lèvres, c'est différent ! Les amis ne s'embrassent pas sur la bouche en général. Ça, c'est pour les gens qui... Les gens qui s'aiment. Ça peut être un amour filial, un amour fraternel, de l'amour physique. Embrasser sur les lèvres, c'est pour dire à la personne à quel point on tient à elle, c'est pour lui signifier nos sentiments les plus intimes. Tu... tu comprends ? » Lui-même était troublé par ses propres paroles et ne s'attendait pas, malgré l'intelligence hors normes de Kassandra, qu'elle comprenne. Toujours est-il qu’il venait de se livrer comme jamais et qu’il se sentait plus vulnérable que jamais à présent.



(c) DΛNDELION


I CHOOSE YOU  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caméléon


Caméléon

avatar

Kassandra
▻OREOS : 491
▻ARRIVE(E) LE : 03/01/2017
▻LOCALISATION : Quelque part à Blue Cove, en coloc avec Asher
▻LOISIRS : Faire du roller, manger de la glace et des frites, faire du roller, apprendre de nouvelles choses, savourer sa liberté

MessageSujet: Re: LET ME TEACH YOU   Dim 29 Avr - 17:55






Let me teach you



Kassandra & Asher




Depuis qu’elle était sortie, évadée, du Centre, Kassandra avait dû rattraper son retard en ce qui concernait les relations humaines et leur sens. Et Asher était un bon professeur. Certes, la demoiselle se plaisait à observer, depuis le premier jour, les comportements de ses congénères, mais avoir des explications avec des mots était toujours mieux, en plus du visuel. Elle n’en comprenait et n’apprenait que mieux. Elle ne comprenait pas vraiment pourquoi les gens s’encombraient de tabous et ne parlaient pas ouvertement de tout, pourquoi on ne pouvait pas parler de culottes puisque l’on pouvait parler de T-shirts, pourquoi certaines parties du corps ne pouvaient pas non plus être évoqués librement, hors contexte médical, alors que l’on pouvait parler de pieds ou d’oreilles, mais elle ne désespérait pas de réellement saisir ces subtilités un jour. Sûrement avec l’aide du meilleur coloc du monde.

Pour l’heure, la conversation nocturne s’axait plutôt sur la raison qui avait amené Kassie dans la chambre du dit colocataire : les cauchemars. Asher évoqua les siens, souvent les mêmes, mais qui avaient connu une certaine évolution. Ça avait l’air terrifiant, surtout pour lui qui, la caméléone venait de l’apprendre, avait peur de l’eau. Elle réfléchissait pour l’aider à trouver un sens à tout ça.

- L’eau, en rêve,  symbolise l'inconscient. ... Le passé peut être trop envahissant, surtout si le rêve indique une inondation ou des eaux plus ou moins troubles. Toi, tu as peur de l’eau, ton inconscient te confronte à ta plus grande peur. En général, à ce que j’ai lu, les cauchemars permettent à l’inconscient de nous signaler un problème, une situation conflictuelle qu’on refuse de voir ou de régler. J’ai même lu que ça pouvait prévenir d’un accident ou un problème de santé. Quant à ce nom, Sullivan, que tu entends dans ce rêve, est-ce qu’il t’évoque quelque chose ? Tu as déjà entendu ce nom peut-être ? En effet, peut-être que quelque chose s’est débloqué dans ton esprit. C’est difficile d’être patient pour savoir comment se débarrasser de ça… Je peux essayer de t’hypnotiser si tu veux, proposa-t-elle le plus sérieusement du monde.

En ce qui concernait Kassie, les cauchemars n’étaient jamais les mêmes et elle savait qu’ils étaient directement liés à ses craintes les plus profondes : retourner au Centre, ne pas retrouver sa famille ou alors constater qu’ils l’avaient oubliée, et plus récemment, qu’Asher soit en très mauvaise posture, que le Centre le retienne captif à son tour, ou qu’il le tue. Cette idée la faisait frissonner d’horreur. Ash était têtu, elle l’avait mis en garde plusieurs fois, mais il avait ses propres mystères à résoudre et semblait persuadé qu’en étant là-bas, il y parviendrait.

A présent blottie contre son torse, elle l’écouta lui parler de son ami, un certain Raymond, que visiblement il avait tragiquement perdu. Pauvre Asher. Ce Ray était comme un frère pour lui, c’était horrible de perdre une personne aussi proche de soi. Elle se sentit flattée de l’entendre parler d’elle juste après ce garçon qui avait tant compté pour lui. La brunette se redressa pour lui faire face. Les quelques rayons renvoyés par la lune permettait aux deux interlocuteurs de se distinguer à peu près. Asher voulait répondre à la question de Kassandra concernant les deux baisers échangés. Au vu de l’inspiration prise, ce sujet semblait délicat. La demoiselle sentait qu’elle avait sans doute encore mis les pieds dans le plat, ne se rendant pas compte qu’elle parlait parfois de thèmes que les autres humains ne voulait pas aborder. Un baiser, c’était si grave d’en discuter ? D’autant que c’était lui qui en avait pris l’initiative. Elle l’écouta donc parler des baisers, les généralités d’abord, puis précisa davantage, expliquant qu’embrasser sur la bouche était différent d’embrasser sur la joue. Ça, elle le savait. Mais elle écoutait, sagement, prenant mentalement des notes. Embrasser sur la bouche, ça permettait de montrer à l’autre qu’on tenait à lui, plus que la moyenne sans doute. On n’embrassait donc pas sur la bouche n’importe qui. Elle sentait bien que lui expliquer tout ça rendait Asher un peu différent, comme ça l’ébranlait. Elle-même sentait son coeur oppressé, parce qu’elle tenait à lui plus qu’elle ne pouvait se l’expliquer, plus que ses mots pouvaient l’exprimer. Elle voulait qu’il le sache, mais sans vraiment comprendre pourquoi, ça l’effrayait. De quoi avait-elle peur ? Elle-même était incapable de le dire. Kassie hocha la tête pour lui répondre, lui qui venait de lui demander si elle comprenait. Puis, immédiatement, elle se rapprocha, comblant le faible espace qui séparait leurs visages, et plaqua ses lèvres contre celles d’Asher. Un troisième baiser.

- Je… je voudrais te dire que tu comptes vraiment beaucoup pour moi, plus que n’importe qui. Est-ce que c’est comme ça que je dois faire alors ? Comme dans les films ?

Après tout, un peu plus tôt ils avaient vu des Disney, et même Pocahontas et John Smith s’embrassaient pour se dire qu’ils s’aimaient. A présent, le coeur de Kassandra battait à tout rompre. Elle avait cette peur irraisonnée qu’il lui dise qu’elle faisait fausse route, que ces sentiments-là n’étaient pas partagés. C’était donc ça, l’Amour ? Ça paraissait beaucoup plus simple dans « Le Roi Lion » ou dans « Pocahontas » ou encore « Aladdin ». Elle avait peur de mal s'y prendre aussi.



(c) DΛNDELION



You are where you need to be...
Just take a deep breath.
©️ Miss.Pie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur



avatar

Asher Collins
▻OREOS : 203
▻ARRIVE(E) LE : 21/08/2017
▻LOCALISATION : The Centre sûrement dans sa salle de classe ou au bar le plus proche
▻LOISIRS : Apprendre à se battre à une bande d'ado pré-pubères/ Faire des pancakes/ Regarder des disney/ Apprendre la vie, ses us et coutumes à Kassandra.

MessageSujet: Re: LET ME TEACH YOU   Dim 29 Avr - 19:31






Let me teach you



Kassandra & Asher




Puis il l'écoutait et plus il se rendait compte qu'il pourrait aisément lui prêter ton attention durant des heures. Elle avait cette ambivalence qui le fascinait de plus en plus. Autant sur des sujets anodins et accessibles au commun des mortels, elle peinait à en saisir la subtilité, autant sur des sujets complexes qui le dépassait lui, elle arborait ce qui lui semblait être une sagesse ancestrale. « - Attends ! » se sentait-il obligé de dire pour qu'elle lui laisse le temps d'assimiler les informations qu'elle venait de lui livrer. « - Donc c'est une façon de me dire que je me noie dans mon inconscient ? Désolé, je ne suis pas calé sur ce genre de sujet. Je pense que c'est plus simple que ça. Peut-être que par le passé, je suis tombé à l'eau, que j'ai failli me noyer. C'est tellement frustrant de ne pas savoir, de ne pas avoir de passé. Quant à Sullivan, je n'avais jusqu'alors jamais entendu ce nom, mais curieusement, il m'est familier. Et puis les types en costard, les berlines noires, c'est le Centre » A ce moment-là, ce fut comme si une ampoule s'était illuminée au-dessus de la tête d'Asher. « - C'était des nettoyeurs ! Ces types étaient des nettoyeurs. Kassy, je veux comprendre, je crois que je suis prêt ! On tentera l'hypnose si tu veux, bien que de toi à moi, je n'y crois pas des masses » Il est vrai que le rustre était un cartésien pur et dur et n'accordait que peu ou pas d'importance à ce type de science. D'ailleurs, il n'était pas très sciences, mais si cela pouvait l'amener à vaincre ses peurs et à comprendre ce passé auquel il n'avait pas accès pourquoi pas !

Le Centre était donc lié à lui et à son passé. Mais comment ? Asher en était presque sûr, il n’était pas natif de la région, il n’avait de ce fait aucune attache. Mais il ne pouvait nier la familiarité qui l’avait assailli au moment de visiter le Centre. Puis il y avait ce nouveau cauchemar avec ce nouveau lieu, le Dragon Manor. Il préféra, pour ne pas alourdir l’atmosphère, taire ce songe et se reconcentra sur Kassandra qui passait la douce étreinte, chargea à soutirer des informations à son colocataire. Des informations sur un sujet somme toute banal, mais ô combien pour Asher qui en saisissait toutes les subtilités. « Quand il faut y aller, il faut y aller ! » Et il se lança, d’abord hésitant, il parvint à définir les nuances entre le baiser sur la joue et le baiser sur la bouche. Il en profita au passage pour glisser des informations sur leur propre situation, pas sûr que la belle brune n’en saisisse la subtilité. Et alors qu’il achevait son monologue informatif, le génie au féminin se rapprocha de son colocataire et plaqua ses lèvres contre les siennes afin de lui faire comprendre qu’elle avait saisi la portée de ses mots. Prit de cour, Ash se retrouva bien bête alors que la demoiselle se détachait déjà redoutant la réaction de son ami « - Non enfin si ! Enfin ... je voulais dire que oui, j'ai compris. » Il lui caressa la joue tout en souriant « - C'est ça, c'est comme dans les films. Comme quand Pocahontas embrasse John Smith. Ton cœur bat à s'en rompre n'est-ce pas ? Tu te poses bon nombre de questions ? Tu te sens bizarre en ma présence ? Les sensations divergent, mais quoiqu'il arrive, l'amour nous ébranle. Les gens s'embrassent aussi sur la bouche pour se dire qu'ils s'aiment. Et je crois que c'est ce qui nous arrive, c'est comme Pocahontas et John Smith ! »



(c) DΛNDELION


I CHOOSE YOU  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caméléon


Caméléon

avatar

Kassandra
▻OREOS : 491
▻ARRIVE(E) LE : 03/01/2017
▻LOCALISATION : Quelque part à Blue Cove, en coloc avec Asher
▻LOISIRS : Faire du roller, manger de la glace et des frites, faire du roller, apprendre de nouvelles choses, savourer sa liberté

MessageSujet: Re: LET ME TEACH YOU   Dim 29 Avr - 21:06






Let me teach you



Kassandra & Asher




Aider Asher faisait partie des nouveaux buts dans la vie de Kassandra. Aussi s’efforçait-elle de mettre à sa disposition les informations qu’elle avait pu glaner sur les rêves et cauchemars, et leurs significations. Le beau blond lui demanda de ralentir, il essayait sûrement d’assimiler les informations.

- Pas vraiment, mais c’est possible. Il y a toujours plusieurs interprétations tu sais, le cerveau et le psychique sont des choses sur lesquelles ont n’a pas encore assez de recul. Tu sais qu’une personne normale n’utilise pleinement que dix pour cent de son cerveau. J’ai du mal à le croire, mais c’est possible après tout, tant qu’on n’a pas prouvé le contraire.

Asher parlait de la frustration de ne pas avoir de passé. Du moins ne pas s’en souvenir. Kassie ne put qu’acquiescer. On lui avait fait oublier tout ce qui s’était passé avant le Centre. Elle n’avait de souvenirs que depuis son arrivée dans l’établissement. Comme si tout sa vie ne se résumait qu’à cela : être un rat de laboratoire. Puis, l’ancien militaire sembla réaliser quelque chose. Les hommes qu’il avait vus en rêve étaient des nettoyeurs du Centre. Entendre parler du personnel en costume-cravate roulant en berline lui rappela son enlèvement. Le couple d’agents venus la prendre à l’école, soi-disant envoyés par ses parents. Elle s’était retrouvée dans une voiture aux vitres teintées sans la moindre possibilité de s’échapper. Repenser à ce satané jour lui donnait froid dans le dos.

- Si tu veux essayer, on le fera. Si tu me fais confiance, ça marchera, j’en suis sure. Je ferai de mon mieux pour t’aider, je te le promets.


Ses souvenirs devaient bien être quelque part, Asher avait le droit de les retrouver. En revanche, si le Centre était mêlé à cette « disparition », il y avait fort à parier, connaissant le caractère du bellâtre, qu’il ne les laisserait pas s’en tirer sans tenter quelque chose, et c’était bien ce qui inquiétait Kassie, mais elle préféra se taire plutôt que de lui donner de mauvaises idées.
Arriva ensuite l’explication tant attention à propos des baisers, mais pas n’importe lesquels, ceux déposés sur les lèvres. Pour cette troisième fois, c’était Kassandra qui était à l’initiative de cette douce étreinte buccale. Elle voulait lui montrer qu’elle avait compris sa définition, mais plus encore qu’elle avait certains sentiments pour lui. Asher ne sembla pas s’en offusquer, et ce qu’il disait semblait même aller dans son sens. Kassie afficha un petit sourire, baissant la tête avant de le regarder à nouveau.

- Oui, c’est ça. Quand je pense que je croyais faire une sorte d’allergie. Il faut pas m’en vouloir, je devenais tachycarde à chaque fois que tu m’effleurais. J’en venais à me demander si on pouvait faire une intolérance physique à quelqu’un, même si c’est quelqu’un qu’on aime. Ne va pas regarder mes recherches Google, tu vas prendre peur.

La main d’Asher s’était posée sur la joue de Kassie qui sentait son coeur s’emporter encore.

- Comme maintenant, oui, je me sens bizarre, enfin, pas comme d’habitude. Et ça j’ai le droit de le dire alors, quand j’ai une rythmique cardiaque anormale ?

Elle lui prit son autre main et la posa sur son coeur pour qu’il puisse en sentir les battements.

- C’est vrai, je me pose tout un tas de questions, principalement parce que c’est vraiment nouveau pour moi et je ne sais pas si ce qui m’arrive est normal. Et toi ? Ça te fait pareil ? Dis-moi, s’il te plaît.

Kassandra voulait tout savoir, et surtout savoir ce que son cher Asher ressentait. Si c’était agréable ou non, si ça lui faisait comme pour elle. Loin de le considérer comme un objet d’étude, elle voulait néanmoins comprendre le mécanisme.

- Dans Pocahontas et les autres Disney, ça a l’air facile de savoir qu’on aime quelqu’un, ils ont toujours une petite musique ou une chanson. Moi j’entends aucune chanson, je pouvais pas savoir… dit-elle avec un petit sourire innocent. Heureusement que tu es un maître des définitions. Alors je peux être ta Pocahontas, et toi mon John Smith ?

Elle le regarda avec un peu plus de sérieux, parce que malgré tout, la situation était nouvelle.

- J'ai plein de questions, mais j'ai peur de te saouler. Tu veux peut-être qu'on attende demain ? Est-ce que... je peux rester dormir avec toi ?


(c) DΛNDELION



You are where you need to be...
Just take a deep breath.
©️ Miss.Pie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur



avatar

Asher Collins
▻OREOS : 203
▻ARRIVE(E) LE : 21/08/2017
▻LOCALISATION : The Centre sûrement dans sa salle de classe ou au bar le plus proche
▻LOISIRS : Apprendre à se battre à une bande d'ado pré-pubères/ Faire des pancakes/ Regarder des disney/ Apprendre la vie, ses us et coutumes à Kassandra.

MessageSujet: Re: LET ME TEACH YOU   Lun 30 Avr - 1:03






Let me teach you



Kassandra & Asher




Les mauvais souvenirs dus aux rêves tout aussi mauvais, commençaient à s'estomper. L'onirisme était encore présent, mais d'une toute autre manière. Asher ne pouvait plus s'empêcher de lui sourire et malgré la luminosité plus que relative, il savait qu'elle répondait à ce sourire. La définition expédiait, le beau blond se sentit un peu plus léger et consentit enfin à retrouver un débit de paroles normal, sans interférence. « - Attends ! Je vais allumer une autre bougie ! » Il tâtonna non sans mal son lit, à la recherche de la commode, sur laquelle trônait un briquet qu'il alluma aussitôt histoire de voir où se trouvait la bougie de secours, puis il l'alluma enfin, offrant un peu plus de lumière à la chambre. « - Voilà, c'est un peu mieux ! » Il retrouva ainsi le regard de Kassandra avec cette fois, un peu plus d'aisance. Il ne put d'ailleurs s'empêcher de rire lorsque la jeune femme laissa entendre à mi- mots, que l'espace d'un instant, elle s'était imaginé être allergique à lui. « - Wow, c'est bien la première fois qu'on me la fait celle-là ! » Et le fait de l'entendre dire « quelqu'un qu'on aime » fit grandir son sourire. « - Moi je crois que je vais rester bloqué à force de sourire comme ça. Tu sais, l'amour a parfois de drôles d'effet sur nous. Quant à tes recherches google, je pense être immunisé. Donc n'aie crainte, ça ne peut être pire que moi à une époque. D'ailleurs, je me demande si je devrais parler de ça. » Il apposa à nouveau sa main chaude contre la joue de la demoiselle, profitant de la lueur gracieusement offerte par la flamme de la bougie.

« - Je suis ravi de savoir que je te rends toute chose ! Ça flatte mon ego de mâle. Je suis ironique, je précise ! Non vraiment, je trouve ça mignon. C'est ce qu'on appelle le béguin. » Et à son tour, pour lui prouver ses dires, Kassandra attrapa la main de son sauveur et la déposa près de son cœur pour qu'il perçoive chacun de ses battements ainsi intenses soient-ils. « - Je ne suis pas un spécialiste du coeur, mais effectivement ça cogne fort. C'est un sacré béguin que tu as là ! Tu as le droit de te poser tout un tas de questions, c'est même normal, encore plus si c'est nouveau pour toi. Moi, je suis un rustre, qui a longtemps cherché à s'éloigner du genre humain. Ce que je ressens pour toi, je ne l'ai jamais ressenti avant, c'est donc nouveau pour moi aussi. Et tout comme toi, mon cœur bat la chamade lorsque je te vois, lorsque tu es près de moi. Parfois, je bafouille, plus encore lorsqu'il s'agit de sujets sérieux. Tu vois, c'est le genre de sentiments que ressentent les ados par exemple, où ceux et celles qui vivent leur première histoire d'amour. Je n'en suis pas fier, mais j'ai vécu beaucoup d'histoires sans lendemain. Tu comprends l'idée ? Ce sont des histoires pas sérieuses, sans sentiments, que du sexe rien d'autre. Ce n'est pas de l'amour, juste du bon temps. » À son tour, Kassy alla de sa petite intervention en évoquant à nouveau les Disney, son sujet de prédilection. « - Tu es mignonne, tellement ! Déjà de toi à moi, je ne suis pas un grand chanteur, donc mieux vaut éviter la petite chanson. Et quand tu aimes quelqu'un, tu le sens, c'est inné tout en étant inexplicable. Et oui, je serais ton John Smith avec plaisir, pourvu que tu ne me demandes pas de chanter. »

Il continuait à sourire, à charmer, loin de se douter que dans la tête de Pocahontas ça cogitait sévère. « - Quoi ? » lança le jeune homme quelque peu intrigué par le regard que sa colocataire venait de poser sur lui. « - Alors oui, tu peux rester dormir avec moi en tout bien tout honneur et oui, tu peux me saouler avec tes questions. Vas-y demande-moi tout ce que tu veux, je tâcherais d'y répondre dans la mesure du possible et si mes capacités me le permettent.



(c) DΛNDELION


I CHOOSE YOU  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caméléon


Caméléon

avatar

Kassandra
▻OREOS : 491
▻ARRIVE(E) LE : 03/01/2017
▻LOCALISATION : Quelque part à Blue Cove, en coloc avec Asher
▻LOISIRS : Faire du roller, manger de la glace et des frites, faire du roller, apprendre de nouvelles choses, savourer sa liberté

MessageSujet: Re: LET ME TEACH YOU   Lun 30 Avr - 21:20






Let me teach you



Kassandra & Asher




Asher avait allumé une bougie et l’ambiance conférée par cette source de lumière était bien plus chaleureuse, bien plus propice à la déclaration et la découverte de cet amour naissant. Kassandra, toujours aussi innocemment honnête, avait avoué s’être inquiétée quant à sa santé avant que son coloc, devenu un peu plus que ça, ne lui fasse comprendre qu’il ne s’agissait « que » de sentiments, rien de bien anormal ni nocif. Le voir rire la fit sourire. Il était si beau, son visage, malgré la pénombre certes un peu dégrossie par la bougie, était un véritable rayon de soleil aux yeux de la brunette.

- Ne te moque pas ! Dit-elle d’une petite voix boudeuse à mi-chemin entre la fausse vexation et la honte dissimulée.

Puis, Asher sembla évoquer quelque chose de compromettant concernant ses propres recherches internet, mais d’une autre époque. Le sourire de Kassie s’agrandit.

- Trop tard, tu as commencé à en parlé, donc tu en as trop dit. Alors ?

Sentir la douce et chaude main du beau blond contre sa joue la fit fermer les yeux une poignée de secondes pour mieux savourer ce contact. Elle était si bien avec lui. Jamais encore elle n’avait connu ce réconfort de se savoir comprise et en sécurité dans les bras de quelqu’un, cette impression que juste cette personne suffisait à son bonheur. Et pourtant, Asher représentait cela désormais pour elle. C’était perturbant, déroutant. La caméléone montra à son « John Smith » combien son coeur battait fort, juste parce qu’il était devant elle, si proche.

- Ça cogne fort peut-être aussi parce que j’ai peur de te dire tout ça. Pourquoi j’ai peur alors que je dis toujours la vérité ? Je crois que c’est parce que j’ai l’impression d’être une idiote. C’est paradoxale pour quelqu’un comme moi, je sais, mais tu vois, c’est vraiment quelque chose que je ne connais pas, les sentiments, ça ne peut pas se tester ni s’apprendre.

Elle l’écouta ensuite lui donner sa vision des choses et quelque part, savoir qu’il n’avait pas non plus l’habitude de ce genre de sentiments la rassurait : elle n’était pas toute seule à découvrir quelque chose. D’un certain côté, elle était fascinée, mais de l’autre, elle était effrayée.

- Oui, je comprends. Ça semble très répandu comme pratique, les histoires d’un soir. J’en vois plein au dispensaire qui viennent se faire dépister pour tout un tas de MST qu’ils ont peur d’avoir contracté après ce genre d’aventure. Pourquoi les gens prennent autant de risques, alors qu’il existe des moyens de se préserver ?

Kassie se posait encore tout un tas de questions, et Asher essayait, probablement de son mieux, de l’aider à trouver les réponses. Comme par exemple comment savoir que l’on aime quelqu’un, puisque dans la vraie vie, contrairement aux films et aux dessins animés, il n’y a pas de musique ou de chanson.

- Mais moi, je ne le savais pas avant que tu m’expliques. Tu dois en avoir marre de toujours devoir m’expliquer ce qui te semble si simple. Je suis désolée, j’ai vraiment l’impression d’être un boulet accroché à ta cheville, dit-elle ne baissant la tête.

Elle ne put s’empêcher de sourire en l’entendant se dénigrer niveau chanson. Pour l’avoir entendu une fois ou deux chanter sous la douche, il était vrai qu’il y avait quelques progrès à faire.

- Je peux t’apprendre si tu veux, je crois savoir comment faire pour faire travailler les cordes vocales.

Mais ce qui l’intéressait le plus était d’apprendre qu’il était d’accord pour qu’elle continue de l’inonder de questions, histoire de mieux comprendre et intégrer ce que c’était que d’être une personne normale et amoureuse. Et puis elle avait le droit de passer la nuit avec lui, et ça, c’était vraiment quelque chose de super. Tout sourire et enjouée comme si elle avait devant elle un sorbet à la framboise, elle le serra à nouveau dans ses bras.

- Oh merci, qu’est-ce que tu es gentil ! J’ai vraiment beaucoup de chance.

La jeune femme se redressa, se séparant à regret de cette étreinte.

- OK euh… maintenant je ne sais plus par où commencer. C’est stupide hein ? Euh… déjà, maintenant j’ai vraiment envie de t’embrasser tout le temps. C’est normal ça ? C’est si addictif chez tout le monde ? Et puis, je sais pas si c’est normal aussi, quand tes lèvres touchent les miennes, ça me fait des sensations étranges, c’est bizarre, je sais pas trop comment l’expliquer. Ça te fait quoi, à toi ?

Si elle avait pu, elle aurait pris un carnet pour prendre des notes, mais heureusement, elle avait cette faculté de retenir tout ce qu’on lui disait.

(c) DΛNDELION



You are where you need to be...
Just take a deep breath.
©️ Miss.Pie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur



avatar

Asher Collins
▻OREOS : 203
▻ARRIVE(E) LE : 21/08/2017
▻LOCALISATION : The Centre sûrement dans sa salle de classe ou au bar le plus proche
▻LOISIRS : Apprendre à se battre à une bande d'ado pré-pubères/ Faire des pancakes/ Regarder des disney/ Apprendre la vie, ses us et coutumes à Kassandra.

MessageSujet: Re: LET ME TEACH YOU   Lun 30 Avr - 22:30






Let me teach you



Kassandra & Asher




« - Je ne me moque pas ! » lança-t-il amusé par l'attitude infantile de Kassandra. Plus le temps passé et plus il s'instaurait un quelque chose d'indéfinissable et de tellement évident entre eux deux. Asher, qui craignait qu'une telle alternative ne se produise, avait de toute évidence changé son fusil d'épaule. La peur était encore là, mais était inhérente à l'inconnu et non à l'attachement symbolisé par cette nouvelle relation. « - Tu ne vas pas bouder quand même ?! Kassy ? Tu me fais marcher là hein ? Tu sais parfois, on peut se moquer gentiment aussi. »  Il tenta une grossière imitation de la mine boudeuse de la demoiselle, mais sembla moins convainquant qu'il ne l'aurait pas crû. « - Bon ok, je suis un piètre imitateur. Mea culpa ! » Il lui sourit de plus belle avant d'aborder un sujet un peu plus sérieux. Un sujet en chassant un autre, les recherches internet de chacun furent évoquées et notre ancien soldat, ne put s'empêcher de parler des siennes oubliant l'espace d'un instant qu'il avait face à lui, une demoiselle qui découvrait la vie réelle et informatique d'autres parts. Voulant la préserver, il tenta une prémisse d'explication à laquelle lui-même ne croyait pas de toute évidence. « - Kassy, il y a des sujets qui sont encore trop compliqués à évoquer, c'est trop tôt ! Et mes recherches google le sont. » Mais de toute évidence, la curiosité de la jeune femme prenait le pas sur la raison au grand dam du beau blond qui semblait gêné à présent pour preuve, il se massait la nuque. « - Et bien les hommes en général, quand ils sont seuls, vont regarder des vidéos pour adulte histoire de passer le temps. Des sites de cul quoi ! Enfin de sexe, porno plus exactement ! Mais je me suis calmé, je t'assure. C'est... c'est très gênant là parce que ce ne sont pas des vidéos romantiques. C'est sale, honteux, ce n'est pas tip top. Et j'imagine que tu te demandes, hormis passer le temps ce qu'on y fait. Punaise, je n'en reviens pas d'avoir ce genre de conversation. »  Il rougissait à vue d'œil, le pauvre, ce n'était pas faute d'essayer.

«  - C'est comme les coups d'un soir, tu vois ? C'est des trucs à ne pas faire, mais on les fait. Pour parler avec des termes scientifiques, puisque tu sembles mieux appréhender la chose sous cet angle. Nous les hommes, on a besoin de se stimuler, de...tu vois, pratiquer une stimulation de notre organe reproducteur pour le plaisir. Et effectivement, généralement, on regarde des vidéos pornos. J'imagine que c'est plus compliqué à comprendre quand tu n'as pas fait face à des ados en rut. Mais il ne faut pas prendre ces vidéos comme exemple, ou illustration. L'amour ce n'est pas ça. Bien sûr, le plaisir est là, mais il est décuplé parce que nous sommes avec la personne que l'on aime, parce que ce n'est pas juste pour baise.... pour se faire plaisir, ça va au-delà. C'est l'union de deux corps pour n'en faire qu'un. C'est de la confiance, c'est ... Je suis à cours d'arguments, tu l'auras remarqué. » Il se permit même de pousser un petit soupire de contentement à la fin de son monologue. Pour dire vrai, il craignait que ces aveux ne rebutent la demoiselle, le faisant ainsi passer pour un pervers. D'ordinaire, le jugement d'autrui lui importait peu, il est vrai, mais cette fois, il ne s'agissait pas de n'importe quelle personne, il s’agissait de Kassandra.

« - Hey si boulet, tu es, c'est un boulet adorable et sexy que j'accepte avec joie de me traîner à la cheville. Kassy, tu as le droit de me poser des questions, qui certes paraissent débiles pour le commun des mortels, mais qui ne le sont pas pour moi. Bon pour ce qui est du chant, je préfère préserver les oreilles du peuple, il n'est pas encore prêt à entendre ça, mais merci de la proposition. Donc revenons à ton interrogatoire. Qu'est-ce que tu veux savoir ? » Il redoutait un peu les questions, il est vrai, Kassandra l'ingénue semblait tellement imprévisible et sans filtre, que nous n'étions pas à l'abri d'une voir de plusieurs questions délicates à traiter, mais avant toute chose, le beau blond se voyait gratifier d'un câlin, bienvenu de surcroît. Puis elle se sépara de lui, arbora une nouvelle position et activa ses neurones avant d'enfin poser la première question, qui rassura Ash de par son contenu. Il ne put d'ailleurs résister plus longtemps à l'envie de se rapprocher à nouveau pour embrasser la demoiselle, toujours avec douceur et précaution pour ne pas la brusquer. Puis il reprit sa place initiale toujours le sourire aux lèvres. « - C'est addictif quand s'est bien fait. Là encore, c'est ce qui s'appelle un doux et tendre baiser, le genre princesse Disney. » Puis il s'approcha à nouveau et mit un peu plus de passion dans cette étreinte buccale avant de se séparer à nouveau laissant paraître un sourire un peu plus coquin que le précédent. « - Là, si je m'en suis bien sortit, je pense que tu as ressenti comme des petits papillons dans le bas-ventre, je me trompe ? C'est le désir. Je vais recommencer ok ? Essaie de faire comment moi. N'aie pas peur, ça va être bizarre au début, mais ça ira après. » Il s'approcha avec un peu plus de précaution, déposa sa main à l'arrière de son crâne et plaqua ses lèvres tout contre les siennes. Il profita qu'elle entrouvre la bouche pour y glisser sa langue à l'intérieur, incertain de son audace, il espérait toutefois qu'elle comprenne la manœuvre à suivre.


(c) DΛNDELION


I CHOOSE YOU  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caméléon


Caméléon

avatar

Kassandra
▻OREOS : 491
▻ARRIVE(E) LE : 03/01/2017
▻LOCALISATION : Quelque part à Blue Cove, en coloc avec Asher
▻LOISIRS : Faire du roller, manger de la glace et des frites, faire du roller, apprendre de nouvelles choses, savourer sa liberté

MessageSujet: Re: LET ME TEACH YOU   Mar 1 Mai - 1:58






Let me teach you



Kassandra & Asher




Asher prétendait ne pas se moquer, néanmoins son air amusé ne trompait pas, et Kassandra faisait semblant d’être vexée pour voir sa réaction. Mais impossible de retenir un éclat de rire en voyant sa piètre imitation d’elle-même en train de bouder, ou du moins de faire semblant.

- Eh ! Lança-t-elle en riant. Je suis quasiment certaine à quatre-vingt dix-huit pour-cent que j’ai jamais eu cette tête !

Puis, chacun leur tour, ils reprirent un peu plus de sérieux puisque Kassie cherchait à comprendre des tas de choses. A commencer par taquiner Ash’ sur la balle qu’il s’était lui-même tiré dans le pied en évoquant certaines anciennes recherches internet. Il avait d’abord essayé d’éviter le sujet, mais la demoiselle avait insisté, arguant qu’il en n’avait qu’à pas évoquer le sujet s’il ne voulait pas en parler. Elle le regardait et l’écoutait avec la plus grande attention, se demandant bien ce qui pouvait justifier une si soudaine gêne. Asher n’était clairement pas le genre d’homme à s’embarrasser de ce qu’autrui pouvait penser de ses faits et gestes, mais visiblement avouer à Kassie la teneur de cette histoire de recherches internet semblait différer de cette autre réalité le concernant. Un peu dépassée, la brunette le regarda, l’air interrogatif, la tête légèrement penchée sur le côté.

- Mais alors, pourquoi le faire si c’est si honteux ?

Asher avait vraiment l’air gêné comme jamais et reprit son explication. Le pauvre, il avait l’air de ramer sévère, et Kassandra était à la fois amusée de le voir ainsi, et en même temps elle était désolée d’être responsable de cet état. Et puis il était devenu si mignon lorsqu’il se mit à parler d’amour. La brunette se retrouva avec un sourire attendri aux lèvres.

- OK, je comprends. Je suis désolée de t’avoir mis mal à l’aise, je ne voulais pas que tu te sentes mal. Excuse-moi. Je devrais vraiment apprendre à la fermer. Dis, tu ne m’en veux pas, hein ? Et puis, c’est beau de t’entendre parler d’amour. Pour quelqu’un qui se prétend un rustre associable, je trouve que tu as l’air de plutôt bien maîtriser le sujet.

Il avait le don de la rassurer, il acceptait de répondre à ses interrogations qui sûrement n’en étaient plus pour lui depuis bien longtemps, mais qui demeuraient un mystère pour la demoiselle. Elle ne put s’empêcher de glousser à sa remarque.

- Adorable et sexy ? Dis, tu as vu un ophtalmo récemment ? Tu me laisseras jeter un œil à tes pupilles, d’accord ?

Kassandra put alors commencer à développer les questionnements intérieurs qui la taraudaient. Notamment cette nouvelle addiction qu’elle avait pour les lèvres d’Asher qui, apposées contre les siennes, lui donnaient d’agréables sensations. Aussitôt, l’ancien militaire se rapprocha pour étayer une démonstration, commençant par un doux et délicat baiser qui laissa un sourire tout aussi doux sur les lèvres de la demoiselle. Le genre de baiser façon « princesse Disney », d’après d’expert. Sans qu’elle ne s’y attende, un nouveau baiser suivit le premier, un peu plus intense, laissant la brunette sans voix. Asher savait, il décrivait parfaitement ce qu’elle avait pu ressentir. Etait-ce une sorte de magie ? Kassie se contenta de hocher la tête avec un petit sourire, curieuse d’en savoir davantage. Ash’ se rapprocha encore, et rien que se sentir sa main à l’arrière de sa tête lui donna un frisson qui lui parcourut tout le dos. Mais ce n’était rien à côté du baiser qu’il lui donna. Il lui avait dit de faire comme lui, alors c’est ce qu’elle fit. Leurs langues se mêlèrent, se caressèrent, créant un balais qui leur était propre. La petite brune pouvait sentir la chair de poule l’envahir, son coeur s’emballer et une certaine chaleur l’étreindre. C’était incomparable. C’était si nouveau comme sensation, mais tellement agréable aussi. Ils finirent par se détacher, le coeur de Kassandra battait à tout rompre, elle regardait Asher avec des yeux pétillants.

- Waow, qu’est-ce qu’il vient de se passer ? C’est… C’était encore plus… waow, j’ai super chaud, pas toi ?

(c) DΛNDELION



You are where you need to be...
Just take a deep breath.
©️ Miss.Pie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur



avatar

Asher Collins
▻OREOS : 203
▻ARRIVE(E) LE : 21/08/2017
▻LOCALISATION : The Centre sûrement dans sa salle de classe ou au bar le plus proche
▻LOISIRS : Apprendre à se battre à une bande d'ado pré-pubères/ Faire des pancakes/ Regarder des disney/ Apprendre la vie, ses us et coutumes à Kassandra.

MessageSujet: Re: LET ME TEACH YOU   Mar 1 Mai - 18:30






Let me teach you



Kassandra & Asher




« Je ne suis pas le genre de type qui s'étale dans la parole. Ce n'est pas que j'en sois incapable, c'est juste que je n'en éprouve pas le besoin. Correction, je n'en éprouvais pas le besoin. Ah les habitudes, quand elles sont si profondément ancrées, on peine à utiliser la bonne conjugaison. » Effectivement, d'ordinaire Ash n'était pas un adepte de la logorrhée verbale, mais avec Kassandra, il s'y risquait quitte à dire pas mal de conneries. Un constat qui ne l'ébranlait plus, tant il était prêt à faire des efforts. Oui Asher Collins enclin à l'effort pour les beaux yeux d'une belle étrangère venue à lui par un heureux hasard. Mais était-ce vraiment le hasard ? N'étaient-ils pas destinés à se rencontrer ? De toute évidence si et tout comme Jarod avec Miss Parker, le Centre était l'entremetteur de cette rencontre, sauf que cette fois, personne ne contrôlait les faits et gestes des deux interlocuteurs qui n'avaient de cesse de se rapprocher à mesure du temps passé ensemble. « J'ai tendance à vite me lasser des gens en parfait asocial que je suis. La présence d'autrui, après quelques minutes, m'emmerde. On se balance des banalités pour entretenir un semblant de discussion, c'est encore pire. Mais avec Kassandra, les banalités deviennent exaltantes et l'ennui a cédé sa place à l'excitation et à l'entrain inhérent à la découverte. Je la découvre autant que je me découvre une facette dont j'ignorais jusqu'alors l'existence. Et force est d'admettre que ce n'est pas désagréable de ne plus se cacher derrière des excuses à deux balles... Non, c'est pire, me voilà devenu romantique. »

Expliquer du porno à quelqu'un qui n'a aucune notion dans le domaine, mais plus généralement dans les interactions humaines, s'avérait plus compliqué qu'Asher ne l'aurait cru. Mais il fallait le faire, il ne pouvait jouer les pudiques maintenant qu'il avait lancé le sujet. Il tenta donc une explication qui le mena par la force des choses à parler d'amour, un domaine le menant loin de sa zone de confort, mais qui l'amena cependant à ouvrir son cœur et à offrir à la belle brune sa vision de l'amour. Une tirade à laquelle se joignit la gêne de la pudeur cette fois « - Non, je ne me sens pas mal, il m'en faut plus pour ça, c'est juste que se sont des sujets disons « polémiques » tu saisis la nuance ? Quand je dis polémique, je parle bien sûr du porno. L'amour est aussi un sujet complexe à évoquer, mais pour d'autres raisons. Ça nous oblige à être honnête, à ouvrir notre cœur et quelque part à se montrer vulnérable. Tu comprends ? » De toute évidence, elle avait saisi et se targua même de mettre en exergue la beauté des mots de son interlocuteur lorsque ce dernier parlait d'amour. « - C'est de l'instinct, enfin, je crois. C'est effectivement difficile de se positionner sur un sujet que l'on ne maîtrise pas. »

Les sentiments ne se contrôlent pas lorsqu'ils sont vrais, lorsqu'ils nous poussent à sortir de notre zone de confort. C'est plus facile de faire semblant, que d'assumer, mais pouvons-nous vivre ainsi toute notre vie ? C'est fatiguant de fuir le monde et les autres, fatiguant d'être seul et de se convaincre que c'est mieux ainsi. L'on ne sait jamais ce dont demain sera fait, alors pourquoi ne pas vivre au jour le jour, sans se poser de question ? Pourquoi ne pas profiter tant qu'on le peut encore ? Le regard d'Asher trouva à nouveau celui de Kassandra. Les sentiments avaient laissé leur place à la découverte et c'est plus audacieux que jamais, que l'ancien militaire donna plus de force à la nouvelle addiction de Kassandra en couvrant ses lèvres des siennes. La première étreinte, synonyme de découvert, se fit douce et légère, la seconde initia la passion à l'équation et la suivante les mena jusqu'à des limites qu'il était encore trop tôt de franchir. Kassandra apprenait vite, trop à la grande surprise de son colocataire. C'est à présent elle qui menait le jeu et qui donna une impulsion encore plus langoureuse à ce baiser à la Française. Le bas-ventre d'Ash implosa, une vague de chaleur assaillit ensuite tout son corps qu'il colla un peu plus à celui de Kassandra. Par chance, manquant d'air, ils finirent par se séparer. Asher reprit son souffle, jamais encore, il n'avait senti la passion l'étreindre aussi rapidement. C'est donc le souffle court et le cœur aux abois qu'il entreprit de répondre à la caméléone. « - C'est le désir ça ! Il vaut mieux en rester là. Je crois que je vais aller me mettre des glaçons dans le ... » Il se rendit ainsi compte de ce qu'il s'apprêtait à dire et de la confusion qui continuait à titiller son esprit. « - C'est trop tôt ! Et puis je ne veux pas que tu te sentes obligé de quoique ce soit. Je ne veux pas non plus avoir l'impression de profiter de toi. Je suis prêt à attendre si tu veux, que tu sois prête, que tu es lu tous les manuels que tu veux. On avancera à ton rythme. Ca te va ? »


(c) DΛNDELION


I CHOOSE YOU  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caméléon


Caméléon

avatar

Kassandra
▻OREOS : 491
▻ARRIVE(E) LE : 03/01/2017
▻LOCALISATION : Quelque part à Blue Cove, en coloc avec Asher
▻LOISIRS : Faire du roller, manger de la glace et des frites, faire du roller, apprendre de nouvelles choses, savourer sa liberté

MessageSujet: Re: LET ME TEACH YOU   Mar 1 Mai - 21:28






Let me teach you



Kassandra & Asher




Kassandra était avide de connaissance et ce depuis son plus jeune âge. Elle adorait apprendre et apprenait vite. Et malgré désormais ses connaissances au nombre incroyable, elle trouvait encore des choses sur lesquelles elle était novice. Notamment ce qui touchait à la « normalité » d’un quotidien lambda. Et ça lui plaisait. Ce qui lui déplaisait, c’était surtout d’avoir autant de cases à combler. Elle ne savait même pas combien il y en avait, mais visiblement la route était longue avant d’atteindre le statut tant convoité par la caméléone de « personne normale ». Néanmoins, Asher avait le don de la rassurer. Certes, elle était loin de tout savoir et tout comprendre des relations humaines, mais il était là, prêt à l’aider. Et puis ne venait-il pas de lui faire comprendre que les sentiments qu’elle avait à son égard étaient réciproque ? Si ça l’avait effrayée au début, maintenant elle se sentait beaucoup mieux, notamment du fait que celui qui faisait battre son coeur (si fort d’ailleurs) semblait lui aussi peu coutumier des sentiments amoureux. La brunette culpabilisait un peu de l’avoir fait parler de certaines recherches « porno » qu’il avait pu faire par le passé tant la gêne se lisait dans son attitude et sa voix. Elle posa sa main sur la sienne et lui sourit, essayant à son tour de le rassurer.

- Mais oui, je comprends, ne t’en fais pas. J’ai cru comprendre que beaucoup de gens faisaient ça, j’ai entendu des discussions quelques fois. J’essaie juste de comprendre le pourquoi du comment, mais j’ai pas envie de te faire parler de sujets que tu ne veux pas aborder avec moi. C’est OK. Mais… je dois dire que j’adore t’entendre parler d’amour, tu es vraiment trop mignon. C’est comme ça qu’on dit ?

Elle avait entendu des adolescentes dire ça en parlant de garçons, et s’était dit que c’était peut-être le moment opportun pour recaser l’expression. Mais la séance d’apprentissage n’était pas finie puisque Kassie eu le loisir d’expérimenter son véritable premier baiser. Une première fois qui la laissa sans voix ou presque. Une chose était sure, ça lui avait donné un coup de chaud.

- C’est le désir, tu dis ? Mais c’est complètement fou ! Lança-t-elle joyeusement. Et ça fait comme ça à chaque fois ?

Elle l’entendit parler de glaçon et haussa les sourcils.

- Des glaçons, carrément ? t’as si chaud que ça ? … Aaaah OK j’ai compris ! Ajouta-t-elle en riant. Excuse-moi, je vais apprendre le second degré, ne t’en fais pas.

Kassandra était touchée et même émue de voir tant de sollicitude de la part d’Asher. Elle lui sourit avec tendresse, posant une main sur sa joue.

- Eh, j’ai l’impression que tu te mets beaucoup de pression là. Il ne faut pas. Regarde, est-ce que j’ai l’air d’être stressée ?

Elle s’approcha pour déposer un petit bisou au coin de ses lèvres.

- C’est comme tu veux, mais je pense que je préfère apprendre tout ça avec toi plutôt que dans des livres. Je pense savoir en théorie. Tu crois que j’aurais autant apprécié mon premier baiser si j’avais lu le mode d’emploi ? D’ailleurs, est-ce que ça existe vraiment ?

Doutant que la réponse soit positive, elle secoua la tête, souriant toujours. Ayant eu l’autorisation de rester pour la nuit, elle se glissant sous la couverture, grimaçant un peu en bougeant sa jambe blessée, puis elle s’allongea sur le côté pour le regarder. Jamais on n’avait été aussi prévenant avec elle, à se demander si elle était prête ou non.

- Est-ce que je peux venir contre toi et prendre ta main ? Ça fait aussi partie du truc de toujours avoir envie d’être tout près de toi ? De te toucher, de sentir ton odeur ? Ou c’est juste moi qui suis bizarre ?

Après tout, il l’avait autorisée à poser toutes les questions qu’elle voulait, et elle avait maintenant moins d’appréhension à le faire, quitte à passer pour une nunuche, mais au moins elle aurait ses réponses. S’il était bien une chose qu’elle n’aimait pas, c’était rester dans l’ignorance. La pluie continuait de tomber, le vent soufflait et malgré la fenêtre fermée, la bougie voyait sa flamme danser, conférant à la pièce des jeux d'ombres et lumières originales, chaleureuses et rassurantes.


(c) DΛNDELION



You are where you need to be...
Just take a deep breath.
©️ Miss.Pie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur



avatar

Asher Collins
▻OREOS : 203
▻ARRIVE(E) LE : 21/08/2017
▻LOCALISATION : The Centre sûrement dans sa salle de classe ou au bar le plus proche
▻LOISIRS : Apprendre à se battre à une bande d'ado pré-pubères/ Faire des pancakes/ Regarder des disney/ Apprendre la vie, ses us et coutumes à Kassandra.

MessageSujet: Re: LET ME TEACH YOU   Mar 1 Mai - 23:12






Let me teach you



Kassandra & Asher




Ce n'était qu'un baiser, rien de plus à priori. Mais pour eux, cela représentait bien plus que cela. C'était maintenant leur façon de faire savoir sans un mot, qu'ils tenaient l'un à l'autre, bien au-delà du lien amical. Le cœur qui déraille, la respiration incertaine, cette peur irrationnelle qui entravait son cœur, les signes ne trompaient pas, la brunette avait percé sa carapace et il se fichait d'être vulnérable à présent. Après tout à quoi bon se préserver de la sorte face à un être tel que Kassandra ? « - Tu sais que c'est la conversation la plus étrange que je n'ai jamais eu ! Mais c'est agréable de parler désir avec la personne qui vous en procure. » Il se mordille la lèvre inférieure conscient de l'aveu qu'il venait de faire, mais pas gêné cette fois. « - Le désir procure bons nombres de sensations dans ton corps, cela passe aussi par la chaleur, c'est en parti due à l'excitation en fait. » Il lui sourit à nouveau en plaçant sa tête sur le côté pour mieux l'observer. Il remarqua alors, grâce à la lueur conférait par la flamme vacillante de la bougie, la petite cicatrice qui barrait la lèvre supérieure de la demoiselle. Il se permit d'ailleurs une approche et déposa avec douceur son pouce contre sa lèvre. « - J'adore t'entendre rire, encore plus lorsque je dis des conneries. Effectivement, le coup des glaçons était à prendre au second degré. Tu vois, le désir chez les hommes se manifeste aussi par le bas. Je crois que c'est une histoire d'afflux sanguin qui fait grandir le... » Du regard, il désigna le bas de son corps avant de la regarder à nouveau. Le contact de sa paume contre la joue du rustre qu'il n'était plus, lui fit un bien fou, tellement qu'il ferma les yeux pour mieux apprécier la douceur de cette caresse qui lui était dédiée.

« - Kassy, ce n'est pas de la pression, enfin si peut-être. Je veux juste que tu sois bien. » Elle en profita pour combler la distance qui les séparait à nouveau l'un de l'autre et couvrit la commissure de ses lèvres d'une chaste caresse buccale. « - Il n'y a aucun mode d'emploi pour ça à ma connaissance. L'amour est tellement irrationnel que cela n'aurait aucun sens. Je t'apprendrais tout ce que tu veux, mais avant toute chose, laisse-moi te dire, qu'il ne faudra poser aucune question le moment venu. Tu es mignonne, mais parfois ma belle, il faut juste se taire. Tu comprends ? Je saurais attendre. Il faut le temps qu'il faut pour se donner à la bonne personne. Et n'oublie pas, si jamais tu cherches des trucs à lire, ne pose pas trop de questions. C'est un peu comme le sujet des petites culottes, on évite d'en parler à un inconnu, car cela relève du domaine de l'intime. » La demoiselle acquiesça et attrapa le bout de la couverture pour venir s'y emmitoufler et fit face à son protecteur « - Quoi ? » demandait-il avec douceur en appuyant son visage sur son poing. Kassandra, qui prenait sur elle pour ne pas laisser sa blessure entraver ce doux moment, demanda ainsi à Ash si elle pouvait se rapprocher de lui et lier sa main à la sienne ce à quoi il répondit en ouvrant les bras pour qu'elle puisse venir s'y réfugier. « - Je suis incapable de te répondre, mais comme je ressens à peu près la même chose, j'imagine que oui, c'est normal. » Il lui caressa le haut de l'épaule en dessinant des cercles invisibles. « - Tu n'es pas bizarre Kassandra, originale certes, mais pas bizarre. Je me sens bien avec toi et j'ai l'impression que ça ira mieux. Je pourrais tout quitter et rester là avec toi. Je cours après mon passé sans savoir où cela me mènera. Et si la vérité était pire ? C'est peut-être égoïste, mais j'ai envie d'être heureux et ça, c'est grâce à toi. Qu'en dis-tu ? Tu crois que je devrais tirer un trait sur tout ça ? »



(c) DΛNDELION


I CHOOSE YOU  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caméléon


Caméléon

avatar

Kassandra
▻OREOS : 491
▻ARRIVE(E) LE : 03/01/2017
▻LOCALISATION : Quelque part à Blue Cove, en coloc avec Asher
▻LOISIRS : Faire du roller, manger de la glace et des frites, faire du roller, apprendre de nouvelles choses, savourer sa liberté

MessageSujet: Re: LET ME TEACH YOU   Mer 2 Mai - 10:26






Let me teach you



Kassandra & Asher




La vie ne lui avait jamais paru si douce et si belle. Tout semblait positif désormais. Il faisait nuit et la pluie faisait rage au dehors, mais Kassandra avait l’impression d’entendre gazouiller les oiseaux, le soleil brillait dans son coeur et le sourire ne quittait plus ses lèvres. Jamais elle n’avait eu une telle confiance en quelqu’un, jamais elle ne s’était sentie si rassurée en la présence d’un autre être. Asher était tout simplement « sa personne ». Elle le sentait, elle le savait, elle pouvait lui confier sa vie en toute légèreté, jamais il ne lui ferait de mal. Qu’il était doux de pouvoir porter une totale confiance en quelqu’un, ne pas avoir à se méfier, à mentir ou faire preuve de prudence. Et puis Ash ne rechignait pas à répondre à toutes ses questions, même si ça devait lui paraître étrange, comme il venait de le dire.

- Comment ils font, les gens normaux pour apprendre tout ça si personne n’en parle jamais ? Toi, comment tu as appris ces notions, comment tu as su que c’était le désir, la première fois que tu as ressenti ça ?

Un petit sourire se dessina sur les lèvres de Kassie aux dires de son bel amoureux qui se mordillait la lèvre.

- Ah oui, moi aussi je te fais cet effet alors ? C’est plutôt positif la réciprocité, pas vrai ? Et puis, c’est quand même fascinant ce qu’on ressent, cette chaleur qui arrive en une fraction de seconde, et c’est agréable en fait.

Elle était déjà en train de se demander s’il y avait des études de faites là-dessus avec des données précises de températures, des ECG comparatifs, quand Asher posa son pouce sur sa lèvre. Elle lui sourit, se demandant si c’était à cause de sa petite cicatrice qu’il faisait ça, ou juste parce qu’elle parlait trop. Elle venait de rire en comprenant que ce qu’il avait dire n’était pas à prendre au pied de la lettre, et apparemment ça lui avait plu de susciter autant d’amusement chez elle.

- J’aime bien ton humour, en fait. Et oui, en fait chez les hommes c’est l’afflux sanguin et l’augmentation de pression dû à un bloquage du retour veineux qui cause l’érection, mais je savais pas que c’était dû au désir et tout ça. Je t’ai perdu là ou ça va ?

Elle lui sourit, se rappelant que quand elle partait dans des explications un peu trop scientifiques, il décrochait. Elle ne put s’empêcher de poser avec tendresse une main sur sa joue. Cette proximité la rassurait et lui plaisait, et elle espérait qu’il en était de même pour lui.

- Je suis bien quand tu es là, tu ne dois pas t’inquiéter comme ça. Tu sais, je te dirai toujours si ça va pas. Tu es la personne en qui j’ai confiance, il n’y a qu’en toi que j’ai confiance.

Il lui fit ensuite comprendre que le jour où ils expérimenteraient ensemble l’amour physique, il lui faudrait apprendre à se taire. Kassie se mordilla la lèvre inférieur, l’air un peu gêné.

- Je parle vraiment trop, pas vrai ? OK, je comprends. J’éviterai de te poser des questions pendant, j’imagine que c’est pas très romantique, et puis j’évite aussi d’en poser à d’autres personnes. Dis, est-ce que tu te rends compte que vous vous mettez beaucoup de barrières pour pas grand-chose, dans ce monde ?

Une fois emmitouflée sous la couverture qui procurait une chaleur rassurante, Asher eut la gentillesse de l’inviter à venir dans ses bras, et c’est tout sourire que la demoiselle vint s’y installer, posant délicatement son bras droit sur le torse musclé du bellâtre. Elle sourit en sentant ses doigts sur son épaule qui faisaient des dessins imaginaires. Elle se sentait si bien en cet instant. Ash’ la rassurait, lui disant qu’elle n’était pas bizarre.

- Merci. J’ai toujours l’impression d’être si différente. Je voudrais tant être comme tout le monde et ne pas me poser quinze milles questions sur des choses qui paraissent évidentes à tous.

Asher alors prononça des paroles si touchantes que la demoiselle se retrouva émue aux larmes. Elle resserra son étreinte autour de son torse.

- Tu mérites d’être heureux, Asher, si quelqu’un le mérite, c’est bien toi. Ce n’est pas juste qu’on t’ait ôté ton passé. Si tu veux continuer à le chercher, je ferai de mon mieux pour t’aider. Et si tu veux arrêter, je serai là aussi.

Kassandra poussa un petit soupir, signe qu’elle réfléchissait sans vraiment avoir de réponse.

- J’aime pas beaucoup dire que je ne sais pas, parce que d’habitude quand je trouve pas la réponse, ça barde, mais honnêtement, je ne sais pas quoi te répondre. C’est une inconnue complexe que ton équation. Si tu trouves la vérité qui te concerne, ça pourrait te faire plaisir comme ça pourrait te faire souffrir. J’ai le même questionnement tu sais. Je voudrais retrouver mes parents, et ma sœur, mais j’ai oublié jusqu’à leurs noms. Est-ce qu’ils m’ont oubliée ? Est-ce qu’ils sont finalement satisfaits que j’ai disparu ? J’ai peur de ces réponses, mais j’ai vraiment envie de les avoir. J’ai conscience que ça pourrait me blesser profondément, parce que je me suis raccrochée à ça tout ce temps pour me donner une bonne raison de quitter le Centre.

En prononçant le nom de l’organisation, un frisson la parcourut.

- Mais aujourd’hui je sais que même si je suis déçue si je trouve la réponse, je t’aurai toi. Toi, tu ne peux pas me décevoir ni me faire de mal, je le sais parce que j’ai confiance en toi. Tout ce que je veux dire, c’est que d’une part, ce n’est pas égoïste de ta part de vouloir être heureux, c’est le souhait de n’importe quel humain. Et d’autre part, la décision t’appartient, mais quoi que tu décides, je serai là pour toi.


(c) DΛNDELION



You are where you need to be...
Just take a deep breath.
©️ Miss.Pie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur



avatar

Asher Collins
▻OREOS : 203
▻ARRIVE(E) LE : 21/08/2017
▻LOCALISATION : The Centre sûrement dans sa salle de classe ou au bar le plus proche
▻LOISIRS : Apprendre à se battre à une bande d'ado pré-pubères/ Faire des pancakes/ Regarder des disney/ Apprendre la vie, ses us et coutumes à Kassandra.

MessageSujet: Re: LET ME TEACH YOU   Jeu 3 Mai - 21:30






Let me teach you



Kassandra & Asher




Son cœur avait opté à nouveau pour une cadence plus appropriée, il se sentait bien en tout point et tellement en confiance, qu'en plus d'ouvrir son cœur, il avait entrepris de parler de ses cauchemars. Peut-être, avec toutes ses connaissances, serait-elle en mesure de l'aider à comprendre, si une compréhension demeurait possible. Et peut-être qu'avec le temps et la présence de la demoiselle à ses côtés, ses cauchemars cessaient peu à peu de venir ternir ses nuits. « - Ca fait tellement longtemps que je n'ai pas dormi une nuit complète que j'en arrive à me demander si c'est arrivé un jour » avoua-t-il tout en observant la flamme de la bougie vacillait. Dehors, le vent continuait à gagner en intensité, tout comme la pluie qui s'abattait encore avec virulence contre les carreaux. Nos deux amoureux étaient quant à eux collés l'un à l'autre, sous l'imposante couverture à l'abri de la tempête toujours enclin à l'échange et à la découverte pour Kassandra. « - Tu n'as pas à me remercier de ne pas te trouver bizarre, tu sais ! Et puis j'ose imaginer qu'avec toutes les réponses que je te donne, tu auras de moins en moins de questions à poser et que par la force des choses, tu t'accommoderas de tout ça, pour enfin prétendre à la normalité et te rendre compte que bah parfois, on se fait chier en étant normal. À noter, c'est une expression familière que j'emploie souvent. Je ne suis pas un exemple pour ce qui est de l'expression. » Mais il était à l'inverse très doué pour se déprécier. « - Mais on peut dire que je suis parfaitement imparfait non ? » Il chercha son regard comme appui avant de délivrer ce qui semblait être son plus beau soliloque et le plus sincère de tous qui plus est.

« - Tu vois le bonheur, je le vois un peu comme ce quelque chose que tu veux, mais que tu ne t'autorises pas à avoir. » Elle resserra alors son étreinte tout contre lui, lui faisant ainsi savoir à quel point, elle était émue par la déclaration et que de ce fait, elle avait besoin d'une étreinte un peu plus forte pour mieux savourer ce doux moment. « - Merci Kassy, merci d'avoir déboulé dans ma vie. » laissa-t-il entendre avant de se taire pour commencer à réfléchir à ce qu'il voulait vraiment. Son passé continuait à le hanter et n'en demeurait pas moins vide de sens et de réponse. Cependant, le Centre en la personne de Mrs Fitzgerald constituait un semblant de réponse. Mais la confiance n'était quant à elle plus au rendez-vous dans un camp, comme dans l'autre. Elizabeth et Asher se jaugeaient en permanence, sans parvenir à trouver un terrain d'entente (pour l'instant) « - C'est comme creuser pour rien... » commença-t-il las. « - J'ai fait tout ce que voulait Elizabeth et je n'ai toujours aucune réponse. Ok, j'ai un peu merdé avec la sortie improvisée, mais quand même. Une promesse est une promesse et la sienne est totalement foireuse. J'ai pourtant bien essayé de parler, j'ai même tenté de chercher la femme qui m'avait trouvé avant elle, mais en vain. Ce n'est peut-être pas plus mal que je n'ai aucune réponse. » Le pensait-il vraiment ou n'essayait-il pas de s'en convaincre pour tenter de rassurer Kassandra en laissant croire qu'il pourrait mettre un terme à son engagement avec le Centre ?

« - Je n'aime pas ce petit soupire ! Tu te prends inutilement la tête. Déjà avant toute chose, ici, tu as le droit de ne pas savoir. Et puis l'erreur, c'est formateur et de toute évidence le Centre n'est pas dans cette optique ! Tu sais quoi ? On les emmerde ! Toi, bien plus que moi, tu as le droit à la vérité, c'est une certitude. On va retrouver ta famille et faire disparaître une à une tes peurs. Comment pourrait-on t'oublier ? Tu es un être incroyable ! Il faudrait être fou pour se satisfaire de ta disparition. Kassy, laisse-moi à mon tour, essayé de t'aider. Je ne sais pas encore comment m'y prendre, mais je veux essayer. Essayons mutuellement, peut-être que ça marchera, peut-être que finalement en nous confrontant au passé et à nos peurs, nous parviendrons à construire un avenir ! Et c'est à ce moment-là, que je me rends compte que je suis, bien malgré moi, en train de devenir fleur bleue. Ce n'était pas mon délire de base ça. Bon, trêve d'émotions, on va dormir un peu, afin d'être d'attaque ! » Il déposa sur son front, un tendre baiser avant de souffler sur la bougie. Malgré l'obscurité, les ténèbres n'avaient plus lieu d'être à présent.

Plusieurs jours s'écoulèrent, puis plusieurs semaines jusqu'à célébrer le premier mois de collocation. Pour l'occasion, Asher s'était rendu en ville pour récupérer le gâteau qu'il avait commandé la veille dans l'une des petites pâtisseries du coin. Kassy, s'y était déjà rendue, lorgnant sans se cacher sur quelques pâtisseries. D'ailleurs, c'est sur l'une d'entre elle que le beau blond jeta son dévolu. Il passa aussi par le restaurant préféré de Kassandra et récupéra sa commande constituait elle aussi des « mets » favoris du caméléon. Puis satisfait et le sourire aux lèvres, Asher regagna son pick-up et rentra à la maison. Ce soir, hormis le repas « surprise », les deux amoureux avaient aussi prévu, de reprendre leurs recherches et de tenter une première séance d'hypnose. « - Kassy ?! Je suis rentré ! Bébé ?! Tu es là ? »




(c) DΛNDELION


I CHOOSE YOU  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caméléon


Caméléon

avatar

Kassandra
▻OREOS : 491
▻ARRIVE(E) LE : 03/01/2017
▻LOCALISATION : Quelque part à Blue Cove, en coloc avec Asher
▻LOISIRS : Faire du roller, manger de la glace et des frites, faire du roller, apprendre de nouvelles choses, savourer sa liberté

MessageSujet: Re: LET ME TEACH YOU   Ven 4 Mai - 10:35






Let me teach you



Kassandra & Asher




Les révélations d’Asher sur ses troubles du sommeil dus à des cauchemars incessants et terrifiants touchèrent Kassandra qui, depuis son évasion du Centre, était soumise au même problème. Elle se promit intérieurement de tout faire pour que cet homme exceptionnel puisse retrouver la sérénité et le sommeil. Elle ne savait que trop bien combien le repos était important pour les cellules.
Ash ‘ était si gentil, toujours à la rassurer, elle qui craignait de trop dénoter dans ce monde ignorant de ce qui pouvait se tramer au Centre. Il était prêt à l’aider à comprendre le fonctionnement de tout ce qu’elle ne connaissait pas encore, pour qu’elle se sente normale. Elle ne put s’empêcher de sourire à sa réflexion.

- Je tâcherai de me souvenir que tu n’es pas un exemple en formulation de locution. Et j’espère que le jour où je serai vraiment comme tout le monde, tu ne finiras pas par t’ennuyer avec moi. Oh ne dis pas ça, j’aime pas du tout quand tu dévalorises, dit-elle en frottant sa joue contre son torse comme un petit chat.

Mais il était capable aussi de dire de belles choses, de belles déclarations et Kassie en était émue. Jamais on n’avait été aussi doux et tendre avec elle, et c’était bien de cette tendresse affective dont elle avait manqué toute sa vie. Il la remercia d’avoir déboulé dans sa vie, et elle revit alors leur première rencontre. Asher, en pleine nuit, braquant un flingue sur elle qui s’était incrustée à l’arrière de son pick-up.

- Il me semble que tu n’étais pas de cet avis le jour-J, dit-elle avec malice.

Il parla ensuite d’Elizabeth Fitzgerald, des promesses non tenues qu’elle avait faite à celui qui était devenu professeur au Centre.

- On ne peut pas leur faire confiance, Asher. Si tu savais toutes les promesses qu’on m’a faites depuis mes sept ans… De la plus insignifiante à la plus importante, ils n’en tiennent aucune. Pire, ils essaient de te faire avaler n’importe quel mensonge pour arriver à leurs fins.

Elle mourait d’envie de lui dire de ne jamais y retourner, mais en avait-elle le droit ? Même si elle craignait plus que tout pour la vie de celui qui faisait désormais battre son coeur (sans que ce soit une allergie), elle ne se sentait aucune légitimité à lui « interdire » quoi que ce soit, même si ça semblait évident. Il venait ensuite de lui dire qu’elle se prenait trop la tête sur le problème, et qu’ici, contrairement au Centre, elle avait le droit de ne pas avoir de réponse. Mais pour la caméléone, c’était bien ici qu’elle voulait avoir toutes les réponses, elle voulait aider Asher au mieux. Elle fut touchée également de l’entendre dire qu’il voulait aussi l’aider. Un sourire se dessina sur ses lèvres, même s’il ne pouvait le voir. Elle était si heureuse de l’avoir trouvé. Elle ferma les yeux et finit par s’endormir, gardant se sourire serein aux lèvres.

***

Un mois de cohabitation (et trois semaines de relation), ça se fête ! La vie avait continué son cours, Kassandra était toujours heureuse de travailler au dispensaire de la ville, continuant parallèlement ses recherches, d’une part pour essayer de retrouver sa famille, recherches d’ailleurs bien infructueuses pour le moment, et d’autre part sur l’hypnose, avec des résultats bien plus gratifiants. Même si elle savait déjà tout ce qu’il y avait à savoir, elle voulait être à la pointe de la maîtrise avant de tenter quoi que ce soit sur Asher. Elle avait trop peur qu’il soit déçu si la tentative était un échec. Elle cherchait tout ceci sans en parler à Ash’, histoire qu’il ne soit pas trop stressé. Ce matin, il était parti faire quelques courses et elle était restée à la maison. Elle avait fait un brin de ménage (allez savoir pourquoi, elle trouvait ça relaxant), avait ensuite sauté dans la douche et avait décidé d’enfiler une robe. On lui avait dit qu’en général, quand il y avait quelque chose à fêter, les femmes aimaient bien s’habiller de la sorte. Et elle trouvait ça joli, alors elle s’en était procuré quelques unes. Le temps était revenu au beau fixe, à croire que la saison des pluies printanières de Blue Cove s’était calmée, et Kassie avait pu sortir une petite robe fluide et colorée. Elle était ensuite repartie lire une énième fois tout ce qu’elle avait imprimé concernant l’hypnose, même si elle en connaissait par coeur chaque ligne à la virgule près. Puis, elle entendit la voix d’Asher l’appeler. Tout sourire, elle quitta sa chambre et descendit au rez de chaussée pour lui sauter dans les bras.

- Te voilà enfin ! Joyeux un mois de colocation ! J’ai une super nouvelle !

Les bras autour de son cou, elle posa ses lèvres contre les siennes avant de le regarder avec des yeux pétillants.

- Si c’est toujours bon pour toi, on peut essayer l’hypnose aujourd’hui. Oh mais ça sent bon ! Qu’est-ce que tu as ramené ?? Des frites de patates douces ? -elle remarqua le carton de la pâtisserie- Tu as pris des gâteaux ??

Depuis environ deux mois qu’elle était sortie du Centre, Kassandra avait pu découvrir des tas de mets différents et délicieux qu’elle n’avait jamais eu l’occasion de goûter, étant donné qu’on ne leur servait pas forcément des choses très raffinées et différentes, sans les sous-sols. Elle s’était découvert un péché de gourmandise en voyant toutes les possibilités culinaires qui existaient. A présent, elle excellait dans la préparation de pancakes, Asher le lui avait appris rapidement. Elle adorait qu’il lui apprenne des choses qu’il aimait faire, et les pancakes étaient le début d’une longue liste. Kassie était d'ailleurs devenue experte en "baisers qui donnent chaud", comme elle s'amusait à le dire. Elle voulait aussi qu’il lui apprenne l’auto-défense. A présent que les beaux jours étaient revenus, ils pourraient s’entraîner dehors au bord du lac.



(c) DΛNDELION



You are where you need to be...
Just take a deep breath.
©️ Miss.Pie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur



avatar

Asher Collins
▻OREOS : 203
▻ARRIVE(E) LE : 21/08/2017
▻LOCALISATION : The Centre sûrement dans sa salle de classe ou au bar le plus proche
▻LOISIRS : Apprendre à se battre à une bande d'ado pré-pubères/ Faire des pancakes/ Regarder des disney/ Apprendre la vie, ses us et coutumes à Kassandra.

MessageSujet: Re: LET ME TEACH YOU   Sam 5 Mai - 21:54






Let me teach you



Kassandra & Asher




Le karma avait donc cessé de s'acharner sur Asher et sur Kassandra. C'était comme une renaissance, comme le premier jour du reste d'une vie, certainement, emplit d'épreuves, mais qui désormais, en étant deux, semblaient franchissables. « A deux, nous sommes plus fort ! » déclaraient les adorateurs du collectif, tandis qu'Asher, jusqu'alors ne pensait qu'à sa pomme et par intermittence. Cependant, lorsqu'il n'avait pas le choix, il consentait à se rendre utile, souvent au Centre, pour s'éviter quelques ennuis et puis la démarche se faisant à contre coeur, il était difficile de profiter de cette générosité qui n'en était pas une. « Mais ça, c'était avant ! » la locution se veut si prévisible qu'elle pourrait être le slogan d'un produit ménagé anti-tâche, vendant les mérites d'une nouvelle formule qui contrairement à la précédente, a fait ses preuves. Ash' voyait souvent des pubs de ce genre, qu'il trouvait au combien rétrograde et sexiste. Il fallait toutefois le reconnaître, Asher Collins dans son ancienne formule détonnait avec la nouvelle à tel point que le slogan couplé à « Avant, j'étais un pauvre type asocial » prenait tout son sens.

Voilà quelques jours que le soleil avait pris ses quartiers, faisant oublier aux habitants de la ville, les précédentes tempêtes, mais il en fallait plus, de toute évidence, pour ébranler les locaux. Quant à eux, les touristes revenaient en nombre, séduits par la beauté de la baie et intrigués, par l'imposant édifice qui y trônait. Ash, qui ne travaillait pas aujourd'hui, avait revêtu la tenue décontract, le bermuda, les baskets et la chemise ouverte de trois boutons, en parfaite adéquation avec le temps. Pour célébrer le premier mois de cohabitation avec Kassandra ainsi que les quelques semaines de leur couple, il s'était pourvu d'une mission et pour y parvenir il n'avait point l'attention de se ménager. Kassandra, qu'il se plaisait à appeler Kassy lorsqu'il ne lui trouvait pas un autre surnom, méritait tous ces efforts. Bien sûr, quelques tensions refaisaient surface de temps à autre.  L'immaturité de la demoiselle pouvait effectivement agacer l'ancien militaire après une dure journée passée au Centre. Mais que l'on se rassure, c'était occasionnel. C'est donc délesté de la moindre tension et le visage rayonnant, malgré les bras chargés de mille et une victuaille, qu'il avança vers le cottage bercé par la douce lueur solaire déclinante. Pour éviter le moindre malentendu, il se fit entendre, étonné de ne pas trouver Kassandra dans le grand salon. « - Kassy ? » réitéra-t-il en déposa la nourriture sur le meuble à l'entrée. Les marches en bois commencèrent à grincer, preuve d'une activité humaine à l'étage, puis tout sourire la jeune femme à l'intelligence supra-normale fit son apparition non sans provoquer quelques réactions. La bouche entrouverte, il découvrit donc pour la toute première fois la Kassandra version femme.

« - Wow ! » fit-il entendre faute de mieux. Il était trop occupé à l'observer sous toutes les coutures force est de constater la perfection de ce corps jusqu'alors caché sous plusieurs couches de vêtements. Arrivée à la dernière marche, la belle brune se mit à courir vers son homme qui parvint à la réceptionner. « - Ca fait plaisir ce genre d'accueil ! Joyeux un mois de colocation. Avant d'entendre la super nouvelle, laisse-moi te dire que je te trouve magnifique avec cette robe ! Tu devrais en porter plus souvent, ça te va super bien. Je t'écoute ! » Mais de toute évidence, Kassandra avait entre choses en tête. Le regard brillant et les bras enlacés autour du cou de l'ancienne tête brûlée, elle approcha son visage pour que ses lèvres surmontées d'une petite touche de gloss, viennent se joindre à celle d'Asher ravit de voir qu'elle excellait toujours dans ce qu'elle nommait avec candeur « les baisers qui donnent chauds » Les mains sur les hanches de la demoiselle, le porteur continuait à jouer son rôle tout en profitant des progrès de la belle brune. « - Hum... » murmura-t-il en se détachant progressivement « - J'adore ce genre d'accueil c'est indéniable ! » Il la laissa ensuite redescendre tout en prenant grand soin de l'écouter alors que son attention se portait sur ce qu'il venait de ramener.

« - Yep, toujours partant pour l'hypnose ! Mais avant on va se régaler et ce n'est pas négociable. Je suis passé par le centre-ville et j'ai pris tout ce qui te fais saliver. » Il lui tendit de ce fait le premier sac qui laissait échapper une agréable odeur de fritures et qui contenait en plus les burgers. Lui s'occupa de l'autre contenant emplit de douceurs sucrées. « - Moi prendre des gâteaux ? Tu crois ? » demandait-il innocemment alors qu'il connaissait la réponse. « - On va manger sur la terrasse vu qu'il fait super beau. Tu mets les couverts ? Je m'occupe du reste ! » Il s'approcha pour l'embrasser et tout deux, retrouvèrent la cuisine pour achever de préparer le repas de ce soir. « - Dis, on pourra s'entraîner aux abords du lac demain si toi, tu es toujours partante pour les cours d'auto-défense ? » Il lui tendit un plateau et sortit deux assiettes, des couverts et deux verres qu'il déposa sur le plateau, avant de déposer les frites et les burgers dans le micro-ondes. « - Je mets les gâteaux au frigo ! » Il en profita pour lui voler un baiser avant de récupérer le repas au fond du micro-ondes puis il l'accompagne jusque sur leur charmante petite terrasse. « - Alors cette journée au dispensaire ? »



(c) DΛNDELION


I CHOOSE YOU  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caméléon


Caméléon

avatar

Kassandra
▻OREOS : 491
▻ARRIVE(E) LE : 03/01/2017
▻LOCALISATION : Quelque part à Blue Cove, en coloc avec Asher
▻LOISIRS : Faire du roller, manger de la glace et des frites, faire du roller, apprendre de nouvelles choses, savourer sa liberté

MessageSujet: Re: LET ME TEACH YOU   Dim 6 Mai - 23:37






Let me teach you



Kassandra & Asher




Un mois de colocation, cela semblait si incroyable. Ce qui l’était encore davantage pour Kassie, c’était les trois semaines en tant que couple. La jeune femme découvrait ce que c’était que d’être amoureux, et force était de constater que ce sentiment donnait des ailes. Ce n’était donc pas une légende ni quelque chose d’inventé seulement pour les bouquins à l’eau de rose. Tout était vrai, le coeur qui s’emballe, les papillons dans le ventre, l’impression que tout est rose. L’Amour pouvait changer une personne, et Asher le disait lui-même, il était différent. Sa petite amie l’avait même entendu se qualifier de fleur bleue. Kassandra, quant à elle, n’avait aucun moyen de comparaison. Jamais elle n’avait eu l’occasion d’être en couple, elle découvrait jusqu’à la simple idée de dormir à deux. Et à vrai dire ça lui plaisait d’avoir les bras d’Asher pour se rassurer la nuit lorsqu’elle était prise de cauchemars. D’ailleurs, lui aussi était soumis à ce genre de désagréments, ils se comprenaient à merveille sur ce point-là. C’était d’ailleurs pour cela que la caméléone s’était mis en tête de trouver comment l’aider, et ensemble ils avaient parlé de l’hypnose, une idée qui tentait bien l’ex militaire, aussi la demoiselle s’était-elle davantage penchée sur la question, désirant être absolument certaine – ce qui pour elle signifiait « certaine à 1000 puissance 10 pourcent » - de maîtriser le sujet. Lire la déception dans le regard de cet homme qui avait changé sa vie n’était pas envisageable.

Enfin il était rentré. Après elle, il fallait dire qu’avec toutes les heures qu’elle avait enchaîné, elle avait été libérée assez tôt ce vendredi, ce qui lui avait permis de peaufiner et parachever ses recherches quant à l’hypnose. Elle se sentait désormais prête à tenter l’expérience sur Ash afin de l’aider à recouvrer des souvenirs sans doute enfouis depuis bien longtemps. La seule chose qui lui faisait peur -pour lui- était de lui faire découvrir que ce n’était pas une bonne idée. Après tout, comme lui-même l’avait souligné, si l’on avait effacé sa mémoire, ce n’était pas pour rien. Des personnes malintentionnées étaient sans doute à l’origine de ce trou noir béant qui couvrait plusieurs années de souvenirs. Kassandra trouvait cela inhumain et quand elle y songeait, ça la révoltait. Elle aurait tant voulu faire tomber le Centre, mais chaque chose en son temps. C’était bien trop dangereux et pour l’heure, elle gardait en elle bien trop de traumatismes pour ne serait-ce que s’en rapprocher. Ce qui l’importait, c’était aider Asher dans ses démarches, et aussi retrouver sa famille. Elle avait des parents et une petite sœur quelque part aux Etats-Unis. Pour l’heure, la concernant, rien ne s’était montré bien fructueux malgré ses efforts, mais elle e perdait pas espoir, l’Amérique était grande, et sans nom de famille, il était difficile de retrouver quelqu’un.

Asher venait de rentrer à la maison, Kassie avait entendu sa voir retentir et prononcer son diminutif. Comme toujours, cela avait provoqué un large sourire après un léger pincement au coeur. Elle avait l’impression de l’aimer chaque jour davantage, se demandant chaque jour comment c’était possible. Elle fit donc irruption au rez-de-chaussée, vêtue de l’une de ses nouvelles robes, celle avec le plus de couleurs parce qu’elle trouvait ça raccord avec le temps estival dont la ville de Blue Cove bénéficiait, et lui avait sauté dans les bras. Ash semblait enchanté de cette tenue et le lui dit savoir.

- Je suis contente que tu aimes. Oui c’est prévu que j’en mette plus souvent, maintenant qu’il s’est arrêté de pleuvoir sans arrêt.

Mais ce n’était ni de vêtements (d’autant que ce n’était pas trop le truc du beau blond) ni de météo dont la jeune femme voulait parler. Avant tout, elle ne sut résister à l’envie de lui donner un baiser, ce qui sembla le ravir. Puis, Kassandra entra dans le vif du sujet, lui annonçant que s’il était prêt, elle était désormais certaine de pouvoir gérer des séances d’hypnose. Asher acquiesça mais annonça qu’ils mangeraient d’abord, et ce n’était pas la brunette qui allait le contrarier sur ce point. La gourmandise était devenue l’un de ses traits de caractère en découvrant toutes les choses délicieuses auxquelles elle avait été soustraite. Entendant son cher et tendre annoncer qu’il avait pris tout ce qui la faisait saliver, elle pouffa de rire tout en allant vers la cuisine pour prendre les couverts.

- Tout ? Ça m’étonnerait, tu n’as pas assez de sacs. Mais te connaissant, tes choix ont sûrement été judicieux.

C’est alors qu’Asher proposa de s’entraîner dès le lendemain au bord du lac. Kassandra hocha la tête.

- Ah, je suis contente que tu en parles, oui je suis impatiente de commencer.

Le week-end s’annonçait chargé, pour le coup. Après un voyage en cuisine pour se saisir de ce qui manquait, ils purent enfin s’installer en terrasse. Son assiette sous le nez, Kassie salivait face au burger et aux frites de patate douce rapportés par son homme.

- Tu sais toujours si bien choisir. Par contre tu sais, on devrait essayer d’éviter de manger aussi gras le soir, on va finir par se boucher toutes les artères. Mais bon, c’est le week-end, on peut s’accorder un petit extra.


Surtout que les gâteaux attendaient au frigo, et Kassie n’était pas du genre à faire l’impasse sur le dessert, même si ses connaissances lui faisait rappeler parfois que le sucre était un véritable poison.

- Oh, j’ai fini à quinze heures, c’était pas une journée bien longue pour moi. Apparemment je fais trop d’heures. Et toi ? Tu veux m’en parler de ta journée ?

Le savoir au Centre tous les jours ou presque l’angoissait beaucoup, mais elle faisait de son mieux pour essayer de ne pas y penser, surtout lorsqu’elle travaillait. Mais l’Amour, encore et toujours, faisait en sorte qu’Asher passait en premier, avant tout et tout le monde, et qu’elle gardait toujours un œil sur son téléphone portable au cas où il la prévienne de quelque chose.

- Tiens je pensais à un truc, on devrait peut-être avoir un code d’urgence pour signaler si quelque chose ne va pas et qu’on n’a pas le temps, genre un chiffre, ou une couleur. Ça irait plus vite qu’envoyer « SOS » non ?

Elle but une gorgée d’eau avant de se saisir d’une frite, incapable de résister plus longtemps. C’était un tel délice que ces saveurs aux notes sucrées qu’offrait la patate douce.


(c) DΛNDELION



You are where you need to be...
Just take a deep breath.
©️ Miss.Pie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur






Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: LET ME TEACH YOU   

Revenir en haut Aller en bas
 
LET ME TEACH YOU
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Cause there's nothing you can teach me ◇ Alexander

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE WORLD'S CHANGING :: BLUE COVE - CITY :: Leaving Blue Cove :: Mobil-home d'Asher Collins-
Sauter vers: